Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2016

j'ai écarté les lourds rideaux

37545943_p.jpg

 

 

 

 

 

J'ai écarté les lourds rideaux de ton alcove libertine,

de ton attente je t'ai libérée,

de mes caresses je t'ai aliénée,

de mes reins je t'ai sodomisée.

Odeur de luxure, parfum concupiscent,

sens en bouleversement,

amants indécents, boudoir gourmand.

Ce n'est la poétesse qui m'a voluptiné mais l'aimée.

Nuit folle à ne pouvoir plus hurler

tellement nous avons baisé.

Au matin que des corps désarticulés

mais encore le doux corps de mon aimée pour baume de mes reins martyrisés.

16:53 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Peut-être est-elle "poétesse"...mais vous, un poète hors pair...
Après cette douce lecture....une furieuse envie de luxure! :je m'essaye à la poésie et c'est pas gagné! (sourire)
Continuez Mr Waid...continuez...

Écrit par : La Pompadour | 25/07/2011

Tu sodomises ton aimée ? Rhoooooo... pervers !

Écrit par : Emeline | 25/07/2011

La pompadour

alors cet essai ?

allons allons laissez vous aller , ecrivez puis enlever, enlever, on n'ôte jamais assez ...

Emeline

ben , c'est de la poesie .....

pervers ?!? oh oui :)

Écrit par : waid | 25/07/2011

Ca tombe bien... envie de perversion et de folies !

Écrit par : Emeline | 26/07/2011

Emeline

moi aussi .... maris cachez vos femmes !

Écrit par : waid | 26/07/2011

Et sortez ensuite, ca m'intéresse ;)

Écrit par : Emeline | 27/07/2011

Peu importe les actes, l'ambiance est là et ce boudoir est bien troublant ! ;)

Écrit par : chilina | 28/07/2011

Les commentaires sont fermés.