Web Analytics Made Easy -
StatCounter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2020

je cherche un Homme

Diogène cherchait un Homme.

Je cherche une femme que Diogène qualifierait d'Homme.

Demain j'ai rendez vous avec une athénienne,

je viendrais au rendez vous avec une lampe à huile et comme Diogène je lui dirai que je cherche un Homme.

 

21:33 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (6)

21/01/2020

Axiome géométrique de l'amant polygone

Le triangle est une figure habituelle du couple, on parle de triangle amoureux;

 

           FEMME
MARI            AMOUREUX

 

Il aspire à être isocèle mais tend vers le rectangle.

J'ai testé pour ma part l’Hexaèdre, figure à 6  

 

               MARI

AMANT 1       AMOUREUX          

AMANT 2       MOI 

             FEMME

 

Puis le tout est devenu carré ;

MARI     FEMME
MOI      AMOUREUX 

 

Mais Rien n'est carré dans la vie, le mari a soupçonné la femme qui a eu peur de perdre le mari, elle l'a dit à l'amoureux, qui s'est retiré.

La femme ne voulait pas perdre l'amoureux, la peur dissipée, l'amoureux est revenu. La femme de culpabiliser d'avoir perdu l'amoureux n'a plus été capable de le tromper avec l'amant.

Elle a quitté l'amant.

Axiome de géométrie à usage d'un amant polygone:

L'amour est plus fort que le sexe, par deux points ne passe qu'une droite, tout amant polygone fini de coté

 

 

 

20:16 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (3)

19/01/2020

L'orgasme

20200125_180436.jpg

 

Les bras en croix, la tête dans les draps, le cul relevé les llèvres ouvertes, elle hurle son orgasme , se retourne , met la main sur son sexe, tremble, pleure, gémis " je vais tout lâcher,non ...  " prends la serviette la place entre ses jambes, se roule sur elle même.

Accroupie les jambes par terre le tronc sur le lit, la main sur la serviette, la serviette sur son sexe, ses fesses et ses tremblements qu'elle ne contrôle pas.

Cela dure, dure, elle est ailleurs, je la contemple jaloux ...

 

15:07 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2020

Diana Slip 1930

En 1930 Léon Vidal créait les éditions Gauloises plus tard appelées les Libraires Nouvelles, mais son activité comportait aussi des dessous fétiche à la vente, le catalogue DIANA SLIP les présentait, les dessous éta,t selon la publicité " Trés suggestifs" et toute commande particulière pouvait être sollicitée au magasin 9 rue Richepanse ( aujourd'hui chevalier de saint georges) dans le 8e. En plus des tenues, des accessoires, des photos ou des livres érotiques étaient vendus comme les plus licencieux qui pouvaient être publiés en anglais. Diana slip offrait un envoi par paquet discret.

Tous les grands photographes parisiens ont été convié à la création du catalogue et ceux-ci en pleine crise de 1929 trouvait un moyen de gagner de l'argent car en cette crise seul le sexe vendait. dont Jean Moral, René Schall et Brassai

La guerre et la pudibonderie qui s'en est suivie a mis fin à cette publication.

a5403ddbbbd99a3c9bb6a9afe71040a9.jpg

roger-schall-etude-publicitaire-pour-de-la-lingerie-diana-slip-lingerie-advertisement-for-diana-slip-1933-21.jpg

1603dee42501b5a3bab88c6318000dfe.jpg

BotOL6pIQAAfB6H.jpg

brassac3af-publicitc3a9-pour-diana-slip-1930s-via-lustdoctor.jpg

CQ9Ys1hWwAAIIRB.jpg

diana-slip-080c61b1-86ae-49b6-b867-4ba957b6dfb-resize-750.jpeg

images-1.jpg

roger-schall-etude-publicitaire-pour-de-la-lingerie-diana-slip-lingerie-advertisement-for-diana-slip-1933-22.jpg

roger-schall-etude-publicitaire-pour-de-la-lingerie-diana-slip-lingerie-advertisement-for-diana-slip-1933-55.jpg

s-l300.jpg

 

 

30/12/2019

Nuit 44

GetAttachmentThumbnail.jpeg

 

44 , j’ouvre la porte de la suite du 4e étage hôtel Langlois, des semaines que nous échangeons, que nous brulons de désir, Si je ne connais que ses jambes et ses fesses, je sais ses fantasmes les plus intimes.

Le salon est vide je m’enfonce dans la moquette épaisse, elle m’attend de l’autre coté de cette porte fermée que j’avais laissé ouverte en partant.

Comment est elle, que pense t elle, serai je à la hauteur, à son goût mon cœur bat, mon ventre se serre ?

Mes pièces dans la poche vont me gêner tout à l’heure, je les vide sur le marbre du meuble art déco, le bruit métallique raisonne et doit l’avertir de ma présence.

J’ouvre dans la demie pénombre, un dos des fesses me fon face sur le lit, la climatisation bruyante nous enveloppe dans un froid artificiel, elle tremble, moi aussi.

Que dire, les premiers mots sont toujours difficiles à souffler, une phrase qui montre mon assurance pour cacher mon émoi, première fois qu’elle entend cette voix que je n’aime pas.

De longs cheveux sur un dos fin, l’élastique du bandeau comme serre tête, je dépasse le lit la contemple enfin, à genoux prête au sacrifice, tremblante, les yeux cachés du masque, corps gracile, couleur ambre, serai je au gout de sa beauté ? Mes doutes m’assailles, je suis ébahi de son audace, je suis ébahi de ma chance.

Elle ne peut plus faire marche arrière moi non plus, je m’assieds contre elle, elle redouble de tremblements, je coupe la clim, la caresse, elle est fébrile, se jette sur ma bouche, me mange littéralement, je me détache pour plus la contempler.

Je profite pour jouer avec la chaine du collier que je lui place, ce froid métallique l’enflamme encore, nous nous enlaçons pour fusionner, ébats furieux, orgiaques, comme si le jour dernier sur terre nous baisions, baise jusqu’à épuisement, moi éblouis par elle, elle dans le noir de son bandeau, elle le retire me découvre instant en suspend, mon cœur est plus rapide que dans les ébats, instant suspendu de sa réaction.

Elle sourit, d’un sourire heureux et se jette sur moi pour m’embrasser, j’ai passé l’épreuve, nous roulons l’un sur l’autre vers la tarte au citron que j’avais recherché dans une adresse japonaise, son dessert préféré.

Sexe et sucre quel meilleur régime, c’est que je dois reprendre des forces la soirée ne fait que commencer, et mon inconnue décillée d’une voracité sans fatigue.

J’ouvre l’armoire où des tenues en vinyle nous attendent, elle enfile cette robe, 1er pour elle que ce genre de vêtement, nous filons en taxi rue Le Chapelais, vers une cave où une soirée fétiche est organisée.

La queue est haute en couleur, cuir, vinyle, latex, des sacs contenant des tenues extravagantes débordent.

Nous arrivons au bar, une infirmière de vinyle blanc avec des tubes me salut, je reconnais Camille, puis une bloggeuse aussi et son soumis, les yeux de mon accompagnatrices s’écarquillent de ce qu’elle voit, des tenues, des gens.

Elle qui voulait rompre la monotonie d’une relation adultéro amoureuse en cueillant des spécimens sur Gleeden est servie en matière d'ethnologie.

Dans la cave principale, on danse, drag-queen de latex, Dark Vador de plastique, tenue de colonial, de dragon, de Catwooman, tout est démesure, fou, décomplexé. Au dessus une cage une femme  enfermée se déhanche, soudain une flamme sort de la bouche de cette blonde tatouée cracheuse de feu, la sono vibre à nous faire entrer en résonance.

La curiosité nourrit peu sexuellement et nous sommes affamés des premiers moments de l’hôtel, nos corps se rappellent à nous, je la plaque contre les pierres et me brule les doigts dans son sexe incandescent, mouille en ébullition.

Nous filons sous la tente réservée aux ébats, je retrouve la bloggeuse en extase par un coït tantrique, d'une immobilité impressionnante, un couple de femmes tatouées qui se font jouir, et un couple qui baisent en amazone.

Enfin je suis en elle, elle est brulante, trempée, surexcitée, ma bouche ne parfait pas à la calmer, mon sexe comme lance à incendie est appelé au secours, mes coups sont à la mesure de la sono, bourdon de cathédrale qui sonne le tocsin d'une nuit d'enfer.

Je suis d’une force et d’une frénésie que je découvre avec étonnement, ses encouragements , me surexcitent, nous sommes les plus bruyants de la tente, mais cela ne gêne personne dans les tremblements de la sono, le couple tantrique est d'une mobilité à peine perspectible, la bloggeuse a les yeux dans le nirvana. Nous sommes trempés épuisés, j’ai jeté toutes mes forces.

Sereins, heureux, nous sortons de la tente noire, il y a encore plus de monde sur la piste, des tenues encore plus folles, seule une séance de fouet donne un peu d’espace.

Même si minuit est largement dépassé, mon amante doit filer, de princesse de stupre se transformer en épouse et mère modèle.

Vite nous revenons à une tenue normale, nous voilà dans le froid de paris qui nous dégrise un peu.

Le taxi arrive, je l’embrasse, je la sens déjà en esprit ailleurs.

Nous nous reverrons ?

L’interroge t elle. Elle ne répond pas et glisse dans le taxi.

 

Je recevrai ce message :

Baiser avec un inconnu dans le noir est une folie 

Privé de la vue vos autres sens ont le premier rôle 

L’ouïe 

C’est très rare qu’on baise ce sens là 

Qui est pourtant d’une extraordinaire puissance 

Vous entendre entrer dans l’autre pièce 

Jeter des pièces de monnaie sur une table ou des clefs 

J’ai perçu ce son de façon très aigu 

Puis votre entrée dans la chambre 

Je ne sais pas si vous avez vu ma respiration s’accélérer

Et entendre votre voix

Votre  bonjour m’a surprise 

Vous avez rempli l’intégralité de ma conscience, de mon esprit 

Le toucher ensuite 

L’air de la climatisation me caressait la peau à la faire frissonner 

Puis vos mains sur ma peau 

J’en ai ressenti un grand soulagement 

J’ai eu ensuite une intense envie de vos doigts 

J’ai dû vous paraître très impatiente 

Le métal ensuite 

Sensation d’une intensité folle 

Le froid sur les lèvres, le long de mon corps,...

Quant à cette soirée dans les caves...

J’étais très excitée de toutes ces images 

De vos doigts sous ma robe contre le mur en pierre 

J’ai eu très vite très envie de vous dans ce lieu 

Puis sous la tente 

Voir d’autres personnes baiser 

Les sentir si proche de moi

Un moment de partage 

Pendant que vous preniez ma chatte a pleine bouche je me suis sentie plonger dans un tourbillon de sensations 

Puis votre membre est venu remplir intensément mes chairs 

Je vous sentais très fortement, c’était bon et douloureux et bon

J’ai glissé hors de moi 

 

 

 

 

 

21/12/2019

les jupes des filles

Même si j'aime regarder sous les jupes des filles c'est à l'Insu de mon plein gré que je suis parti avec la votre, j'espère que cette inadvertance fétichiste nous vous a pas mise à poil ?

Je ne voudrais pas avoir une réputation d'arsene Lupin des jupes celle d'agir sans queue ni tête est déjà bien lourde.

 

 

 

 

07/12/2019

Un seul draps vous manque et le monde est dépeuplé

Dans une note je vous avais expliqué la gestion de mes draps (note je suis dans de beaux draps) , mon absence de machine, la blanchisserie chez qui je confie rougissant les traces de nos orgasmes.

Ainsi donc à chaque séjour parisien, je porte des draps souillés et récupère des draps lavés. Certains blanchissent leurs détournements moi mes débordements.

La Bellevilloise les collecte et les rend vierge de toutes traces et elles sont nombreuses ; bave quand on plaque la bouche pour étouffer les cris, sperme coulant de la capote, sang , mouille, jus de cul, mais surtout le gel … greuuuuhhhh le plus indélébile.

Je troc un sac sale contre un paquet propre, j’y ajoute pour faire bon poids un billet.

Mais la dernière fois cette chaine bien huilée s’est cassée, j’ai troqué un sac chargé contre rien.

Oui rien, plus rien, mon paquet de linge a disparu chez le blanchisseur.

Vol par un fétichiste, destruction pour traces ineffaçables, saisie pour preuve ADN, perte ? Toutes les hypothèses sont ouvertes.

En attendant mon ADN et celui de quelques coquines sont quelque part dans paris !

Qui remarquera dans ces draps le champ de victoire, le lieu de temps de plaisirs, de partage, de perte de temps, d’abandon, de vie intense.

Ces draps sont comme les champs cataloniques, mythiques et oubliés.

Leur gloire git au fond d’une étagère parisienne et nul n’a su malgré l’enquête encours les retrouver.

On m’offre des draps équivalents, linceul de l’enquête comme pour acter leur perte définitive, mais comme le thé est meilleur dans une théière au fond chargé de centaine d’infusions, je sens que ces draps donneront moins de saveur à nos ébats.

Surtout je suis fidèle à mes draps, et foutre dans d’autres me donne un sentiment d’infidélité.

10:22 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (2)

02/12/2019

Nuit juvenile

22 ans, un minois d’ange, un désir démoniaque, il n’en fallait pas plus, pour nous entendre, rendez vous pris à Strasbourg et me voilà à traverser le pays de mes bottes de 7 vices.

Prof déguisée en lycéenne nous nous retrouvons devant une bière à discuter le plus simplement du monde comme si nous évoquions la dernière série, de plaisirs, d’orgasmes.

Conversation peu discrète pour nos voisins de table, dont les regards nous incitent à vivre notre conversation plus intimement.

Dans la chambre c’est une jeune femme qui pour lutter contre sa timidité se jette sur moi, trop vite, trop fébrilement, réclamant mon sexe, l’assouvissement de son envie.

La vieillesse a l’apanage de la sagesse, la fébrilité n’est pas assez érotique, je lui impose la lenteur qui sied à l’intensité.

Sa langue en moi, son corps entre mes mains, son sexe trempé.

Nous nous enlaçons, nous abandonnons, elle gémit à mes doigts, se tétanise à ma bouche, est toute étonnée de me recevoir en elle si facilement alors qu’elle m’avouait au bar la difficulté à être pénétrée.

Les prélinaires ouvrent toutes les citadelles, trop me dit elle, j’aime bien quand ça glisse moins, je souris c’est la première fois qu’on me reproche de trop faire mouiller.

Me voilà dans son sexe serré et brulant à me consumer de plaisir.

J’use de ma bite comme d’un archet et de sa chatte comme les cordes de l’instrument, lentement le tempo monte, amplifie le staccato de mes coups de reins, la voilà dans tous état.

En levrette je découvre ses fesses appétissantes et son œil obscur qui me fait de l’œil, j’ajoute à mon archet un pouce, elle est étonnée de ce que cette voie vierge s’ouvre à mon vice si facilement, apprécie ce nouveau point de plaisir qui double les ondes que la parcourent.

La sensation de plaisir monte et la voilà suppliante de ne pas le retirer, chose qu’en vieux bouc sadique je me plaisais à faire pour mieux être réclamé.

Alors je lui demande si elle veut essayer un sexe, elle n’hésite pas et me répond oui m’avouant être vierge de ce pécher mortel qui valait du temps de l’inquisition le bucher.

La prof d’histoire à 4 pattes haletante de cette découverte ne s’émeut pas de cette peine passée , toute inquiète du supplice d'empalement auquel elle s’attend.

De supplice point, mais des suppliques de continuer plein.

Je la pénètre doucement, aucune douleur, sensation d’être ouverte, fouillée au plus profond où je me cale et fixe un instant.

Les mouvements sont lents, amples au bord de la sortie pour mieux entrer au plus profond, pour me sentir glisser plus longtemps, mes bourses caressent ses lèvres intimes qui coulent de plaisir, la voilà ravie de sa défloration annale, surprise de son évidence, étourdie du plaisir nouveau vécu, heureuse de son nouveau statuts de sodomite.

Après une pause pour reposer cet anus désormais plus puceau, nous reprenons des jeux plus classiques mais avec un corps plus sensible.

Je croyais les jeunes infatigables, elle découvre que les vieux ne sont pas raisonnables, c’est heureux, épuisés et nous jurant de vite nous retrouver que nous nous quittons le lendemain matin avec plein d’envie de continuer à découvrir ensemble des 1er fois.

La jeunesse est décidément studieuse qui dit qu’elle n’est plus sérieuse ?!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05/10/2019

au vent mauvais

J ai ouvert les portes

J ai tombé les protections

Je me suis mis à nu

maintenant je grelotte

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

 

LRM_EXPORT_20190922_135138.jpg

 

 

24/07/2019

Vue croisée

Il existe de multiples plaisirs dans les relations entre amants, mais deux situations sont particulièrement agréables et excitantes à mon gout: la phase de découverte avec un nouvel amant, surtout lorsque celui ci est charmeur, séducteur et très bel homme et les retrouvailles avec des amants ou amantes pour lesquels on sait que la complicité magique est là...
Cette soirée faisait se succéder ces deux situations, pour mon plus grand plaisir.
Un début de soirée avec mon nouveau, après que nos échanges sms des dernières 48H aient fait monter le désir à son comble, pour un moment court mais intense, expression du désir animal brut qui va à l'essentiel. Instant parfait pour apaiser un peu le feu brulant depuis le matin et pour déconnecter du monde réel et du travail et avant de filer retrouver L et W . Ceux-ci m'envoient des messages et photos délicieuses durant mon trajet, l'occasion de me rappeler à quel point j'ai de la chance ce soir
Cela fait bien longtemps que je n'ai pas vu L mais l'alchimie est toujours là. J'adore ce temps de diner au restaurant où le sujet qui nous réuni occupe toutes nos discussions, avec une simplicité et une fluidité qui n'aura surement pas manqué d’étonner nos voisins de table, qu’importe, nous sommes seuls au monde à parler de nos envies, de nos plaisir de nos explorations, de nos expériences......
Nous filons ensuite vers ce lieu de perdition parisien de l'ile Saint Louis, avec envie et excitation
Nous faisons un rapide tour des lieux pour les présenter à L qui semble se rallier à notre avis et trouver l'endroit très à son gout.
J'ai de merveilleux souvenirs de ma dernière venue en ces lieux avec 4 de mes amis et amies qui achèvent, s'il y en avait besoin, de me donner très envie de me jeter très vite sur le grand lit...
On ne tardera pas en effet à se mettre a l'horizontal avec L. Je perd souvent le fils de l'ordre dans lequel ce sont passé les choses dans ce genre de lieu mais j'ai des nombreuses scènes en tête. J'ai  le souvenir de cet instant suspendu dans le temps, où L est au dessus de moi et où j'ai mon nez plongé entre ces cuisses et la déguste avec un plaisir infini. J'aimerais que cela dure une éternité, j'aime tant sentir son excitation. Surtout pendant qu'elle aussi s'occupe de moi et, must ultime, pendant que W s'introduit en moi lui aussi. Trio réuni et fusionné, intensité et magie. Lorsque j’émerge d'entre les cuisses de L je constate que nous avons été rejoint par un couple dont la femme, semble très excitée par sa soirée et a très envie de jouer avec nous, elle nous dit que son ami a de grands talents d'amant, ce qui agite ma curiosité et me donne très envie d'en savoir plus. Je crois que tous les corps se mélangent un peu a cet instant ou alors c'est mon esprit qui mélange les souvenirs, qu'importe le feeling physique passe bien, des mains, des bouches, des doigts, des langues, des bites, des chattes, tout est là!  L'homme est affairé entre mes cuisses, avec sa langue,  avec ses doigts, mais quel est donc son talent ...?...
"Oh Mon Dieu".."Oh Mon Dieu"..."OOOOOOOh MOOOON DIEU"......
(je ne sais pas pourquoi, voila une chose que j'ai tendance à dire sans le contrôler quand je perd pied, quand mes sensations me submergent, quand je me sens mise en orbite, vestige judeo-chretien d'une morale que nous avons plaisir à piétiner?)...je ne sais pas ce qui se passe, enfin si .....je comprend que cet homme, ce parfait inconnu, ici et au milieu de tous va probablement réussir à me faire jaillir.....Les sensations sont nouvelles et étonnantes.... Je sens pour la première fois de ma vie cet afflux liquidien et soudain par je ne sais pas quelle botte secrète il deploiera alors à cet instant, il provoque en moi une sensation si intense que je ne peux qu'hurler et mon corps ne peux que répondre à cette irrépressible envie de contracter mes muscles pour que jaillisse la fontaine....je suis secouée, émue, infiniment heureuse, reconnaissante, j'ai envie d'huler que le sexe est magique...
Wahooo...wahoo...L'homme est un multi-recidiviste et L en profitera elle aussi à plusieurs reprises
On s'enlace, On se mélange tous les 4, caresses, douceurs, plaisir...
Un peu de repos, un verre, et il faut quand même savoir quels sont les prénoms de ce couple qu'un heureux hasard a mis sur notre chemin!
La fin de soirée nous amène a profiter, L puis moi de l'incontournable et réclamée sodomie de W, tout en continuant à profiter de D et J par tous les moyens possible, langue, doigts, tout est délicieux, si excitant et si enivrant...plaisir de tous les sens et dans tous les sens
C'est épuisée, vidée, mais avec cette sensation de flottement et de plénitude si merveilleuse que je quitte ce lieu,
Encore des rencontres marquantes, encore de nouveaux plaisir, 
Merci la vie

13:10 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (2)

30/06/2019

Nuit trouple au Taken

Capture d’écran 2019-06-30 à 11.08.41.png

 

De trop nombreux mois que je n'étais pas retourné au club le Taken depuis que je m'étais séparé de Ch ... qui adorait le lieu.

L... voulait le découvrir après qu'un amant l'ai amené au Mask,

C... était seule,  nous serons trois n'ayant pu trouvé un accompagnant à c ...

Trouple lubrique qui se présente à la porte rue Le Régrattier.

Un homme chanceux me lance le portier, il faut dire que mes accompagnatrices étaient craquantes.

Nous descendons l'escalier, un verre vite pris et voilà C... qui montre à L... les lieux.

La piste de danse est pleine, mais elles ne s'y arrêtent pas, c'est l'entrée de droite que C... vise.

Couloir rouge, qui débouche sur le grand lit.

les yeux de C... brillent de ses souvenirs du quatuor de sa semaine passée , les yeux d'L... de ses désirs à venir.

Passé, futur et moi présent je les suis amusé.

Les coins câlins sont vident il est trop tôt.

Qu'à cela ne tienne mon duo s'installe sur le grand lit, se déshabille et s'enlace.

Deux maitresses que j'ai baisé à cris rabattus et me voilà juste spectateur de leur sensualité !

je tire les rideaux du lit baldaquin me mets moi aussi nu et les caresses.

Parfois leurs bouches se détachent et me sucent, mes doigts jouent sur deux pianos en même temps, me voilà musicien ambidextre.

Des visages écartent les rideaux nous observent

Une femme observe fascinée , son homme un peu en arrière, je les trouve mignons et les appellent.

Les voilà vite nus à nos cotés, ses jambes levées je prends C ... joyeusement qui suce L ... qui me caresse les tétons, mon peché de gourmandise, la coquine aime me faire plaisir.

le couple se mélange à nous.

je quitte C ... L ... est caressée par l'homme

et puis ...

je  ne sais plus

ou si ...

j'ai des images éparses.

je ne vois rien la tête dans les jambes de la fille, mon sexe est sucé par deux bouches, puis des cris et gémissements se font entendre mon sexe est délaissé, je vois par les miroirs du plafond un corps qui convulse, des cris jamais entendus.

Me voilà à prendre la femme, je peux voir pendant que ma bite explore cette nouvelle chatte.

Mes coquines se font sucer par l'homme qui les doigtent, elles hurlent, l'une est sur le coté reprenant ses esprits d'un orgasme vulgurant, le lit est trempé.

L'homme est un sorcier, un sourcier, il vient de faire découvrir à C... sa capacité à être fontaine.

L ... n'est pas en reste et jailli elle aussi plusieurs de fois de ses doigts.

Mes coups de reins se font plus puissants, la femme décolle.

je me retire et fille à la salle de bain

De retour, mes deux accompagnatrices sont comme hébétées des multiples orgasmes jaillissants qu'elles ont vécu,

je me glisse vers L ... que je n'avais pas baisé depuis au moins ... 5 h, une éternité ! Son sexe est trempé, il est brulant, avec délice je m'y plonge, le mien est une bâton dans un brasier.

Des cris de C...  ou de la femme ou des deux se font entendre, ceux de L ... s'y mêlent, des couples nous observent.

L ... part,convulse et explose.

Je me roule contre C ... et l'embrasse, elle est comme épuisée, son corps est trempe.

Il est temps d'une pause.

Le couple nous rejoint au bar, elle vient de divorcer et rattrape 18 ans de sagesse, lui est un coquin aux doigts de feu, à la langue d'enfer.

L'envie reprend mes coquines et j'avoue moi même, ne les faisons pas passer pour plus gourmandes que moi.

Elles ont en tête d'autres plaisirs.

Après que leurs deux bouches aient mis en condition l'objet de leur convoitise, m'extirpant des feulements de plaisirs, L ... se pose me tend son cul suppliant que j'ouvre son œil obscur.

L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn.

Comme dans le poème de Victor Hugo il me regardait au fond de cette cave, pupille dilatée de ce que je l'avais dans l’après midi copieusement ouvert.

J'y entre, il est bouillant et à nouveau serré pour mon plus grand plaisir, et c'est très lentement que je joue avec.

L ... jouis dans les bras de C ... qui sourie de son plaisir.

C ... qui réjouira des doigts de l'homme venu nous rejoindre.

je prolonge l'enculade pour mieux contenter L... qui en raffole.

puis quand épuisée et contentée elle se roule, je file à nouveau à la salle de bain, elle m'y rejoint son plaisir a été mousseux preuve d'une béatitude réussie.

de retour C ... est en manque , l'addiction à l'orgasme est plus rapide que celle des drogues les plus dures.

elle m'offre elle aussi son cul en s'appuyant sur la banquette . autour de nous des couples nus ou habillés passent, des couples baisent à droite et devant.

Je la prends les gens me frôlent pour passer d'une pièce à l'autre, ils observent, les corps des femmes me caressent et m'excitent à l’humidité de leur peau je sais si elles vont ou ont baisé.

je n'entends plus rien, je ne sais plus s'il faut accélérer ou ralentir, C ... jouis cris, L ... l'embrasse me regarde heureuse et épuisée, me guide dans le rythme pour que je garde le bon tempo.

Le couple baise contre C ...

Je plane.

En nous quittant sur les quais de seine, nos visages sont épuisés mais béats et radieux, les taxis les embarquent, je rentre à pied.

Paris de nuit Paris d'après débauche, mon téléphone vibre de leurs messages;

je gazouille de bonheur ,

j'ai jamais autant jouis de ma vie.

Elles retournent vers leurs hommes, moi vers mon nid parisien,

et je me dis que la vie est belle.

 

 

 

 

Cris et convulsions

 

 

20190627_114104.jpg

 

CRIS ET CONVULSIONS

 

 

 

 

 

 

09:58 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2019

Les corps infidèles ont une mémoire fidèle

Capture d’écran 2019-06-10 à 13.35.11.png

Devasted Bed (Fullerton, CA - 2006)
Camille Ayme - Devasted Bed

 
Les corps infidèles ont une mémoire fidèle.

4 ans de pause et à cet instant ses jambes relevées contre ma poitrine

Mon sexe en elle, retour des sensations folles que nous avions .
 
Mise au point télémétrique qui superpose deux images

Elle se réalise à cet instant.

Photo intacte des frissons qui nous parcouraient.
 
son corps à l'unisson du mien.

ses frissons à ma queue qui l'ouvrait
 
mes frissons à l'orgasme qui grondait
 
Les corps sont de grands nostalgiques ils n'oublient pas les moments de plénitude

cet instant fait mentir le proverbe que l'eau ne coule pas deux fois sous le même pont.

Oui le plaisir peut revenir identique d'une séparation de 4 ans.

Et le cœur ?

Lui est resté car les cœurs sont des amoureux du passé

14:30 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2019

ce salaud

 

 

Mémoire qui s'efface

comme un dessin au soleil

mangé par le temps

ce salaud qui me vole tes couleurs

 

 




 

10:41 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (1)

25/05/2019

Il y a le manque

20190427_104923.jpg

 

Il y a le manque et cette pensée obsédante

Il y a le vide et cette pensée lancinante

Douleur de l’oubli

Douleur des envies

Il y a ces mots qui sont partis

Mots magiques, mots euphoriques

Trop vite, trop fort, trop haut

L’acmé, l’apothéose

Trajectoire parabolique

L’attraction ramène tout sur terre

A terre

En terre

Sous terre

Mots enfuis

Maux enfouis

Ennui d'heures vides d'eux

Affres de la perte d'y répondre

Les poser pour ne pas perdre la tête

 

 

 

19:20 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (0)