Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2012

A NEW YORK pour la semaine

 

 TAXI DRIVER ( note de septembre 2009 curieusement cette paire de fesses sera à NY la semaine prochaine aussi)

 

Image9.jpg

(c) chut ... envoi anonyme

 

Bar du Marriott, eleven PM o’clock, Manhattan, New York.
Avec pour compagnon un cognac mon aîné de vingt ans, j’écoute les couples qui discutent autour de moi, seul dans la ville monde qui ne dort jamais.

Sont-ils amoureux ou en affaire, joignent-ils l’utile à la bagatelle, dans cet univers où le seul dieu est dollar et ses voies business.
Enfoncée dans les fauteuils moelleux, une femme lit Cosmopolitan, version française.
Il est vrai que la grosse pomme ressemble à un verger normand tellement elle est parcourue par nos congénères, ivres du taux de change.
Elle croise et décroise ses jambes, absorbée par la lecture, la couverture du magazine vante les amours imprévus de l’été.
Vêtue d’une robe verte, elle a l’élégance et la classe naturelle des françaises que les américaines n’atteignent qu’après des années de lectures de Vogue et des milliers de dollars offerts aux prêtresses de Bloomindale.
J’aime les bars des grands hôtels , on y trouve toujours d’excellents cognacs, des représentantes de commerce russe et des imprévus.
J’avais goûté au cognac, j’aspirais à l’imprévu, serait-il lecteur de Cosmopolitan ?
Un mot griffonné à son attention et confié au barman pour le savoir.
« J’aime moi aussi lire Cosmopolitan quand il raconte une rencontre imprévue au bar du Marriott à NY avec une belle française, posez le magazine si de lectrice vous souhaitez devenir actrice de l’article »
Elle lit, l’attente , je doute …
Victoire, elle pose le magazine après un regard discret en ma direction.
Je griffonne un deuxième billet, poulet encore une fois confié aux bons soins du barman.
« Si l’inconnu vous fait frissonner comme moi, alors allons au Morgan où je loge, la nuit est longue, la vue vertigineuse, le lit immense comme mon envie de vous entendre jouir »
La belle sourit, son œil s’illumine, elle se lève, règle, et prend l'ascenseur.
Je la suis. Trop tard. Les portes se referment, je saute dans celui d’à coté .
Le lobby est vide, je passe l’entrée et la vois sur le trottoir hélant un taxi.
J’hésite. Dois-je la rejoindre, ne suis-je pas allé trop loin ?
Avant de s’engouffrer dans le cab, ses mains se portent sur sa jupe, elle la soulève et me montre ses fesses, comme une réponse à mes questions.
Il serait goujat d’ignorer une telle invite. Je saute dans le taxi qui suit, donne un billet de 1OO dollars au chauffeur en exigeant qu’il ne perde pas de vue le taxi devant.
Après une longue course, comme pour me faire languir, nous nous arrêtons devant le Morgan.
La suite … et bien lisez cosmopolitan l’année prochaine nous l’avons envoyé au journal pour les remercier.
 

PS ce texte m’a été inspiré par un chiche brillamment emporté par une belle et surtout par un de ses mails de l'été
 

 

 

 

14:52 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Rhoooo !!! C'est quoi ce recyclage éhonté ? ;)

Tu es allé au bar du Mariott au moins ?

Écrit par : Emeline | 10/04/2012

Hé ! C'est mon cul ! ;-)
Profite bien de ton voyage et balise le terrain pour moi !

Écrit par : Véro ex-Papillon | 10/04/2012

Hello Mr Waid,

Que de monde d'ici, à New York, la semaine prochaine !
J'y serai aussi. Si, si ! Mais en famille...

Poignée de mains chaleureuse

PS : Bisous à Véro l'ex-Papillon

Écrit par : Pascou | 11/04/2012

hey


mais tout le monde y va à NY !!!!

il y fait un super temps !!!

je repartirai bien moi là maintenant

vero va visiter orchard st au niveau de broome st petites boutiques , bistros branchés et galeries d'art

Écrit par : waid | 14/04/2012

Hé Waid, tu as rapporté des photos de ce genre toi aussi ???

;-)

Écrit par : Gaspard | 21/04/2012

Les commentaires sont fermés.