Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2016

Nuit de la dentelière

GetAttachment.jpgphoto contractuelle 

 

 

Dans le bouillonnement de Paris j’attends cette jeune lectrice qui quelque jours avant avait osé déposer dans ma boite mail un message.

Une bouteille à la mer est faite pour être ouverte et découvrir l’emplacement du trésor.

Un échange badin s’en était suivi où la Demoiselle jouait le froid et le chaud, cela m’amusait et me charmait.

Une jeune femme se présente à moi, je mets un visage à un joli postérieur qui m’avait été envoyé, politesse des coquines qui montrent d’abord le lieu de nos envies avant de dévoiler leur visage.

Nous buvons un verre au milieu de couples formés ou en formation, l’alcool pénètre mon sang et le chauffe, il nous semble évident que cette nuit nous allons en couple nous unir.

Nous nous levons et elle me suis vers chez moi, il faut toujours avoir une adresse de rendez vous à 5 minute d’un chez soi.

Le froid nous dégrise et l’ascenseur nous monte au 9e ciel

Je ferme les yeux et l’embrasse, sa langue glisse, nos bouches jouent l’une de l’autre.

Elle m’avait promis des dentelles et me voilà dentelier à l’effeuiller.

Le noir de ses dessous souligne le galbe et la douceur de sa peau.

C’est nue que je la contemple, offerte à ma lippe gourmande

Ma bouche la parcourt et effleure son sexe trempé.

J’hésite et me redresse, cela sera d’abord les doigts !

Ils jouent de son sexe l’ouvre, le masse puis la pénètre.

Son antre est douce tendue, étroite, hérissée d’envies.

Je m’enfonce, la fouille, trouve, appuie, m’attarde, elle se tord étonnée des sensations provoqués par ma paume qui se referme sur son clito.

Ma langue prend la suite lèche, slurpe, tourne, agace, aspire, elle coule, rit, jouit.

J’ai envie d’elle, sa bouche me happe, je me roule sur le dos pour la contempler et me laisser aller.

Elle est avide, joue, m’avale, déglutie, coule sur moi, me branle, recommence, mes doigts se crispent sur les draps pour ne pas éclater, mes reins s’enflamment, mes couilles bouent, je suis une barre de bois luisante de sa salive, je joui mais ne craque pas, trop envie d’entrer en elle, sentir ses chairs écartées de mon sexe chauffé à blanc de son infernale bouche.

Elle joue avec mes tétons, je durcis encore plus et entre en elle …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.