Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2013

le désert des Tartares


desertdestartares1.JPG

 


 

Alors que je suis en train de lire Le Désert des Tartares, roman parabole de l'existence humaine qui n'est qu'une vaine attente vers la bataille ultime, la mort, et que notre vie n'est que le dérivatif pour oublier cette inéluctable rendez vous, je m'aperçois que cette vie dont vous n'avez à lire que la facette coquine, est peut être si pleine pour ne pas comme le capitaine Drogo, m'apercevoir que quand l'heure viendra, demain ou aprés demain, je ne me retourne vers le vide d'une petite vie où le temps se serait écoulé sans ces accelerations qui vous font vibrer qui vous donnent de l'adrénaline qui vous titillent le désir.

Buzzati a raconté les circonstances très quotidiennes qui, en 1939, firent germer en lui l'idée du Désert des tartares, alors qu'il travaillait comme chroniqueur dans le microcosme routinier du Corriere della Sera.

Pendant une certaine période j'y ai travaillé de nuit, à un travail de routine. A côté de moi, il y avait des collègues qui avaient le même âge que moi, mais la plupart étaient plus vieux. Quelques-uns même avaient déjà beaucoup d'ancienneté. Tous, évidemment, dans leur jeunesse, avaient espéré pouvoir faire quelque chose de plus brillant ; ils avaient espéré devenir envoyés spéciaux, par exemple, c'est à dire faire de grands reportages, voyager à travers le monde, etc….. Et puis, peu à peu, ils s'étaient fossilisés là, dans la rédaction, renonçant progressivement à leurs espoirs. Et cette grande occasion, que probablement chacun d'entre eux avait espérée, peut-être sans s'en rendre compte, était devenue de plus en plus lointaine, et s'était complètement évanouie. Cette monotonie du travail m'a fait penser à écrire une histoire où serait résumé le destin de l'homme moyen, de l'homme qui espère en cette grande occasion, qui fait tout pour la faire venir.…Et cette occasion apparaît, il semble qu'elle soit sur le point de se concrétiser, et puis elle disparaît et s'éloigne. Ou bien, quand elle arrive, il est trop tard pour lui. Un de mes amis disait " Tout arrive, dans la vie. Cependant, mal, tard, et en partie ". 

Dans le Désert des tartares il y a la mise à jour d'une anxiété latente face à une existence atrophiée et chacun se demande s'il en sera toujours ainsi, " si les espoirs, les rêves inévitables lorsqu'on est jeune s'atrophieraient petit à petit, si la grande occasion viendrait. "

Heureusement je fais mes gammes de désirs et de rêves pour ne pas que ma machine à espoir s'atrophie.

En attendant comment vais je faire pour bosser demain alors que l'intérimaire du bureau, arrivée jeudi,  superbe black au petit cul rebondi, à la poitrine pointue et au minois coquin hante mes idées coquines  ?

No sex at work parait il ... vais je tomber dans le clicher du boss qui couche avec sa secrétaire ?

 

20:00 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Fort heureusement, tu nous montres ici plus que le simple aspect libertin de ta vie.
Quant aux rêves, tout le monde ne peut pas devenir princesse/cosmonaute, il faut juste ne pas les oublier totalement et continuer à jouer, rêver, espérer, vivre...
(et oui, no zob in job :) )

Écrit par : Emeline | 10/03/2013

Bonjour.... Tiens cela me fait penser à un clip d'une chanteuse que j’admire.

http://youtu.be/ZInRE-KryGA
ou là
http://www.youtube.com/watch?v=ZInRE-KryGA

Et oui il n est pas toujours bon de trop rêver, mais cela fait du bien suivant le lieu ou le moment ou on le vis

Bonne journée à vous et bon début de semaine

Écrit par : s | 11/03/2013

Certains clichés ont du bon... Faire ses gammes, c'est aussi maîtriser ses classiques ;)

Écrit par : Colette | 11/03/2013

Tu as oublié 'le sage et le cochon' dans ta garçonnière?

Écrit par : kurland | 13/03/2013

Emeline

je suis trop concentré par le travail en ce moment libido négative comme la température

S

c'est déjà plus le début de la semaine ça passe trop vite ........... arghhhh comment on ralentie le temps ?

colette

vous êtes classique ? alors c'est pas classique pour une coquine ;)

kurland

désolé mais en ce moment pas trop de temps devant moi

Écrit par : waid | 13/03/2013

Le temps ça se prends , et vous faites comme si vous ne le saviez pas.
Vous faites ce qu il y a à faire , c'est cela le plus important et peu importe ou et avec qui et pourquoi .C'est cela le temps que vous prenez .
Tant qu'il y a une réponse le temps on sen fiche un peu , ou bien ?

Et vous avez pris le temps de répondre c'est cela le plus important.

Merci Waid

Écrit par : s | 14/03/2013

S

de rien

;)

Écrit par : waid | 15/03/2013

Les commentaires sont fermés.