Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2013

Bientôt la vérité sur mon sexe ...

Teasing ....

Commentaires

pfff déjà vu !

(bon d'accord, je suis de mauvaise foi, j'aime pas les teasing, trop impatiente)

Écrit par : Brigit | 07/06/2013

et bien si cela n'est pas du marketing ... direct !
mais cette fois tu la laisses plus de 24h !

Écrit par : lou | 07/06/2013

brigit

j'ai reçu un commentaire en MP , aucune révélation possible sur ta bite toutes tes lectrices ont du y goûter .... roooooh ce que les femmes peuvent fanstasmer parfois j'ai 200 visiteurs par toujours je serai mort d'épuisement depuis ...

lou

ah enfin des commentaires j'avais l'impression que mon annonce laissait le lectorat bouche bée

Écrit par : waid | 07/06/2013

Bouche bée Waid ... à ce point là ... alors oui j'ai hâte de connaître cette vérité qui fait béer les bouches autant que les chattes ... :)

Écrit par : M. | 07/06/2013

Mouais... Moi je suis comme saint Thomas... Je ne crois que ce que je vois... Je ne me fie pas aux effets d'annonce ! ;p

Écrit par : Oyà Quatrevents | 07/06/2013

Un livre va sortir? C'est classique ça, les bouquins illustrés sur les vieux monuments, pas besoin d'en faire des tonnes en effet d'annonce!

Écrit par : Latis | 08/06/2013

Bien.

Je vois ça d'ici. La salle de bains dont les vasques en marbre sont jonchées de flacons raffinés, qui jouxte une chambre confortable mais un peu impersonnelle, le sac monoprix rose, abandonné sur l'épaisse moquette et d'où dépasse la note des emplettes du jour (double décimètre souple: 1,03, mètre de couturière 2,19), le miroir légèrement embué par la longue douche très chaude pour dissiper la journée, les chaires un peu assouplies et la pose détendue, le corps couché sur le couvre lit king size, jambes dans le vide qui dépassent d'un peignoir nid d'abeilles immaculé, qu'une main soignée (la droite, celle enduite d'huile chauffante: la gauche est gluante de gel mentholé glacial) entr'ouvre légèrement....

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

Pour aller recouvrir de la paume un gland d'une TAILLE RESPECTABLE bien que n'étant encore qu'à demi-érigé

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

Effleurant d'un pouce glissant la douce corolle finement ridée, sous laquelle la hampe TRIOMPHANTE finit de se déployer...

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

@ kurland : ouahhhh ... impressionnée qu'une simple phrase puisse déclencher une envolée lyrique à la gloire d'un sexe dont on connait si peu de choses ... attendons de voir si cette ode est méritée !

Écrit par : lou | 08/06/2013

...dessinant de la pulpe le frein tendu, s'égarant sur la veine battante...

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

Et d'un mouvement torse évoquant l'infini, empogner d'un fourreau QUI PEINE A LA CONTENIR la marque TURGESCENTE de sa virilité.

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

Sous la caresse huileuse la peau tendue s'échauffe, brûlure exacerbée par le gant chimique qui recouvre la main droite, anticipant le choc délicieux à venir des doigts glacés de la main gauche qui rampe à présent vers l'IMPOSANT scrotum.

Écrit par : kurland | 08/06/2013

Sous la caresse huileuse la peau tendue s'échauffe, brûlure exacerbée par le gant chimique qui recouvre la main droite, anticipant le choc délicieux à venir des doigts glacés de la main gauche qui rampe à présent vers l'IMPOSANT scrotum.

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

Il serait déjà temps de prendre la mesure promise, mais ce serait aussi se résoudre à la perdre: tendre une main vers le mètre ruban risquerait de rompre le fil ténu tendu entre le nexus de plaisir bouillonnant sous la peau de l'abdomen et son jumeau qui s'enroule derrière les testicules ramassés.

Écrit par : kurland | 08/06/2013

Ici la patience a ceci d'utile qu'elle permet de gagner encore quelques millimètres vers l'exception.

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

Et c'est là que, à l'apogée certaine de ses atouts convoités, il dompte net, d'une seule pression experte, la langue de feu grondante partie d'entre ses reins.

Écrit par : kurland | 08/06/2013

et plaque le double décimètre contre son bâton de joie.

Écrit par : Kurland | 08/06/2013

Pardon.

Et sur la TITANESQUE BARRE collée contre son ventre il plaque la longueur du double décimètre.

Qui aussitôt commence à fondre

Écrit par : kurland | 08/06/2013

ben dites donc

après tout ça je repars ma bite sous le bras ...

Écrit par : waid | 09/06/2013

Jetant au loin la règle devenue inutile il s'empare alors du mètre ruban enchâssé dans sa gangue de plastique transparent. Enfin, il essaie, car le salut lui glisse entre les doigts.

Écrit par : kurland | 09/06/2013

Maudissant son érection maintenant chancelante, il saisit entre ses fins poignets le mètre ruban et en déchire l'emballage à sauvages coups de dents.

Écrit par : kurland | 09/06/2013

Le maître est mou.

Écrit par : kurland | 09/06/2013

Pardon.

Le mètre est mou. La mesure compromise. Enroulant en prépuce serré l'objet indocile à sa rigidité, il impose à son plaisir un staccato soutenu que ne renierait pas une couturière chinoise. Le mètre n'est pas de taille et sa rupture soudaine ajoute un claquement sec au hurlement final jaillissant de l'extase.

Écrit par : kurland | 09/06/2013

Le souffle post orgasmique et la nuque pesante, redressé sur les coudes et la tête lui tournant un peu, il avise le ruban, rompu net au 14, et comprend un peu tard ce qu'avait mesuré son espiègle complice à la bouche gourmande.

Écrit par : Kurland | 09/06/2013

kurland

vous méritez presque que je vous tende un mètre ...

Écrit par : waid | 09/06/2013

Les commentaires sont fermés.