Web Analytics Made Easy -
StatCounter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2020

Nuit du lez

 

 

C’est un petit oiseau qui se pose entre mes cuisses, qui s’y louvoie, qui s’y installe.

C’est de petits gazouillis qu’il me donne pendant que je sens mon sexe écrasé de ses parois goulues.

Rien ne bouge et tout bouge en moi

Rien ne bouge et tout bouge en elle

Le plaisir monte, rien ne bouge,

le plaisir déborde et elle se lâche, rien ne bouge

Rien ne bouge et pourtant nous sommes tout rouge de plaisir

Elle ne gazouille plus

Je gazouille à sa place

29/03/2020

confinement: nu aux légumes

sans titre-.jpg

20:21 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (0)

confinement: nu aux légumes

91320104_578497366208162_9025103448684625920_n.jpg

20:20 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (0)

Nuit Hellenique

paris-fils-de-priam-roi-de-troie-la-legende-grecque-pleine-longueur-lenlevement-dhelene-apres-vase-anciend-gravure-sur-bois-xixe-siecle-bbngc0.jpg

 

Un mot échangé, un hasard, et une Iliade née.

Selon Homère, Aphrodite avait permis à Paris de séduire la belle Hélène puis de l’enlever à son mari, j’aime Paris son pseudo était Aphrodite et elle était aussi jolie qu’Hélène, grecque comme elle.

Moi qui cherchais à panser mes plaies d’amour quoique meilleurs onguents qu’une nouvelle rencontre, page blanche d’une aventure nouvelle.

Une robe rouge, une ceinture noire, des lèvres écarlates, Aphrodite ressemblait à Paloma Picasso, méditerranéenne, c’était la Crête qui entrait dans mon antre.

Baisers, doux, presque timides qui se découvrent, nos mains se cherchent, nos mains se séparent, les miennes glissent le long de la fermeture éclair, éclairant ma nuit de la lumière de sa peau nue.

C’est Aphrodite la déesse qui apparaît sur le piédestal de sa robe à ses pieds, nue, soulignée de sa ceinture qui avait été laissée, rehaussée de ses talons noirs.

Les gestes se font plus empressés, plus désireux, plus fébriles, nos mots échangés par mails, la tension érotique créés par eux, enfin, mutés en plaisirs charnels.

J’allais être Paris, devant ce Paris nocturne, devant ce sacré cœur qui m’avait donné tant d’ardeur à lutiner.

Te voila nue sur mon lit tel Vénus de Giorgionne, Titien , Manet .

Les timidités tombent, te voilà plus dominatrice que la bonne éducation de ton milieu l’autoriserait, me voilà pris en main.

Mais n’en déplaise aux dieux et au risque de froisser une déesse, l’insoumis que je suis, reprend la main et conduit la valse.

Une valse à 3 temps, une valse à 5 temps, une valse hors du temps.

Deux méditerranéens dans la nuit parisienne, deux nourris à l’huile d’olive glissant l’un sur l’autre, s’oubliant, se culbutant.

Deux expressifs pour dire à mes voisins que je suis revenu.

Deux adultérins dans la nuit s’adonnant au dieu priape,

Incendiant notre couche comme la Troie du roi Priam.

Mais point d’odyssée pour le retour, le lendemain je t'attendais.

24/03/2020

confinement: mon confinement à l'EHPAD en 2040

GetAttachmentThumbnail-11.jpeg

23/03/2020

confinement: troublé

GetAttachmentThumbnail-4.jpg

confinement : la salle de bain

Photo02_2.jpg

 

modèle camille belle de jour

22/03/2020

Aux confins des tes fesses

Aux  confins de tes fesses, tu confines tes mots.

Se quitter pour mieux se retrouver?

Se quitter pour mieux s'oublier ?

De ces deux hypothèses je retiens le mieux.

Le mieux étant l'ennemi du bien,

je vais consigner tes fesses et confiner mes mots.

 

19:54 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (0)

21/03/2020

Nuit du Râteau matin du masque avec l'inconnue

 

GetAttachmentThumbnail-2.jpg

Paris une heure du matin quelque part, 2 heures de marche avec 1 artiste saoule avec qui je discutais sur Gleeden depuis des semaines.

Arrivé à Paris à 22 heures, rendez-vous pris à minuit. Une jeune femme au bar Le Fumoir, totalement ivre, déception suis-je trop classique, je n’aime pas les gens ivres.

Visiblement je ne réponds pas à ses attentes, ne complimente pas, je ne la rassure pas, je comprends que ces aventures sont un moyen de se rassurer sur son nouveau physique.

Elle me lance on va pas se quitter comme ça au moins discutons ! accompagnes moi je vais marcher dans la rue me dégriser !

Je fus dégrisé de mon acceptation, 2 heures de marche le froid, la pluie, quelque part entre le Louvre et le Sacré-Cœur.

Elle me dit je suis dégrisée j’appelle un taxi je rentre chez mon mari. Le taxi arrive je tente de l’embrasser sur la bouche, elle détourne sa tête et me dit non juste 1 hug.

Je rentre furieux contre moi-même d’avoir tenté de l’embrasser alors que visiblement je savais que j’aurais un râteau. Voulais-je rentabiliser les 2 heures mouillées ? !

Je marche sous la pluie et me penche sur l’application, un profil est encore ouvert en cette heure tardive, je lance un mot, vous aussi à marcher mouiller sous la pluie, après un râteau nocturne ?

À ma très grande surprise une réponse. S’ensuit une discussion fluide évidente. Nous convenons le lendemain d’un rendez-vous, je l’attendrais dans mon appartement avec 1 masque imitation léopard sur les yeux.

Le noir me cache du ridicule de la situation, je suis sur mon lit habillé un masque léopard sur les yeux.

La porte s'ouvre, quelques pas, des habits qui tombent, un grand, rire, mais qu'il est choux avec son petit masque, mon lit s'enfonce, je sens un pull prêt de moi, des lêvres froides, une langue bouillante m'envahit, je me laisse aller.

très vite je suis déshabillé et un corps nu et voluptueux m'enveloppe, la bouche à la langue infernale m'avale, m'aspire, glisse, pompe, effet immédiat, rires de satisfaction de l'inconnue.

Dans le noir je dessine ses formes sensuelles, je vis son caractère fougueux et entreprenant, me voilà servant de pâle à une chatte noyée d'envie, ses mains sur mes tétons elle a bien compris mon mécanisme et s'en émerveille.

Sous le bandeau les autres sens sont décuplés l'odeur, le touché, le bruit, je jouis à ses hauts et bas, puis elle me tourne le dos et se délecte de mon gland qui la frotte là où elle désir.

Je suis guidé et le noir me devient lumière comme si le plaisir envahissait mes yeux clos.

Je m'enhardis de diriger, oui l'aveugle prend la direction et sans tâton, la positionne en levrette pour l'embrocher là où le pâle ne l'avait pas encore supplicié, on dit que les martyrs jouissaient de leurs tourments,  elle ne mourra pas en martyr mais à jouis de mon supplice , bruyamment même.

Me voilà à la sucer, puis à la rebaiser, puis à être sucé, puis branler, puis à baiser, il n'y a pas eu de miracle je n'ai pas recouvré la vue mais mon dieu que ce noir fut coloré de nos jouissances.

3h plus tard, elle se lève, se rhabille, rigole encore de mon masque, trouve que baiser un aveugle est plus sexy quand il remplace les verres noirs par un tissu panthère, la porte claque, j'enlève le masque , la lumière me brule les yeux, je suis vide et heureux.

On dit par litote que l'on a connu pour dire que l'on a couché et bien moi j'ai couché sans connaitre ...

Le téléphone vibre, un message de mon inconnue,

- on recommence encore avec le masque la prochaine fois, chiche !?

- ok chiche ...

 

 

 

 

29/01/2020

je cherche un Homme

Diogène cherchait un Homme.

Je cherche une femme que Diogène qualifierait d'Homme.

Demain j'ai rendez vous avec une athénienne,

je viendrais au rendez vous avec une lampe à huile et comme Diogène je lui dirai que je cherche un Homme.

 

21:33 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (6)

21/01/2020

Axiome géométrique de l'amant polygone

Le triangle est une figure habituelle du couple, on parle de triangle amoureux;

 

           FEMME
MARI            AMOUREUX

 

Il aspire à être isocèle mais tend vers le rectangle.

J'ai testé pour ma part l’Hexaèdre, figure à 6  

 

               MARI

AMANT 1       AMOUREUX          

AMANT 2       MOI 

             FEMME

 

Puis le tout est devenu carré ;

MARI     FEMME
MOI      AMOUREUX 

 

Mais Rien n'est carré dans la vie, le mari a soupçonné la femme qui a eu peur de perdre le mari, elle l'a dit à l'amoureux, qui s'est retiré.

La femme ne voulait pas perdre l'amoureux, la peur dissipée, l'amoureux est revenu. La femme de culpabiliser d'avoir perdu l'amoureux n'a plus été capable de le tromper avec l'amant.

Elle a quitté l'amant.

Axiome de géométrie à usage d'un amant polygone:

L'amour est plus fort que le sexe, par deux points ne passe qu'une droite, tout amant polygone fini de coté

 

 

 

20:16 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (3)

19/01/2020

L'orgasme

20200125_180436.jpg

 

Les bras en croix, la tête dans les draps, le cul relevé les llèvres ouvertes, elle hurle son orgasme , se retourne , met la main sur son sexe, tremble, pleure, gémis " je vais tout lâcher,non ...  " prends la serviette la place entre ses jambes, se roule sur elle même.

Accroupie les jambes par terre le tronc sur le lit, la main sur la serviette, la serviette sur son sexe, ses fesses et ses tremblements qu'elle ne contrôle pas.

Cela dure, dure, elle est ailleurs, je la contemple jaloux ...

 

15:07 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2020

Diana Slip 1930

En 1930 Léon Vidal créait les éditions Gauloises plus tard appelées les Libraires Nouvelles, mais son activité comportait aussi des dessous fétiche à la vente, le catalogue DIANA SLIP les présentait, les dessous éta,t selon la publicité " Trés suggestifs" et toute commande particulière pouvait être sollicitée au magasin 9 rue Richepanse ( aujourd'hui chevalier de saint georges) dans le 8e. En plus des tenues, des accessoires, des photos ou des livres érotiques étaient vendus comme les plus licencieux qui pouvaient être publiés en anglais. Diana slip offrait un envoi par paquet discret.

Tous les grands photographes parisiens ont été convié à la création du catalogue et ceux-ci en pleine crise de 1929 trouvait un moyen de gagner de l'argent car en cette crise seul le sexe vendait. dont Jean Moral, René Schall et Brassai

La guerre et la pudibonderie qui s'en est suivie a mis fin à cette publication.

a5403ddbbbd99a3c9bb6a9afe71040a9.jpg

roger-schall-etude-publicitaire-pour-de-la-lingerie-diana-slip-lingerie-advertisement-for-diana-slip-1933-21.jpg

1603dee42501b5a3bab88c6318000dfe.jpg

BotOL6pIQAAfB6H.jpg

brassac3af-publicitc3a9-pour-diana-slip-1930s-via-lustdoctor.jpg

CQ9Ys1hWwAAIIRB.jpg

diana-slip-080c61b1-86ae-49b6-b867-4ba957b6dfb-resize-750.jpeg

images-1.jpg

roger-schall-etude-publicitaire-pour-de-la-lingerie-diana-slip-lingerie-advertisement-for-diana-slip-1933-22.jpg

roger-schall-etude-publicitaire-pour-de-la-lingerie-diana-slip-lingerie-advertisement-for-diana-slip-1933-55.jpg

s-l300.jpg

 

 

30/12/2019

Nuit 44

GetAttachmentThumbnail.jpeg

 

44 , j’ouvre la porte de la suite du 4e étage hôtel Langlois, des semaines que nous échangeons, que nous brulons de désir, Si je ne connais que ses jambes et ses fesses, je sais ses fantasmes les plus intimes.

Le salon est vide je m’enfonce dans la moquette épaisse, elle m’attend de l’autre coté de cette porte fermée que j’avais laissé ouverte en partant.

Comment est elle, que pense t elle, serai je à la hauteur, à son goût mon cœur bat, mon ventre se serre ?

Mes pièces dans la poche vont me gêner tout à l’heure, je les vide sur le marbre du meuble art déco, le bruit métallique raisonne et doit l’avertir de ma présence.

J’ouvre dans la demie pénombre, un dos des fesses me fon face sur le lit, la climatisation bruyante nous enveloppe dans un froid artificiel, elle tremble, moi aussi.

Que dire, les premiers mots sont toujours difficiles à souffler, une phrase qui montre mon assurance pour cacher mon émoi, première fois qu’elle entend cette voix que je n’aime pas.

De longs cheveux sur un dos fin, l’élastique du bandeau comme serre tête, je dépasse le lit la contemple enfin, à genoux prête au sacrifice, tremblante, les yeux cachés du masque, corps gracile, couleur ambre, serai je au gout de sa beauté ? Mes doutes m’assailles, je suis ébahi de son audace, je suis ébahi de ma chance.

Elle ne peut plus faire marche arrière moi non plus, je m’assieds contre elle, elle redouble de tremblements, je coupe la clim, la caresse, elle est fébrile, se jette sur ma bouche, me mange littéralement, je me détache pour plus la contempler.

Je profite pour jouer avec la chaine du collier que je lui place, ce froid métallique l’enflamme encore, nous nous enlaçons pour fusionner, ébats furieux, orgiaques, comme si le jour dernier sur terre nous baisions, baise jusqu’à épuisement, moi éblouis par elle, elle dans le noir de son bandeau, elle le retire me découvre instant en suspend, mon cœur est plus rapide que dans les ébats, instant suspendu de sa réaction.

Elle sourit, d’un sourire heureux et se jette sur moi pour m’embrasser, j’ai passé l’épreuve, nous roulons l’un sur l’autre vers la tarte au citron que j’avais recherché dans une adresse japonaise, son dessert préféré.

Sexe et sucre quel meilleur régime, c’est que je dois reprendre des forces la soirée ne fait que commencer, et mon inconnue décillée d’une voracité sans fatigue.

J’ouvre l’armoire où des tenues en vinyle nous attendent, elle enfile cette robe, 1er pour elle que ce genre de vêtement, nous filons en taxi rue Le Chapelais, vers une cave où une soirée fétiche est organisée.

La queue est haute en couleur, cuir, vinyle, latex, des sacs contenant des tenues extravagantes débordent.

Nous arrivons au bar, une infirmière de vinyle blanc avec des tubes me salut, je reconnais Camille, puis une bloggeuse aussi et son soumis, les yeux de mon accompagnatrices s’écarquillent de ce qu’elle voit, des tenues, des gens.

Elle qui voulait rompre la monotonie d’une relation adultéro amoureuse en cueillant des spécimens sur Gleeden est servie en matière d'ethnologie.

Dans la cave principale, on danse, drag-queen de latex, Dark Vador de plastique, tenue de colonial, de dragon, de Catwooman, tout est démesure, fou, décomplexé. Au dessus une cage une femme  enfermée se déhanche, soudain une flamme sort de la bouche de cette blonde tatouée cracheuse de feu, la sono vibre à nous faire entrer en résonance.

La curiosité nourrit peu sexuellement et nous sommes affamés des premiers moments de l’hôtel, nos corps se rappellent à nous, je la plaque contre les pierres et me brule les doigts dans son sexe incandescent, mouille en ébullition.

Nous filons sous la tente réservée aux ébats, je retrouve la bloggeuse en extase par un coït tantrique, d'une immobilité impressionnante, un couple de femmes tatouées qui se font jouir, et un couple qui baisent en amazone.

Enfin je suis en elle, elle est brulante, trempée, surexcitée, ma bouche ne parfait pas à la calmer, mon sexe comme lance à incendie est appelé au secours, mes coups sont à la mesure de la sono, bourdon de cathédrale qui sonne le tocsin d'une nuit d'enfer.

Je suis d’une force et d’une frénésie que je découvre avec étonnement, ses encouragements , me surexcitent, nous sommes les plus bruyants de la tente, mais cela ne gêne personne dans les tremblements de la sono, le couple tantrique est d'une mobilité à peine perspectible, la bloggeuse a les yeux dans le nirvana. Nous sommes trempés épuisés, j’ai jeté toutes mes forces.

Sereins, heureux, nous sortons de la tente noire, il y a encore plus de monde sur la piste, des tenues encore plus folles, seule une séance de fouet donne un peu d’espace.

Même si minuit est largement dépassé, mon amante doit filer, de princesse de stupre se transformer en épouse et mère modèle.

Vite nous revenons à une tenue normale, nous voilà dans le froid de paris qui nous dégrise un peu.

Le taxi arrive, je l’embrasse, je la sens déjà en esprit ailleurs.

Nous nous reverrons ?

L’interroge t elle. Elle ne répond pas et glisse dans le taxi.

 

Je recevrai ce message :

Baiser avec un inconnu dans le noir est une folie 

Privé de la vue vos autres sens ont le premier rôle 

L’ouïe 

C’est très rare qu’on baise ce sens là 

Qui est pourtant d’une extraordinaire puissance 

Vous entendre entrer dans l’autre pièce 

Jeter des pièces de monnaie sur une table ou des clefs 

J’ai perçu ce son de façon très aigu 

Puis votre entrée dans la chambre 

Je ne sais pas si vous avez vu ma respiration s’accélérer

Et entendre votre voix

Votre  bonjour m’a surprise 

Vous avez rempli l’intégralité de ma conscience, de mon esprit 

Le toucher ensuite 

L’air de la climatisation me caressait la peau à la faire frissonner 

Puis vos mains sur ma peau 

J’en ai ressenti un grand soulagement 

J’ai eu ensuite une intense envie de vos doigts 

J’ai dû vous paraître très impatiente 

Le métal ensuite 

Sensation d’une intensité folle 

Le froid sur les lèvres, le long de mon corps,...

Quant à cette soirée dans les caves...

J’étais très excitée de toutes ces images 

De vos doigts sous ma robe contre le mur en pierre 

J’ai eu très vite très envie de vous dans ce lieu 

Puis sous la tente 

Voir d’autres personnes baiser 

Les sentir si proche de moi

Un moment de partage 

Pendant que vous preniez ma chatte a pleine bouche je me suis sentie plonger dans un tourbillon de sensations 

Puis votre membre est venu remplir intensément mes chairs 

Je vous sentais très fortement, c’était bon et douloureux et bon

J’ai glissé hors de moi 

 

 

 

 

 

21/12/2019

les jupes des filles

Même si j'aime regarder sous les jupes des filles c'est à l'Insu de mon plein gré que je suis parti avec la votre, j'espère que cette inadvertance fétichiste nous vous a pas mise à poil ?

Je ne voudrais pas avoir une réputation d'arsene Lupin des jupes celle d'agir sans queue ni tête est déjà bien lourde.