Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2014

Le coup de pouce

 

 

 

 

tumblr_n40qchKCQr1topdcfo1_1280.jpg

 

 

Alors que je pénètre en elle, elle me trouve doux.

A … est une femme d’expérience dirons nous, des années de BDSM, un sein reconstitué pour cause de jeu trop violent, je goûte le compliment.

Je n’ai, en effet, jamais été repoussé pour cause de douleur anale, peut être grâce à ma botte secrète.

Vous partagez tant mon intimité que je vais vous la dévoiler.

La botte de Nevers à un pendant sodomite je l’appellerai le « coups de pouce »

En premier lieu ne jamais évoquer la première fois vos envies d’enculade, l’anus est une place qui se conquiert et ne se négocie pas.

Faites donc vos affaires préliminaires mais faites le bien, le petit trou ne s’abandonne avec délice qu’après orgasme.

Donc orgasmez là !

Puis reprenant vos prodigalités, placez là à quatre pattes, le souvenir du plaisir conventionnel pris précédemment fera que la position sera reprise avec enthousiasme.

Pénétrez là, jouez abondamment avec son con.

La botte va commencer.

Alors qu’elle exprime une douce satisfaction au mouvement de votre archet , mouiller votre pouce de sa cyprine, puis avec la pulpe du doigt poser le sur l’anus.

Surtout pas de pénétration malheureux !  Un anus inconnu ne se pénètre pas, il faut attendre qu’il vous happe.

Pour cela il faut lui ouvrir l’appétit, la position a commencé à réveiller des envies de multi pénétration, il faut donner corps à cette envie.

La pulpe du pouce va se poser sur l’anus, comme une simple présence, accélérez en attendant vos coups de reins, déjà les connections de plaisir entre votre bite et son cul commencent à la faire réagir.

Massez alors l’anus par cercles concentriques pour qu’il s’ouvre à vous, les mouvements de votre partenaires montrent clairement qu’elle aime cela, deux trois mots anodins et crus pour lui occuper l’esprit surtout ne pas lui dire que vous allez la prendre à cru … cela se fera mais plus tard quand elle n’aura plus à craindre vos lubricités.

L’anus doit s’ouvrir doucement, vous sentez sa béance sous votre doigt.

Mouillez le, sortez votre bite prétextez un peu de gel dessus, sexe ouvert cul ouvert elle vous attend avec impatience, entrez alors le sexe , votre pouce appui en même temps sur l’anus, s’il s’ouvre c’est que son corps vous attend, enfoncé le doigt assez profondément dans son cul.

Continuez les vas et viens de votre bite, soyez assez lent, ce n’est pas le mouvement général qu’elle doit sentir mais centimètres par centimètre la progression de votre sexe.

Quand vous sentez que son sphincter relâche la pression sur votre pouce, sortez le délicatement, un « oh oui » ( si elle est française , jésus Christ si elle est américaine) va certainement jaillir de sa bouche même si elle est timide.

Entrez alors  votre bite doucement dans son sexe trempé. Puis avec votre pouce, à travers les fines parois retrouvez votre bite, appuyez dessus, elle va s’écraser pour son plus grand bonheur sur la face antérieure de son vagin.

Continuez doucement comme cela, un certain temps, son cul est maintenant dompté, sortez votre pine, enlevé le doigt, mettre une pointe de gel frais sur son trou, et présenter votre sexe, serrez la base pour le durcir et pénétrer … vous y êtes … c’est chaud et cela vous serre … plus tard cela se desserra

Parlez lui sans bouger et commencez vos va et viens,

Je vous laisse là, maintenant, la suite à chacun de l’inventer

25/03/2014

Je sais c'est machiste comme envie ...

tumblr_mxsp3h0ZDA1rayazno1_1280.jpg

 

mais waoooouuuu j'en ai des frissons, cherche coussins vintages désespérément  

16/03/2014

Séance n°5

 

tumblr_mnxofgTyUu1rfbzkao1_500.jpg

 

 

Pour la séance n° 5 tu n’aurais pas du me confesser tes rêves humides, me voilà à chercher le gode idéal qui t’emplira le sexe pendant que le mien envahira ton intime.

Te sentir écartelée dans tes chaires frémissantes pendant que tes oreilles entendront mes gémissements de plaisirs prodigués par  ton cul rendu plus étroit de ton sexe pris.

Naviguer dans l’interstice de ton plaisir et ta douleur.

Sentir les vagues venir de mon cul titillé par un anéros.

Te faire jouir à n’en plus respirer puis …

quand tes esprits seront  repris te demander de me pénétrer pendant que tu me suceras

Finir haletant à tes cotés en repos de nos culs épuisés le sexe vidé d’un sperme qui aura giclé sur mon corps et ton visage.

11:08 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (33)

02/03/2014

sexe & vue

 

 

 

Loin, très loin, Hong Kong, Hotel Intercontinental ***** sur kowloon 

 

Prix 

Cher mais expérience unique.

 

Avec qui

 

Bien sur nous Français un peu bobos, on dirait une coquine locale, pour réduire le bilan carbone de la coquinerie mais on ne serait pas in the mood of HK , non là bas c'est le culte de la mondialisation, l'eau est française et vient d'Evian, le montres de suisses, les smartphones de Corée, les voitures du Japon, les ascenseurs sont allemands, et les cafés de seattle.

Il faut coucher mondialisé donc importé , importez donc qui vous voulez pourvu qu'elle soit coquine bien sur ...

 

Pour quoi faire ?

 

pour baiser devant cela !

caption.jpg

view-at-night-from-our.jpg

 

Devant la plus belle baie du monde, une seule position pour en profiter à deux, la levrette, après dans cette position faites ce qui vous plait.

je pense que cela devra tout de même être long pour prolonger la magie de la vue avec celle d'un plaisir qui s'empare doucement du corps jusqu'à ce que les images de la nuit dansent comme des étoiles de jouissance.

 

Et Après

 

hummm après buvez une bonne bouteille de vin , à hong kong les grands vins sont plus faciles à trouver que chez nous et sirotez encore et toujours devant la vue mais dans un bain chaud.

remettez un peu le couvert quand même, vous n'aurez pas souvent cette vue pour attiser votre libido

Exquisite-Rooms-At-InterContinental-Hong-Kong-Hotel-6.jpeg

 

Puis allez dans ce petit boudoir décoré comme un salon libertin qui s'appelle le Feather Boa pour gouter les daikiris fraises chocolat et faire des rencontres improbables, à 7 euros le daikiri vous ferez des économies pour la chambre.

le boudiour_web1.jpg

 

 

 

16/02/2014

Partition sexuelle

Acte 1 BOUCHE

 

tumblr_n089ktPuAv1s6qi3ro1_500.gif

Acte 2  DOIGTS

tumblr_n0bp4dxKH51s6qi3ro1_500.gif

Acte 3 CUNI

tumblr_n0hu166BDz1s6qi3ro1_500.gif

Acte 4 LEVRETTE

tumblr_n0bptigiKw1s6qi3ro1_500.gif

Acte 5  JAMBES SUR EPAULES

 

tumblr_n0htulWD1a1s6qi3ro1_500.gif

Acte 6 ORGASME

tumblr_mxzpvkQutL1s6qi3ro1_500.gif

22:07 Publié dans ENVIES | Lien permanent | Commentaires (23)

02/02/2014

Me voilà dans de beaux draps

lavandiere.jpg

 

Il y avait une donnée à laquelle je n’avais pas pensé en devenant propriétaire d’une garçonnière, c’est celle de la gestion des draps.

Jadis occupant d’hôtel, je ne me souciais pas des draps où alors uniquement lorsque les ébats les avaient marqué au delà du raisonnable, je me souviens d’une sodomie nocturne et de la nécessité le matin d’aller voler dans la buanderie une paire de drap propre puis faire disparaître ceux morts au champs d’horreur.

Il est vrai que nous étions en suisse pays du blanchiment.

Là, il en est différemment, je n’ai pas le temps à Paris de squatter les laveries et ma quasi chambre de bonne est trop petite pour un lave linge ( j’ai casé un lave vaisselle quand même non mého ).

Impossible de ramener à la maison les draps, qui se transformeraient immédiatement en constat d’adultère de 4 m2. J’avais trouvé comme solution la concierge à qui je laissais un sac de mes draps et qui me les remontait propres et repassés.

Mais comment dire, je me suis rapidement aperçu que ma consommation de draps propres et les marques univoques dessus allaient faire jaser. Surtout une concierge !

Il faut dire que je n’ai pas été raisonnable et que changer de draps trois fois en un weekend cela pouvait me faire passer au mieux pour un maniaque au pire pour un libertin.

Bref, il me fallait une autre solution, que j’avais trouvé en la personne du kurde à l’angle de la rue, il ne me connaît pas et parle le kurde, cela limite l’effet concierge, il est ouvert même le dimanche et assure en 24h le lavage et le repassage, 6 euros le draps ma foi ce prix valait bien celui de ma réputation dans l’immeuble.

C’est donc serein que le dernier weekend end de mon passage j’amenais le linceul de mes ébats, un peu de sang, beaucoup de gèle et un cul qui s’était allé, constituaient les stigmates de la passion de nos corps.

J’informe le kurde qu’il sont assez sales et qu’un 60° sera nécessaire, pas de problème me répond t il en franco kurde (la traduction est libre mais le sens certain)

Je l’informe que mes parents viendront les chercher, je les paie d’avance.

Serein je quitte mon appartement l’esprit tranquille et le corps vide, je n’ose dire les couilles aussi …

Las, le surlendemain texto de mes parents,

«  W … on est allé cherché tes draps, c’est une horreur appelle nous « 

Gloups, penaud j’appelle…

On final nul trace de ma luxures mais des draps devenus bleus par grosses tâches  … contact avec de la couleur (comme les sous vêtements je suis draps blancs)

Un ange passe … de soulagement.

Mais je perds l’usage et la confiance en mon Kurde, me voilà dans de beaux draps …

13/01/2014

Ce que l'on peut dire quand on est amoureux ...



#5 Parlez-nous de François : Julie Gayet par francoishollande

23:10 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (6)

05/01/2014

Bonne année

IMG_3281.jpg

(photo contractuelle)

 

Que vous souhaiter ?

22/12/2013

Nuit des chocolats

tumblr_moaz12Hpg11rli4bbo1_500.jpg



Nos deux corps penchés, le regard avide, en apnée, la tension érotique s’accroit.

Jamais auparavant rencontrée et pourtant en quelques minutes, cote à cote avec dans l’esprit des jeux de corps et la bouche qui salive à l’idée saugrenue et furieusement sensuelle d’un association improbable de sodomies et de chocolats

La vendeuse de chez Genin perçoit elle que nos regards sur ses doigts vont au delà du carré noir à la brillance annonciatrice, que nos esprits voguent vers le lit qui nous attend et les promesses d’une attente qui titille notre libido?

Voulez-vous en gouter un ?

Surtout pas encore !

Son œil sourit,  elle a compris, ma spontanéité m’a trahie.

De là à lui avouer que ces chocolats seront le plaisir buccal qui coulera en complément de mon sexe qui pénétrera sa cliente par la plus intime des voies ?

Je suis pudique, je n’ose, ma complice me regarde et ses yeux brillent, promesse évidente d’un désir qui n’en peu plus.

Nous quittons vite la boutique et allons à nos envies nous adonner.

Le reste ni ne s’écrit, ni ne se murmure, encore moins ne se hurle, il se remémore tout simplement mais jamais plus elle ne mangera des chocolats fins sans une pensée pour cette après midi de décembre.

 

23/11/2013

Le morne regret des chimères absentes

 

1472884_751645414863789_702627846_n.jpg

Le morne regret des chimères absentes, m’empli à nouveau,

Au matin de mes levers, ce n’est pas le sexe qui me manque mais la douce chaleur d’un corps qui se love en moi.

Envie de ces instants où tout passe par un souffle régulier au diapason du sien.

Eblouis par les réverbères de Paris, dans la fatigue aurorale.

D'un regard qui vous fait roi, de petits riens plus vastes que des empires.

Dans les ténèbres futures espérer désormais sa lumière et s'avouer que tout le stupre exposé ici ne cache qu'une envie d'Amour.

 

Un merci à Baudelaire et ses bohémiens 

 

16/11/2013

Garde robe

E19.jpg

 

En train d’essayer ce manteau, gris clair ou noir, j’hésite, je pèse, soupèse, 14H30 , zut je demande au vendeur de les garder 24h le temps que je revienne, et je file à mon rendez-vous anonyme et obscur

Il y a comme une sorte d’habitude chez moi à associer une rencontre avec un élément de garde robe.

Je ne suis vêtu que de souvenirs érotiques.

Costume de banquier avec F …

Ceinture avec E …

Chemise Charvet avec S …

Caleçons avec E …

Manteau avec I …

tout cela pour finir à poil entre leurs cuisses ...

11:30 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (19)

11/11/2013

20 d'écart

sur le bord de la piscine la jeune mère de famille me regarde d'un oeil sombre, elle porte ce qu'il faut aux femmes de bonnes moeurs, la bague de fiançailles, la jolie alliance et des rondeurs qui trahissent le laisser aller des femmes casées.

Décidément les 20 ans d'écart avec celle qui se blottie contre moi ne passent pas , je suis fusillé du regard.

si elle savait que dans quelques années elle sera inscrite sur sur gleeden elle serait plus tolérante ...

03/11/2013

Nuit rue Malher

 

tumblr_mo8iau7azU1rdn1f7o1_500.jpg



Sa bouche enferme mon sexe et mon œil se ravit à la vision crépusculaire de son corps gracile au dessus de moi.

Quelques semaines auparavant je m’étais inscrit sur gleeden, conseillé par quelques coquines qui en avait fait leur magasin de Candy.

Me voilà sucre d’orge offert à des lèvres clandestines.

Nous avions accroché, ses réparties sibyllines avaient retenu mon attention.

Nous en étions venu à nous donner rendez vous dans la pénombre d’une chambre d’hôtel avec comme consigne que notre rencontre se ferait sans parole.

Comme à son habitude ses écrits étaient brefs, émoustillants avec cette retenue qui pouvait en faire douter.

Aucun des décomptes habituels pleins d’enthousiasmes, un certain silence avant la date fatidique.

Je doutais donc quand la porte s’est ouverte.

Nos corps se sont immédiatement accordés, dans la promiscuité de l’obscurité.

Sa bouche me travaille et je jouis de tous les sens qui s’embrouillent dans mon cerveau.

Ma main guide ses joues pour un jeu de poupée.

Ma main tire ses cheveux à sa plus grande volupté.

La voilà qui se redresse me plaque au sol, je darde mon sexe qui lui sert de pal.

Supplice consenti avec empressement.

Son sexe liquide s’écrase, va et vient, des décharges électriques partent de mon anus pour mourir sur mon gland.

Ses chairs le serrent, électrisent mon dos, mes tétons sont des sonnettes que je me plait à tirer comme pour quérir un orgasme que j’espère et retarde.

Me voilà derrière elle et une claque fuse, notre pacte est rompu … elle brise le silence par un "oh oui vas y … "

une deuxième sanctionne cette incartade ou récompense sa perte de contrôle ?

Je n’en sais rien mais son plaisir est certain.

Viennent ces accélérations qui sonnent l'acmé des ébats, les corps sont frénétiques, ma main tire ses cheveux, et son dos se tord de plaisir, de ses bras j’use pour plus l’attirer à moi à n’en plus pouvoir, mon doigt presse son œil sombre.

Le temps certainement bref, est suspendu en accords de nous.

L’apesanteur finalement rompu, nous-nous roulons sur le lit en sueur, trop de retenue de ma part, j’ai joui sans exploser et je me sens perdre des forces.

A nouveau en elle pour droit dans les yeux jouir de son regard.

J’ai envie de l’envelopper de mon corps, de la couvrir, mais je n’ose pas, les premières fois sont toujours une phase de découverte.

Nous restons là flottant hors du temps, avant qu’il ne reprenne son empire sur elle.

« A ton le droit de parler maintenant ?

   je ne peux tarder me dit elle « 

La vie reprend son cours et nous nos courses, avec ce je ne sais quoi de fort, d’inachevé, d’espérance d’encore qui font le sel de ces rencontres.

Je file vers le grand palais, j’ignore où elle va et si nous nous retrouverons ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25/10/2013

Éros & thanatos

tumblr_mdzlduoZWz1roj0duo1_500.jpg



Je ne sais si elle viendra.

1er rendez-vous dans l'obscurité d une chambre de son quartier.

Je doute qu'elle vienne et je redoute le SMS qui viendra.

Le SMS est arrivé deux heures avant l'heure prévue de notre rencontre.

Je l attendais mais il m'effondre :

" c'est fini depuis matin , on l'enterre samedi "

Elle est venue et son audace m'a ravie.

Son corps gracile pansant la plaie de la nouvelle.

Eros pour oublier thanatos.

Eros pour croire que l'on triomphe de thanatos ?

 

20/10/2013

Crazy envie

tumblr_llcm6yfbnZ1qg3xrp.jpg

 

Parmi toutes les choses que j'aimerai bien faire cette année c'est un spectacle au crazy horse qui me fait une folle envie.

 

22:35 Publié dans ENVIES | Lien permanent | Commentaires (5)