Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2017

Nuit des surprises

 

tumblr_kw62y4g8XW1qz7jsbo1_400.jpg

(version relue suite aux nombreuses protestations reçues ...)

 

 

La pièce étroite est bondée de nous, six à forniquer, corps qui jouissent peaux qui se frôlent, peu d'espace mais grande complicité dans cette cabine des retrouvailles. Je dois lui faire une surprise et je lui ai donné rendez vous au sauna de son initiation, elle ignore que deux complices invités la lutineront.

Plaisirs multiples et saphiques pour plus de lubricité d'une passée novice, vite convertie.

Son sourire énigmatique dont la cause se résout lorsque durant une brassée dans les bains bouillonnants du lieu une main me touche l'épaule.

Celle de ma chère C ... en évasion de son amoureux avec un complice de ses libertés, lui même grand corrupteur de mon invitée laquelle savait cette présence.

Tel est surpris qui croit surprendre, deux vielles connaissances coquines en ces lieux à cet instant !

 

A quatre, bras dessus dessous aller vers les cabines et s'attarder sur un attroupement de voyeurs en admiration de galipettes exhibitionnistes.

 

Y reconnaitre que l'objet de l'attention du public est mon couple de complices lutineurs qui las d'attendre s'est en public lutiné.

 

Cela tombe bien mon couple complice est ami de longue date de celui surprise, réunion de vieilles connaissances. Le hasard crée de bonnes surprises et les surprises jamais n'abolissent le hasard.

 

Vite s'enfermer pour mieux s'enlacer.

 

Retrouvailles en effusion.

 

Amoncèlements de chairs qui tanguent vers l'extase ou en ce qui me concerne pestent de ne point assez vite bander.

 

Sucions de bites, de cons, de seins, de langues, de pieds et de culs.

 

Orgasmes qui se vivent ou s'entendent.

 

6 à baiser dans 6 m2

 

Pourtant point d'angoisse de la sardine en sa boite enfermée, nous sommes des anguilles dans la mer des sargasses à frayer.

 

Flashs de ces instants trop riches pour être tous fixés:

 

Ma bouche dans son sexe pendant que sa tête par la fenêtre hors de la cabine sortie se fait caresser par les passants des couloirs , mains inconnues  qui la soutiennent ou la caressent , langues qui l'enlaçent et moi qui la suce.

 

Son orgasme à mes cotés sur notre complice qu'elle chevauche, celui sonore de ma complice qui bien vite se lassant du saphisme par moi se fait empaler.

 

Les levrettes et autre foutreries à nos cotés et puis le calme, plus que 4 à rester , corps épanouis et libérés de nos orgasmes , rien faire , rien dire , juste vidés par le plein de nos émois encore surpris de nos surprises.

 

Se décider à sortir, surprise ;  le soleil de l'après midi a disparu, une heure du matin, temps de rentrer.

 

Mais la nuit est ainsi faite que celle qui m'accompagne à l'hôtel veut encore de moi, cela tombe bien je brûle d'elle , sexe à deux infiniment plus fort que nos multiplicités pour achever nos moments de lubricités.

Expérience nouvelle avec un gode anal de l'orgasme prostatique en une fulgurance qui la laisse sans jambe, tétanisée par la force de mon membre qui jamais n'a autant bandé si dur, bonheur partagé de cette tension qui écrase mes chairs et éclate son con.

 

Au matin , des encore et des encore d'autant plus puissants que le plaisir doit de loin être retrouvé et pour la première fois l'entendre dire à midi « tu m'a tuée ».

 

Aveu de satisfaction de trop de pâmoisons, de ses muqueuses ivres de trop de satiété, de ses jambes molles d'avoir tant tétanisées , de sa bouche épuisée de ses si longues sucées , de son corps apaisé et pourtant martyrisé.

 

Croyant, je sais qu'elle va bien avant le troisième jour ressusciter, pour en croix encore haleter aux plaisirs de ses vices.

 

Commentaires

Très joli texte qui résume bien la surprise des uns qui devait initialement etre celle des autres.

Écrit par : Emeline | 29/10/2010

Une chatte n'y retrouverait pas ses petits...
Faites la chatte et elle devient chienne.

Écrit par : lorencie | 29/10/2010

emeline

merci un texte sorti des limbes de ma memoire


lorencie

c'est un peu confus rires je vous explique

j'avais rendez vous avec T pour une surprise j'avais pour cela demandé à H et D de venir sur place je rencontre O que je connais trés bien et C qui connait trés bien ( bibliquement parlant T D et O oui il est trés actifs sur la blogo , H lui connaissait bibliquement D et O il est un peu moins actif sur la blogo ) moi je connaissais T D O ( je suis un peu actif sur la blogo)

pour mpi rencontrer O et C était une surprise

bref T H D O C et moi on s'est retrouvé tous ensemble , H a connu T et moi je me suis amusé avec D et O

c'est plus simple comme ça ?

non vous devenez chêvre tellement ces explications sont compliquées .... haie

Écrit par : waid | 29/10/2010

Pfff... c'est trop petit, j'ai dû prendre une loupe !!!
rien compris mais par pitié, ne reprend pas l'explication.

j'aime bien quand c'est déjà flou. je ne suis pas obligée de porter mes lunettes

Écrit par : petite française | 29/10/2010

petite française

et hop c'est plus gros .....

je croyais etre super clair .... rire

Écrit par : waid | 29/10/2010

Toutes ces lettres, cela devient presque mathématique et me reviennent en mémoire mes années lycée, ou en section C, nous devions relier des A avec des T, sur des repères orthonormés, comme vous reliez vos T avec des H, sans vecteur mais avec des flêches, pour les combiner avec des D , ou des O , puis du repère vertical, les déplacer sur le repère horizontal, sur l'axe des X ou se trouve des Y , dans des repères bien peu normés.
Einstein y perdrait son latin.

Écrit par : lorencie | 29/10/2010

Rien compris à qui connaît qui et qui surprend qui, (peu experte en multiplicité j'avoue), mais aux sensations de plaisir décrites j'ai vibré en retrouvant des miennes... Belle lecture !

Écrit par : Ambre | 30/10/2010

C'est assez troublant ce sentiment que j'ai d'avoir vécu cette scène mot pour mot!
Je suppose que si chacun devait se raconter dans ce récit, nous aurions 6 points de vue relativement différents. En tout cas il semblerait que vous y ayez passé un excellent moment!

Écrit par : S* | 31/10/2010

lorencie

j'admire votre mémoire mathématique

Ambre

ah ah j'apprends un peu sur vous ;)

S

Vous aussi parfois vous avez ce sentiment que dans une autre vie vous avez vécu certaines choses

à moins que , à moins que ..... rires

ps j'espère que vous aussi ;)

Écrit par : waid | 31/10/2010

Est ce la clarté dûe aux interlignes, on prend plaisir à le lire et cela devient bien plus clair.

Écrit par : lorencie | 01/11/2010

lorencie

en le relisant il y a encore des modifs à faire pour le rendre limpide , plus besoin de maths alors ;)

vous faites quoi aujourd'hui ... j'aime pas le mois de novembre je lui préfère celui plus gai d'octobre et plus tard celui plus familial de décembre

Écrit par : waid | 01/11/2010

Un vrai problème dans tout ça : mais quel est ce S qui arrive comme ça, comme un cheveu sur la soupe ? ... THDOCW ... et maintenant S ... mais qu'est-ce que tu veux qu'on sorte comme mot au scrabble avec ce tirage là ? (un trait d'humour a pu se glisser dans cette fin de phrase ...)
Novembre c'est un mois ... comme les autres, allez, je t'assure !

Écrit par : M. | 02/11/2010

Quelle catharsis corporelle !!
L’entremêlement comme adage ponctuel. Se nouer et se dénouer dans le presque anonymat. Beau texte qui présuppose un étonnant moment de grâce.

Écrit par : Maraudeuse | 02/11/2010

6 dans 6 m2, peu d'alternatives sont possibles.
A quand 8 dans 4m2 ?
Moi qui poursuis le projet d'écrire une Histoire universelle des seuils, je suis preneur d'une réponse si tu as !

Écrit par : 502 | 02/11/2010

"A quand 8 dans 4m2 ?"
502 t'encourage pour un work in progress, là...

Écrit par : La Paresseuse | 03/11/2010

Et bien moi dans cette soirée qui ressemble à s'y méprendre à la votre, j'ai eu une très jolie surprise dont j'ai peu profiter un peu après....
S

Écrit par : S* | 03/11/2010

(dont j'ai pu et non peu...bien entendu)

@M: mais qui traitez vous ainsi de cheveu sur la soupe?

Écrit par : S* | 03/11/2010

Joliiii... comme toujours... je m'y croyais!! Aurais-je une pointe de jalousie ou d'envie?

Écrit par : Frédérique | 04/11/2010

Cher Waid,
Il est temps de faire votre éducation musicale; si vous comprenez l'anglais, écoutez bien attentivement aussi ce que cette demoiselle dit :
http://www.youtube.com/watch?v=74lBHw_h_HE&feature=related

et un classique en guise de conclusion :
http://www.youtube.com/watch?v=Sdx38IwzXwk&feature=related

je vous souhaite un week-end très instructif et plaisant,
V.

Écrit par : Val | 06/11/2010

M....

un cheveux sur la soupe ou un poil sur la langue " situation plus fréquente dans cette configuration"

maraudeuse

j'aime beaucoup votre "L’entremêlement comme adage ponctuel" tiens j'étais ce week end dans l'appartement de carlo mollino j'avais fait une note à son sujet , j'ai eu la chance de m'installer confortablement dans le salon et d'écouter un élégant et tres erudit italien nous expliquer son oeuvre plus ésotorique et technologique qu'il n'y parait

S

la proximité crée des rapprocgements alors ;)

frédérique

d'abord l'envie et aprés la jalousie ....


V

décidement c'est mon week end en langue anglaise ... repas avec des allemands des italiens et un slovene en anglais , visite de la maison carlo molino en anglais et maintenant des chansons anglaises , à quand un sauna anglais ( ceux italiens je connais maintenant)

Écrit par : waid | 08/11/2010

Cela me rappelle une soirée dont je ne n'ai plus de souvenir clair ;).....................

Écrit par : Tamara | 17/11/2010

Les commentaires sont fermés.