Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2017

Albert Cossery

 

albert.jpg

 

 

 

Alors que l'Egypte est en révolution, comment ne pas évoquer Albert Cossery, cet égyptien issu de la bourgeoisie fut éduqué dans la langue Française, de sa rencontre en 1940, avec Henry Miller il sera encouragé à publier son premier roman, cinq ans plus tard il s'installera à Saint Germain des prés, Hôtel la Louisiane où il vivra dans une simple chambre, sans rien posséder.

Dandy et diléttante heureux, il traverse la vie intellectuelle et littéraire du Saint Germain des Prés, son copain de drague sera Albert Camus, ne faisant rien que jouir du temps présent, de la richesse de conversations et de rencontres féminines, il ne possédera rien et refusera les dons de ses amis artistes comme Giacometti qui aurait pu le mettre à l'abri du besoin.

Ses sept romans en 50 ans qui se déroulent tous dans le petit peuple d'égypte, il les écrit lentement, une page par semaine, jouir du temps prend du temps.

Albert Cossery n'est pourtant pas un hédoniste égoïste, ses romans sont écrits à l'encre de la révolte.

«Je ne peux pas écrire une phrase qui ne contienne pas une dose de rébellion. Sinon elle ne m'intéresse pas. Je suis toujours indigné de tout ce que je vois…» dira t il.

De cette vie qui s'éteindra à 94 ans il dit «J'ai vécu ma vie minute par minute».

Magnifique Albert Cossery, sorte de Diogène de Saint Germain qui avait pour une fois donné sur demande d'une belle femme dira t il , parlant de son éditrice, une très belle interview.

L'homme aux semelles de vent et à la montre gousset , toujours en retard et pressé comme le Lapin d'Alice que je suis ne peut qu'être admiratif d"Albert Cossery.

Peut être un jour vous me retrouverez détaché de tout sauf de l'essentiel, l'art , l'amour, l'amitié dans une chambre d'hôtel.

SON REPORTAGE

23:39 Publié dans ENVIES | Lien permanent | Commentaires (20)

Commentaires

Tu m'a donné envie de m'intéresser à l'inconnu qu'il m'est encore.

Écrit par : Fiso | 05/02/2011

fiso

tu vas être conquise quand tu verras le reportage

Écrit par : waid | 05/02/2011

Merci pour cette belle découverte

Écrit par : Emeline | 05/02/2011

Je ne connaissais pas du tout, ô ignare que je suis ! Mais je rattrape mon retard. N'est-il pas amusant, Waid, de noter en passant que c'est une archive de la TSR ?

Écrit par : Gicerilla | 06/02/2011

gicerilla

oui et en plus cette archive est gratuite contrairement à l'ina ... vive la suisse

Écrit par : waid | 06/02/2011

emeline

il faut bien un peu de Cul ture

Écrit par : waid | 06/02/2011

Tu me connais, je ne dis pas non, ni pour l'un, ni pour l'autre :)

Écrit par : Emeline | 06/02/2011

Albert Cossery , en plus a une gueule pas possible, terriblement fascinante ! Waid, effectivement, la culture est même un ingrédient nécessaire à l'érotisme, ne serait-ce que pour l'imaginaire qu'elle nourrit et le souffle de liberté qu'elle véhicule .

L'objectif "détaché de tout sauf de l'essentiel, l'art , l'amour, l'amitié " est un bel objectif, mais si c'est "dans une chambre d'hôtel" ... luxueuse sans doute (vous aimez les belles choses Waid..;)) et le champagne..) vous ne serez pas détaché de l'argent :))

j'aime bien l'image du lapin d'Alice...

Écrit par : anne | 06/02/2011

Quel homme, quel 'visage' et surtout une forme d'élégance incontestable; morale et physique.

Écrit par : Maraudeuse | 06/02/2011

emeline

rires

anne

je savais que cet auteur vous plairait.

Vous avez compris que mon objectif est un fantasme et comme tout fantasme irrealisable ... alors oui la chambre j'aimerai bien une suite de deux pièces dans un bel hotel où il y aurait de beaux salons , j'aime bien celle ci http://www.shangri-la.com/fr/property/paris/shangrila/rooms/lasuiteshangrila , bon ok je rêve mais vous imaginez les soirées avec cette vue ....

pour le Lapin ... rire tout moi

maraudeuse

parfaitement c'est cette élégance qui subjugue et cette sérénité , alors ce livre branlette fini ?

Écrit par : waid | 06/02/2011

Si vous mettez un pied au Shangri-La vous vendez vôtre âme au diable heuuuuuu .........aux chinois!!! :-)

Écrit par : Maraudeuse | 06/02/2011

maraudeuse

.... haie déjà vendu , mais pas tout à fait

je m'explique, après avoir mangé au restau du palais de tokyo (pour cause d'expo of course ) , une petite balade de nuit avec la charmante parisienne qui m'accompagnait, je lui parle de l'hotel bonaparte en restauration pour le shangri-la , on passe devant c'est ouvert, on rentre , tout le monde nous observe, les gens sont en uniforme , nous sommes seuls au milieu des serveurs et maitres d'hotel, nous nous m'installons dans les plus beaux fauteuils et je commande deux bellini .... silence gené, le directeur arrive s'excuse il ne peut nous servir , l'hotel est fermé , nous étions en pleine mise en mise en situation avant ouverture .... bref nous étions rentrés alors que c'était fermé ...

Écrit par : waid | 06/02/2011

Merci de nous rappeler ces destins peu communs : celui de l'écrivain et celui de la Louisiane, notre Chelsea Hotel à nous !

Écrit par : F | 06/02/2011

F

voilà ce qu'on dit sur le net à propos de cet hôtel

C’est un hôtel favori de beaucoup de clients du café de Flore, situé à deux pas.

Simone de Beauvoir y habite entre 1943 et 1946. Elle dispose d’une chambre et d’une cuisine. Elle écrit beaucoup et c’est l’époque du démarrage des Temps modernes, avec Sartre (qui loge à l’autre bout du couloir), Paulhan, Aron, Leiris, Merleau-Ponty et Albert Ollivers.

De cet hôtel qui ne paie pas de mine, Beauvoir écrit : "De ma fenêtre, je voyais un grand parterre de toits. Jamais aucun de mes abris ne s’était tant approché de mes rêves ; j’envisageais d’y demeurer jusqu’à la fin de mes jours" (La force de l’âge).

F je précise puisqu'il s'agit d'un blog cul, que si histoire d'ô a été écrite c'est pour impressionner Paulhan , en effet une secretaire de la nrf amoureuse de lui, dominique Aury, voulait lui montrer qu'elle pouvait l'impressionner

ont ils fait l'amour dans cet hotel ?

Écrit par : waid | 06/02/2011

Rire
Lapin, lapin, faut pas exagérer non plus !

Écrit par : Emeline | 06/02/2011

emeline

rooooh j'avais pas pensé à cela ....

Écrit par : waid | 07/02/2011

Il y a aussi le lapin empaillé à la montre gousset qui tiens compagnie au flamant rose :)

Écrit par : Emeline | 07/02/2011

Je ne dirais qu'un mot, "j'Aime"

Écrit par : Elyne | 08/02/2011

emeline

oui un lapin empaillé avec une montre gousset pour ma future garçonniere

Elyne

vous aimez ah oui ...

Écrit par : waid | 10/02/2011

Je t'ai trouvé la déco, l'art de la fessée de Manara (ils font du mobilier-BD, assez amusant)

Écrit par : Emeline | 10/02/2011

Les commentaires sont fermés.