Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2015

TEASING ...

Il faut que j'écrive, je proscraniste, mes doigts sont devenus gauches et engourdis, les mots se cachent sous une une imagination que je ne titille plus.

Et pourtant mes souvenirs continuent à s'empiler

à venir des notes sur 

 

Une vierge que j'ai éduqué 

Une amoureuse que j'ai baisé

Une tokyoite qui m'a attaché

ma visite dans un club échangiste au japon

l'essai d'un hôtel à tokyo ...

 

Teasing ... cela va venir 

19:28 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (5)

12/09/2015

100 000 abandonnés par an

SPA_été2014_0.jpg

 

 

Je viens de jouir, elle n'a pas prononcé les mots magiques ceux qui excitent et me comblent.

Roulés en boule, l'un contre l'autre, elle m'annonce qu'elle ne restera pas la nuit.

Cette nuit on en rêvait. Nuit de baise scandée par des assoupissements.  Coup à moitié endormis, coup du matin, coup épuisés. Nuit pour nous deux sans le départ et l'adieu dans une rue obscure.

Mon ventre se serre. Je ferme les yeux, ne rien montrer.

Une panne de libido et la culpabilité de ses frasques qu'elle n assume plus au regard ignorant de son homme.

Une envie de bébé à l heure de l'horloge biologique. 

L amante est un animal comme un autre gouvernée par ses hormones.

Adieu mails trempés d'envies . Baises folles . Cris orgasmes. Chandelles,mots crus,sodomie, centaines de sms.

Le plaisir devient coupable. Les putain qu'elle est bonne, mauvaise conscience.

La raison de la vie l'emporte sur l'envie sans raison.

Comme un danseur abandonné au milieu d'une valse ennivrante je regarde la couche de nos émois.  

Le bal s'achève. Tristesse d'une salle évacuée  jonchée de cotillons écrasés.

Il y a eu du bonheur dans ces lieux et le vide maintenant.

Les  amants ont ils un nombre limité d'orgasmes ?  Il ne me semblait pas avoir notre quota. 

Le libertin est un animal domestique comme les autres, il s' attache.

Il n'a plus qu'à attendre d être à nouveau adopté.

 

30/08/2015

Vintage

BDSDSC_0148.jpg

 

Parfois je me dis que j'ai passé du bon temps ... envie de continuer

20:20 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (3)

21/06/2015

Nuit démonia

Je traine et m’ennuie à parcourir dans la chaleur de l’après midi des galeries d’art au contenu aussi prétentieux qu’insipide.

Nous avons convenu de nous retrouver à une station d’un métro pour aller ensemble à la nuit Démonia.

Nous devons au retour faire l’amour, mais le corps à ses déraisons que la raison ne raisonne plus et nous décidons qu’elle passe à l’appartement d’abord puis d’aller à Démonia après.

Une chance dans notre emploi du temps serré ; une place dans ma rue et vite nous nous retrouvons nus sur les draps délicieusement tirés.

Mon sexe est happé, aspiré, sucé mais j’hurle de faim et la couche sans attendre sur le lit pour d’un coup la pénétrer.

Les préliminaires sont faits pour les amateurs d’apéritifs, pour les dégustateurs d’entrées, à cet instant c’est le plat principal direct et roboratif que nous voulons.

Délicieux coup de fourchette que de me sentir en elle.

Et la dégustation commence, en gourmet plus qu’en glouton, slow sexe pour mieux se sentir.

L’effet est immédiat elle part par deux fois et je la rejoins.

Nous mangeons nus devant le Sacré Cœur qui se part d’un rouge couché de soleil.

En dessert nous nous avalons tout simplement en reprenant nos jeux.

Le soleil éclaire ses fesses et me guident vers son antre brulante où je continue à me consumer avec délectation.

N’en pouvant plus de mes assauts, repue elle m’installe sur le dos puis de sa bouche et ses mains provoque un orgasme qui m’explose le cerveau laissant ses mains et mon corps plein de mon foutre abondant.

C’est titubants et flottants de ce plaisir, nos sexes pétillants encore que nous sortons pour aller à la soirée Démonia.

Là encore, une chance de cocu,  une place presque à l’entrée.

Devant, des gens qui sortent de taxis avec des sacs, ils portent des tenues fétish , le spectacle commence.

Dans le tunnel, les costumes s’annoncent à la hauteur de la réputation de cette soirée.

Nous nous changeons, en face de moi un garçon rondelet enfile un kilt en latex, une jolie fille se contorsionne pour entrer dans sa tenue.

Un couple se donne un coup de bombe pour se faire briller.

Un homme immense et filiforme met une dernière touche à son look, il porte une combinaison de vinyle noire qui lui souligne sa frêle et longiligne silhouette, il n’a pas de hanche et ses jambes interminables finissent sur les pointes fines de bottes fétiches rouges, au cou, un collier et une chaine que sa maitresse de femme aussi grande que lui mais trois fois son volume, tient d’une main ferme. Un coup de chaine et il part vers la soirée.

Nous sommes prêt …

 

293917308.jpg

 

Le contrôle du dress code accompli devant un jury de jeunettes tatouées et un représentant de l’empire de Star Wars, nous entrons dans l’antre du fétichisme …

La foule longe les couloir de la crayère, des femmes nues, couvertes de kaolin sur talons nous croisent, des hommes en laisse au pied de leurs maitresses, des tatoués, des lanières qui soulignent les corps, du cuir, du vinyle et le roi de la soirée, le latex.

 

 

DSC8568.jpg

 

Au détour un attroupement démonstration de shibari.

 

11121248_10207132362334314_1825986984_n.jpg

 

Puis la grande salle ou les shows se succèdent, un avaleur de lames de rasoirs, vision à la limite du supportable, des corps qui dansent se contorsionnent.

Attention un homme est allongé au milieu de la foule, entouré d’une couverture, avec sa pancarte il incite les  porteuses d’escarpins à le piétiner, il y a foule de piétineuses qui attendent de réaliser ses désirs.

 

photo-2x.jpg

 

Plus loin dans les couloirs des hommes ont mis des femmes en position de fessées, main contre le mur, culs offerts, elles attendent le sifflement des lanières de cuir et leurs morsures sur la peau.

 

 

 

Celles ci dansent dans les deux mains du virtuose, puis s’écrasent sur les fesses qui rougissent, la température monte, le désir aussi.

Mon accompagnatrice brule sous son cat suit, elle se colle à moi, pour ne pas me perdre et surtout parce qu’au milieu de ces gens si spéciaux, son désir monte, ses bisous dans le cou se font plus langoureux, elle a envie que son corps brûlent à nouveau de notre complétude. Il faut dire que nous marchons alors que nos sexes sont encore dans le ressentis de nos jeux précédents, si évidents si intenses, que l’appétit revient vite.

Le danse floor s’illumine de lasers verts, et les tenues les plus improbables se trémoussent aux sons électroniques.

On rentre ? Ses yeux humides, disent oui, elle m’embrasse et dans le détachement de ses lèvres, elle souffle ; j’ai envie.

Nous filons dans la nuit, habillés de nos habits civils, libérés du latex et sa température, la fraicheur de la seine nous enveloppe.

Arrivés à l’appartement, il est si tard que le Sacré Cœur n’est plus allumé, elle se jette dans le lit et je la prends immédiatement, nos minutes sont comptés, son homme plus loin dans la ville dort, elle doit le rejoindre.

C’est un soulagement, comme un verre d’eau que l’on donne à des assoiffés, nous nous abreuvons de nous même, tellement en conscience l’un de l’autre, ma bite est un archet, sa chatte les cordes et son corps un violon dont je joue et tire des sons de plaisirs.

Je n’ai pas envie de durer, je veux jouir, être tout à mon orgasme qui arrive époustouflant, me laissant étendu, le cerveau suractivé de la décharge, les yeux envahis de lumière blanche.

Fin de soirée … dans la nuit parisienne, deux corps contentés marchent vers leur au revoir, vidés, mais plein de leur vie intense.

 

 

 le site de Démonia 

 

 

Capture d’écran 2015-06-21 à 10.57.20.png

 

 

06/06/2015

Dans l'ascenseur

baiser-gout-baume-levres-300x215.jpg

 

La porte de fer se referme, et mes yeux avec, enfin seuls, mes lèvres touchent les siennes, et la cabine d’ascenseur se met en branle vers ma garçonnière.

Je sens la chaleur de son envie dans le souffle qui fait frémir ma bouche, mes lèvres absorbent les siennes, et je les suce comme si c’était son clito.

On embrasse comme on baise, et nos sucions sont longues, profondes, sans précipitation mais avec cette intensité qui provoque des frissons au creux des reins.

Nos langues se mêlent, nos lèvres s'aspirent, mes mains glissent sous ses habits. De ma peaume je touche sa peau, qui m'embrase , cela faisait une éternité que ne le l’avais pas eue ainsi dans mes bras.

Exil brisé de nos fusions, nos corps vont se retrouver.

Ma bite va tenter de l’hurtebiler dans quelques instants, étalon qui rentrera enfin à l’écurie de son corps.

En effet, blessée en un lieu sensible nous allons tenter de retrouver nos sensations, nos embrassades pour se rassurer quelles soient encore au rendez vous malgré le mauvais sort qui s'est acharné à nous priver de nous.

22:34 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (14)

25/05/2015

Cuni trop matinal

 

VOMI.jpg

 

7h la porte s’ouvre, elle se glisse dans le lit, nous nous enlaçons  pour la réchauffer, elle a traversé paris pour me cueillir dans la chaleur de ma nuit.

Nous faisons l’amour, collés l’un à l’autre, intensément, avec cette gravité des instants trop rares à nos appétences. Au fond de sa matrice,  je libère mon énergie, lâchant un gémissement animal, fauve contenté.

Notre sommeil reprend, je m’endors rassasié avec une faim d’absence de petit déjeuner.

A notre réveil, elle me dirige vers ses cuisses, les ouvre et me tend son sexe aux lèvres encore froissées de nos ébats.

Son sexe et bouillant, coulant, il sent sa cyprine, l’odeur de la capote.

Je pose mes lèvres sur son bouton, il est brulant, je salive, trop à mon habitude, je crains que cette salive soit de mauvais augure.

Elle feule, s’agite, commence à jouir, me tire les cheveux, je continue à l’aspirer, à pincer son bouton avec mes lèvres, à dessiner des arabesques autour, dessus, ma salive est abondante, trop.

J’accélère mes caresses buccales, je crains de tenir plus longtemps, heureusement elle non plus, voilà ses cuisses qui se ferment sur ma tête, écrasent mes temps, je n’entend plus rien, mes cheveux sont puissamment tirés, ma langue continue, je suis en apnée, ma tête est libérée, les cuisses s’ouvrent et son sexe m’est arraché de ma bouche, elle hoquète, me supplie  de ne pas l’approcher.

Je me redresse, heureux du résultat, inquiet de mon étant, je salive encore et mon estomac gronde, un premier soubresaut et les yeux coulent et la gorge me pique, je bondis, elle ne comprends pas mon abandons du lit si inaccoutumé. 

A genoux , j’attends et soudain cela vient , un jet qui traverse ma gorge, envahit ma bouche et se projette sur la cuvette des wc … je vomis toute ma nuit … les yeux me pleurent la gorge et le nez me pique.

Après quelques minutes les spasmes diminuent et cessent.

Conclusion; ne plus jamais cuniter à jeun avant 8h du matin … je suis définitivement de l’après midi.

Après lavage des dents, reprise d’une haleine normale, achat en bas d’un morceau de pain pour caler mon estomac nous avons rebaisé et c’était trop bon.

 

15/05/2015

Nuit de la goutte

tumblr_nnmmfxOeIQ1trx5d0o1_1280.jpg

Sur le dos, abandonné à sa bouche, je la contemple me happer, volupté trempée de salive qui m’enveloppe et me transporte.

Je jouis à ses lèvres qui s’enfoncent, je geins à sa gorge qui butte en un hoquet m’inondant plus encore.

Comme un ressac, je sens mes chairs se libérer, tressaillir de l’air libre et du vent que je sens sur ma hampe,  la partie captive de sa cavité buccale bruisse du plaisir d’une langue qui m’enveloppe, glisse.

Mes neurones sont des câbles électriques qui électrisent mon sexe, l’anus, la colonne vertébrale, irradient mes reins et se perdent dans mon dos.

Elle se redresse, me lâche, libre et heureux, le sexe luisant de sa salive, frustré du chaud matriciel, je contemple  l’obélisque de mon plaisir dressé au centre de cette pièce, comme le centre de la place.

Surgissant des cheveux blonds, un œil tel celui de Caïn, me fixe de joie qui se mâtine de défi.

Je comprends pourquoi, sa main reprend l’infernal de sa bouche, ses doigts experts glissent, recouvrent, pressent, pendant que sa langue lèche feu mon frein.

Mon sexe est si trempé que je ne sais même plus si c’est une langue, des lèvres, des doigts ou une paume qui se jouent de moi, mais la partition est intense.

Je souffle et lutte pour ne pas exploser, serrant mon périnée pour jouir plus encore, la vicieuse le sent, en abuse, lâche les mains et m’enfourne à nouveau, le plaisir est moins intense, encore que rapidement la langue œuvre à remplacer les doigts.

Les miens se crispent sur le matelas quand ils ne sont pas sur mes tétons, boostant incommensurablement mes jouissances.

Je vois des couleurs, je ferme les yeux et des visages apparaissent, coquines de mes fantasmes, coquines de ma mémoire vous peuplez cette chambre baignée du soleil.

Et soudain dans une sensation incongrue, comme une piqure sur l’aine, mais moins violente, j’ouvre un œil et comprends qu’une une goute d’eau vient de s’écraser sur mon pubis, venant de  tomber de ses cheveux qu’elle avait lavés dans son bain avant de s’occuper de moi, humide dehors et dedans.

Comme un soupçon d’épice cette goute, exulte le gout de ma jouissance, j’attends la prochaine, en compare la morsure, au plaisir lascif qui enveloppe ma bite.

Le Ying et le Yang … cette goute c’est la claque durant la levrette, un exhausseur de plaisir, je monte, boue, et me lâche en un cris primal.

Le sperme, jailli, envahie son poignet, frôle ses lèvres qui sourient.

Un regard vainqueur me toise, je suis explosé et heureux,lui demande de s’allonger sur moi, je veux redescendre avec son corps comme couverture.

 

12/05/2015

Et si je me remettais à l'écriture ?

image1.jpg

 

Peut être que j'écrirais sur une goutte d'eau ...

01/05/2015

4 étapes pour une initiation sodomique

On m’interroge souvent sur la sodomie et mon expérience à ce sujet.

J’ai, chose incroyable ( je m'en étonne moi même) ,  toujours fait découvrir l’immense plaisir que peut apporter une sodomie et rendues sodo addict mes amantes, mais il y a des étapes à  connaître.

1er étape faire découvrir à votre douce ses points profonds.

S’il existe le point G, il existe aussi deux point dit deep car plus au fond du vagin, réveiller ses coquins est indispensable.

deep-spot-1.png

C’est le massage de votre sexe au travers la parois lors de la sodomie, mais encore la sensibilisation de cette zone qui entraineront des orgasmes dont votre complice ne pourra plus se passer et qui vous ouvriront les portes serrées de son anus aussi facilement qu’un vagin.

Avec vos doigts masser et jouer sur ces deux zones vous l’entendrez feuler, gémir, pleurer, jouir, hurler.

2e étape associer le plaisir de ces points avec celui d’un  sphincter que l’on ouvre.

En massant les deep points, commencer avec la pulpe du doigt par masser son anus et quand vous le sentirait prêt, enfoncer y un doigt.

Ne pas bouger le temps qu’elle s’habitude, son plaisir augmente.

Alors commencer à bouger le doigt dans son petit trou, enfoncer et surtout sortez très doucement. 

3e étape après un orgasme vaginal alors qu’elle est heureuse et détendue, jouer avec son cul.

Un doigt lubrifié s’introduit en elle et commence de lents va et vient. Puis, elle sur le ventre tentez de masser avec le doigt à travers ses parois, l’un des deep point, elle commence à feuler vous sentez son anus de détendre, n’hésitez pas à sortir le doigt pour qu’elle vous supplie de reprendre, alors glissez deux doigts et n’hésitez pas très doucement à les écarter pour l’ouvrir plus encore.

se sentiment d'anus que l'on ouvre, de doigts en son plus intime et son vagin qui joui des caresse, va se mélanger en une seule sensation délicieuse de jouissance anale et vaginale.

Continuez ainsi, en lui caressant le dos ou en embrassant ses cheveux, de douces paroles pour la combler, l’amèneront à un plaisir anal fulgurant.

4e étape elle est prête

alors aprés une courte baise pour la mettre en appétit, dites lui de se mettre en missionnaire, un coussin pour rehausser son cul.

Sortez votre sexe de sa chatte puis avec un doigt lubrifiez, ouvrez, faites pénétrer le lubrifiant.

Présenter votre gland, plein de lubrifiant et poussez super lentement … vous entrerez facilement.

Bien au fond, commencez à aller et venir, mais lentement, la sodomie mérite au départ de la lenteur.

Allez au plus profond, n’hésitez pas à ressortir, et recommencer tout en s'enfonçant c'est la perception de votre sexe au plus loin d'elle qui va provoquer son excitation.

La suite n’est plus qu’à vivre … et à me raconter.

je vous garantie qu'elle deviendra vite à son étonnement accroc à cette pratique qui peut provoquer de superbes orgasmes.

 

21:58 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (13)

19/04/2015

J’espère qu’il va te prendre

 

tumblr_lgbvih1e8Q1qalt7yo1_500.jpg

J’espère qu’il va te prendre à ma place, qu’il travaille pour moi longtemps ta chatte, avec sa bite comme bâton, que cela dure des heures, que vous transpiriez à grosses goûtes, comme une agonie qui ne finirait jamais, que vous soyez au bord du précipice et que vous retardiez le moment de vous y plonger, rendant cette attente, horriblement frustrante et assouvissante,  que tu attendes ses coups de reins, que tu feules à ses glissements, que tu hoquètes à ses inclinaisons, que sa bite t’embrase et que ce brasier emporte ton esprit, que tu lui cris des mots crus, que tu le supplies qu’il jouisse, que tu l’implores de continuer, que tu te noies aux vagues qui inondent ton sexe, que tu vives leurs ressac du plus intime au bout de tes cheveux.

Et quand tu sentiras son corps se raidir, que tu sentiras son bâton qui tremble, quand sa bite crachera le foutre brulant des couilles qui te fouettaient les cuisses, quand ses cris donneront le là de ta propre explosion, que l’épée flamboyante traversera ton corps de part en part, que tu le rejoignes en cris pour que, jusque dans le son, votre copulation continue, ivre de vie.

Alors ton sexe éructant encore mais incapable de ne plus rien contenir, tu te détacheras de lui,  sur les draps trempés de vos sueurs et de ta mouille, tu ouvriras grand la bouche pour respirer et apaiser les braises encore en toi, les yeux fermés tu vivras des couleurs pourpres. Tes membres seront parcourus par les dernières répliques de l’innommable décharge, soubresauts nerveux déconnectés de ta volonté, danse de saint Guy, d’une décapitée d’orgasme, des larmes couleront de tes yeux et ta conscience contemplera ce corps qui s’est déshabillé d’elle.

Alors celle-ci pensera à ces mots écrits pour revivre nos embrasements.

21:04 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (1)

31/03/2015

Impatience

Encore 57 heures  pour,

 

 ton corps contre le mien.

Ton souffle dans le mien.

Ton sexe pour le mien.

 

Mais 57 heures c'est 205200 secondes de trop ...

trop hâte pour les supporter,

trop envie de toi pour les subir,

purgatoire avant l'enfer de nos ébats.

13:53 Publié dans ELLE, ENVIES | Lien permanent | Commentaires (2)

23/03/2015

VDM

 

20150313_135421.jpg

(photo contractuelle)

 

aujourd'hui ( enfin il y a quelques jours) rdv avec une blonde bombe anatomique que je cunnite, doigte, fait couler, baise, rebaise, cunnite, redoigte, tribaise qui me branle mais ne suce pas . Je l'interroge et elle me répond qu'elle n'aime pas. Je ne savais même pas que certaines femmes n'aimaient pas sucer et il a fallu que je le découvre dans le lit d'une bombe anatomique. VDM 

21:53 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (17)

08/03/2015

Il y aurait ...

une belle entrée

 

Capture d’écran 2015-03-08 à 13.25.21.png

 

un appartement magnifique

 

Capture d’écran 2015-03-08 à 13.24.21.png

 

Capture d’écran 2015-03-08 à 13.24.35.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2015-03-08 à 13.25.04.pngCapture d’écran 2015-03-08 à 13.24.10.png

 

 

 

  

 des masques 

 

masquecuirverniburgundypaulsevillefront__048784400_1626_14072014.jpg

 

blackstingraymaskpaulseville__063268500_1735_10072014.jpg

 

 des serres taille

 

Capture d’écran 2015-03-08 à 13.38.08.png

corsetponytailblackside__014446100_1231_13022014.jpg

corsetframecuirnoirunaburkemiseencage__040430900_1301_18022015.jpg

Capture d’écran 2015-03-08 à 13.37.41.png

 

 de très légères culottes

BORDELLE-Cabaret-Webbed-Thong-02-500x500.jpg

 

 

 

 

BRACLI-G-Black-Brigade-Mondaine-01-500x500.jpg

des talons aiguille

 

images-5.jpg13146210.jpg

 

images-4.jpgescarpins-noir-et-doré.jpg

 

 

 

 

 

4 ou 5 couples 

et le tout formerait la superbe partouze, porn-chic, que je rêve d'organiser

 

 

 

13:53 Publié dans ENVIES | Lien permanent | Commentaires (7)

01/03/2015

Nuit du Goûter

11039554_10206182213701192_1334108258_n.jpg

(photo contractuelle) 

 

 

Nuit Obscure, je l'appellerai ainsi, avait beaucoup aimé boire un verre avec Nuit Oops, discuter de polyamour et s'embrasser un peu dans ce bar où nos voisins s'enlaçaient déjà, faisant fuir la serveuse qui voyait cette mezzanine se transformer en coin câlin.

L'amant de Nuit Oops avait beaucoup apprécié la photo des fesses de nuit Obscure avec le gâteau posé et en avait parlé à Nuit Oops qui avait voulu aussi essayer.

Rien de prévu dans notre rendez vous où tout était prévisible.

Nuit obscure, Nuit Oops et moi, leur soleil ...

( ok là je me la pète, mais le contraste entre nuit et soleil était littérairement tentant ...cher lecteur) 

Le champagne ouvert pour faire délier les langues et tomber les vêtements, les photos prisent du gâteau pour les envoyer aux amants absents.

 

11015837_10206182215821245_778012792_n.jpg

 (photo contractuelle) 

 

C'est fou comme les réseaux sociaux vous mettent une foule dans votre lit, vos invitées et ceux qu'elles veulent rendre jaloux ou exciter ...

Voilà mes deux belles enfin à leur tache, posées sur mon lit, fesses offertes à ma gourmandise.

Qu'il est difficile de poser des parts de gâteaux sans les faire s'écrouler sur le galbe de mes assiettes du jour.

Les deux gâteaux ne cessent de bouger, des tremblement de rires, de ces demoiselles que la situation amuse.

Les photos sont dures à prendre mais quelques fessées rétablissent l'ordre et le calme dans la bassecour.

Les fesses se figent pour des photos plus nettes.

Je les figent sur la pellicule pour mieux vous les faire partager

Une cuillère et ma langue pour tout nettoyer, les voilà propres et pourtant trempées.

 

11039731_10206192853887190_1880261159_n 2.jpg

(photo contractuelle) 

 

J'éteins la lumière, Nuit Obscure se pose entre les jambes de Nuit Oops, qui commence à gémir.

J'entre en Nuit Obscure qui continue de sucer Oops, la soirée commence.

Je me tais, pour mieux vous faire rêver ces instants car il parait que le grand art est toujours de laisser du vide au spectateur pour qu'il l'emplisse de ses désirs.

 

 

22/02/2015

Mïrka LUGOSI

 

 

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.51.03.png

 

 

Mïrka LUGOSI, est née dans une famille rurale loin de la libération des moeurs des années 60, à quelques lieues du chateau de Dracula, au coeur des Carpates, ce qui a contribué à l'étrangeté de son univers. Activiste underground des années 1980, elle fut une figure de la scène Fétiche et membre du groupe experimental Noise, Publie le magazine Maniac ( tiens une publication pas loin de mon antre ) et est la compagne et le modèle de Gilles Berquet.

 

Artiste autodidacte, d'abord modèle, elle va développer une oeuvre multiple, photos, vidéos, peintures, mais aussi dessins.

Successeur de l'esprit d'Hans Bellmer, ou de Pierre Molinier, ses dessins méticuleux sont des miracles de fétichisme, tout en tension érotique et onirique.

Le surréalisme n'est pas mort, il vit encore dans les doigts minutieux et précis de Mïrka LUGOSI, qui ne produit sur sa table de cuisine que dix dessins par an.

Alors courrez vite à Sète où le FRAC montre son travail jusqu'au 3 mai 2015. Ses dessins splendides mais aussi ses photos, sa vidéo, ses peintures et ses compositions.

Vous pouvez aussi entrer dans son univers en lisant ses petits bijoux de livres.

son site

celui de son excellentissime galerie Air de Paris

 

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.52.15.png

 

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.52.23.png

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.52.39.png

 

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.57.22.png

 

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.57.34.png

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.57.48.png

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.59.19.png

 

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.59.07.png

Capture d’écran 2015-02-22 à 20.59.27.png

20150222_162044.jpg

2015-02-22 18.13.51.jpg

 

2015-02-22 18.17.17.jpg

 

20150222_161504.jpg

 

 

20150222_161456.jpg

 

20150222_161511.jpg

 

20150222_161602.jpg

 

 

 

 

 

 

20150222_163021.jpg