Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2009

la question , ma réponse

Chère A...,

Je n'ai jamais de cynisme dans mon regard sur mes rencontres, le cynisme c'est la talonnette des petits , il permet à ceux qui souffrent de leur taille de croire que par cet artifice ils sont plus grands, mais ils en sont ridicules et finalement plus petits car la taille est aussi morale. Le cynisme est signe de mal-être alors que mes rencontres sont du domaine de mon bien être.

Pour ce qui est de votre question, en quelque sorte vous interrogez la part la plus féminine de ma masculinité.

Dois-je convoquer ma sensibilité ou ma virilité pour vous répondre ?

Quelle délicate question, j'appelle toutes mes parts car on ne fait toujours qu'un.

Je crois que tout évolue avec l'âge.

Il est sur que plus on est jeune et plus le physique compte, y compris sur le plan des sens car la maturité et la cérébralité des jeux n'est pas encore présente. Mais avec le temps on demande plus à une relation et à sa sexualité.

Certes le physique pour un homme est important, je ne pourrais personnellement pas avoir du désir sans que le physique ne me plaise.

Pour autant je ne suis pas intéressé par la femme trophée, nul besoin de me rassurer ou de renvoyer une image aux autres par un tel objet de démonstration d'une soit disant virilité, ridicule.

Celle qui me séduit doit me charmer par son physique et me conquérir par son esprit, alors oui je pense qu'une phase de découverte de l'autre par l'écrit permet de laisser le temps à l'homme d'être séduit par l'esprit.

De reptilien il passe par le miracle de l'évolution darwinienne à humain, et je dirais même plus, humaniste.

Chaussé des lunettes de la connaissance intime de l'univers de l'autre, de ses potentiels imaginatifs, de la qualité de sa personne alors il peut regarder le physique sans être trompé par lui.

Tel physique qui aurait pu paraître anodin et sans intérêt se révélera à la lumière cette connaissance, comme ces personnes qui sans être belles physiquement le deviennent par la beauté qui émane de leur personne.

Tel brillante vision paraîtra aussi vide qu'un superbe décor de théâtre d'une pièce, qu'il est certes de bon ton de voir, mais qui ne sera qu'ennui.

Alors l'esprit conquis, l'œil rassuré, le miracle de l'alchimie des rencontres peut se faire.

La relation devient toute autre, elle n'est plus physique et donc vouée à s'épuiser rapidement, elle devient cérébrale, morale, complice, amoureuse, et là, les barrières des impossibles tombent.

Le plaisir est partout : dans l'avant, dans le pendant, dans l'après, l'ego n'est pas seulement flatté, c'est l'esprit qui entre en résonance avec l'autre.

Le désir est tout et il peut déplacer des montagnes, alors oui les jeux, les complicités, les échanges deviennent possibles, évidents, innés et créent une relation intense et durable.

Mais ceci n'est vrai que si l'on est soi dans les écrits, et là réside le grand danger du net.

Je suis frappé de constater qu'il y a tant de poètes ou de romantiques sur le net, et si peu dans la vie de tous les jours.

Certes la sensibilité que l'on peut exprimer par des mots souvent anonymes
 permet cela, et vous seriez peut être surprise de me rencontrer dans la vie réelle.

Je ne parais pas particulièrement sensible aux yeux des autres, à tout le moins dans le grand jeu social.

Mais c'est une armure, une peau que l'on possède pour ne pas être mis trop à mal dans un monde où la sensibilité peut passer pour une faiblesse.

Le net me permet de révéler celui que je suis au fond avec ses désirs, mais aussi cette sensibilité et cette préciosité.

Là encore, en lisant mes écrits on pourra plus toucher le vrai moi qu'en m'observant ou en discutant dans un café, avantage encore sur les mots posés.

Toutefois, je ne pense pas que tous ces poètes ou ces hommes si sensibles sur le net le sont dans la réalité, et là se pose la limite de l'écrit.

Cela ne peut fonctionner que lorsque la plume est trempée de l'absolue sincérité de soi, car il est si facile sur le clavier de se composer un personnage, surtout par échange de mails ...

Le temps permet de peaufiner les réponses, de les polir comme une belle œuvre d'art, maquillage de personnalité qui farde plutôt que de mettre en valeur.

Votre amie a eu la chance que cet homme ne soit pas un truqueur ou un manipulateur, ou pire encore un amoureux des mots d'amours.

Ces derniers sont les plus dangereux, car ils sont sincères, sauf qu'ils ne désirent pas l'autre et n'écrivent pas à l'autre, mais pour eux comme en écho à leurs propre désirs et là, la déception peut être immense car sous l'apparent dialogue il n'y a que monologue d'égoïste, ou pire, de "moi-trinaire".

C'est le fossé entre le fantasme de l'autre imaginé dans ses lettres et la réalité de celui qui finalement n'a été qu'un tricheur.

C'est pourquoi je conseillerais pour démasquer ces êtres de ne pas se contenter de l'écrit, de combiner aussi des dialogues par msn et téléphone, l'immédiateté et la spontanéité rendent très difficiles la tricherie et l'expression d'une personnalité de composition.

Alors oui, je vous conseille de mûrir, de quitter vos lunettes juvéniles et de prendre celles des adultes, de laisser le temps aux hommes de vous faire découvrir leur vrai beauté, celle de leur nudité, loin des artifices ou des protections de l'être social qui est la première personnalité exposée, laissez-vous le temps de comprendre et de ressentir leur être au-delà des apparences, et puis découvrez leur physique.

Vous serez peut-être immédiatement conquise si celui ci vous plaît, vous serez peut être déstabilisée s'il n'est pas celui auquel vous vous attendiez, vous serez peut être frustrée s'il vous déplaît fortement, mais vous ne passerez pas à côté d'un être qui pour vous est exceptionnel au seul motif d'un physique moyen ou non immédiatement attirant.

Mais alors quels plaisirs vous allez avoir, le sexe animal n'est que frottement des corps, celui cérébral est infiniment plus puissant et la spontanéité, l'embrasement, peuvent ne pas être absents ... imaginez une partie avec un être qui serait à la fois votre meilleur ami, celui qui vous ferait vous dépasser, celui qui vous ferait perdre la tête, celui que vous désireriez physiquement, que vous admireriez absolument.

Je ne me souviens plus votre âge, quoique l'on a celui de son esprit, mais il est temps de vivre des choses plus intenses, plus profondes, plus adultes.

Il y a peut être une cause dans cette recherche par le seul critère physique. N'est-ce pas un moyen de vous protéger en quelque sorte, se mettre à nu et voir l'autre à nu est infiniment plus troublant que de comparer les formes, cela vous mettra plus en danger de tomber amoureuse , d'être en frustration , bref d'être fragile parce que vous toucherez à l'intime qui est si sensible, mais comme en bourse le gain est à la hauteur du risque.

Alors jouez A..., jouez et gagnez ...

Commentaires

Superbe ce dialogue, surtout votre réponse, qui complète avec une belle analyse les commentaires et témoignages souvent très touchants. Oui par l'écrit on se dévoile, assez justement en général, s'il y a sincérité et respect, mais on peut aussi tricher, et il n'est pas toujours simple de le détecter, sur des seuls écrits.
Mais le risque de la déception existe aussi dans le réel : après un physique agréable et un contact sympathique, même qui paraît "faire tilt", c'est parfois creux...
Dans toute rencontre, pour être en phase, tout dépend des attentes de chacun : amour, amitié, simple jeu ou échanges, rencontre d'un moment ? Mais il n'est pas toujours évident d'avoir concience de ses attentes réelles !
Merci pour cette réflexion riche et intéressante.

Écrit par : Ambre | 17/06/2009

La séduction est une alchimie du corps et de l'esprit. Est-il possible de dissocier les deux? Au fond l'important, c'est que la relation soit savoureuse! Et même si parfois, on reste mystérieux sur qui l'on est vraiment, ce qui compte, c'est le plaisir partagé à jouer!

Très belle analyse, merci de l'avoir publié!

Écrit par : ame libertine | 17/06/2009

ambre

merci surtout de votre visite et de ces mots , dans ce lieu que je compare à un café , les nouveaux venus ne font que rendre l'ambience plus amusante

ame libertine

peut être qu'à force de vivre et de recueillir les confidences d'apres corps à corps j'apprends des autres

Écrit par : waid | 17/06/2009

J'avoue être en phase avec ce qui est écrit, très bien décris
mais je rajoute une petite cloche avec un triste sourire
qu'il faut toujours être en alerte malgré le temps
j'ai faillis me faire avoir malgré mon "expérience" de dix ans

Pourtant je suis rodée avec propositions en tout genre
gros bourrin, casanova, ou habile pour éprouver les sens
mais celui-là je ne l'ai pas vu venir et il avait discerné
un de mes points faibles et c'est ainsi qu'il m'a bluffé

Une chance, j'ai découvert sur msn qu'il n'était pas honnête
je me suis sentie bafouée, sale et avouons un peu bête
Mais cela ne remets pas en cause la centaine d'internautes rencontrés
que j'ai eu le plaisir, tout contre moi, d'embrasser ;-)

Écrit par : Multi-sourires | 17/06/2009

La vache !!! Tu t'es bien vengé de la longueur des coms de ton billet "la question" !!!! Tu composes pour la philo, demain ?
Et à la fin, vous avez échangé vos photos ??!! (bon d'accord...je vais au piquet...)

Sur ce qui est de "se faire avoir"... Tout dépend de ce qu'on cherche, en fait... Quand on cherche du sexe, on se fait rarement avoir quand on est une femme ! (bon, d'accord, je retourne au piquet !)

C'est ta faute aussi ! Qu'est-ce que tu veux qu'on dise d'intelligent après un texte comme celui-là !!

Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 17/06/2009

Oups...
J'ai oublié...
En écho à une partie de ton texte... Va écouter la zik chez PrincesseOnLine ;o)
Re-bises

Écrit par : VéroPapillon | 17/06/2009

oh làlà ...mais cette tirade me coupe le souffle '
Jolie approche ' tellement sensible et intelligente'
je dis Oui à tout tout tout '
la lecture d'A. a du faire echo j'imagine'
Je t'embrasse .

ah et aussi Véro m'a bien fait rire dans son commentaire !!
je l'embrasse aussi au passage !

Écrit par : bidi love love love | 18/06/2009

Bien des points de mon com se recoupent avec ce que tu exprime ici. Que pourrais-je encore ajouter ?
Que les derniers paragraphes sont une belle façon de voir la vie !

B

Écrit par : petite française | 19/06/2009

multi sourires

mais qu'a tu decouvert sur Msn ?

Vero

t'as vu quand je répond c'est pas du petit calibre ... rires

t'en veux une grosse réponse toi aussi

bidi bidi

es tu rentrée dans ton île , tu vas me faire regretter de ne pas sauter dans un avion et faire un tour chez simone ...

Petite française

je tente de suivre les derniers paragraphes ...

Écrit par : waid | 19/06/2009

J'ai pensé à cette note depuis que tu l'as mise en ligne, elle est très belle mais je bloque sur un detail "le cynisme c'est la talonnette des petits" et depuis j'y pense j'ai eu l'idée d'en faire une note mais je ne trouve pas encore le ton a donner.
Crois-tu vraiment qu'un homme petit avec des talonnette soit ridicule ou cyniste ?
Pourtant on aime voir une femme avec de beaux talons souvent ce sont les petites femmes qui en portent régulièrement.
Je compare la talonnette de l'homme a du maquillage, des talons haut et autres artifices qui permettent non pas d'être ridicule mais juste de se sentir plus séduisant(e), n'est il pas important de se sentir regarder ? Si un petit detail peut permettre à un homme ou une femme de se sentir bien je ne pense pas qu'on puisse parler de ridicule.
Car nous avons tous notre petit detail qui d'une certaine façon nous offre un reflet qu'on aime.

Écrit par : Coquelinette | 25/06/2009

c'est une question d'esthetique , le talon allonge le mollet , le rend plus fin et plus beau il rend la silhouette de la femme plus tendue et par la même plus sensuelle

tel n'est pas le cas de la talonette du petit qui reste ridicule de cela car cela ne va pas avec l'harmonie de la chaussure qui se trouve desequilibré du talon , bref un effet moche et ridicule

un homme petit doit s'assumer pour rendre son corps plus elegant il faut prevoir une veste pas trop longue , jamais plus basse que la phalange du pouce , il vaut mieux s'il est mince que les epaule soit etroite , un ou deux boutons le costume mais assez haut pour donner un elancement et des pantalon en fuseau avec un bas etroit pour agrandir la silhouette et voila le tour est jouet , il aura sa taille mais une tenue harmonieuse.

avec un jean ça donne jean un peu slim et court , mais un peu montant pas de taille basse , une chemise pret du corps et une veste assez courte

exemple à ne pas suivre notre P ... dont les talons sont trop hauts , les epaules trop larges et les vestes de costume deseperement trop longues

Écrit par : waid | 26/06/2009

C'est une façon de voir bien differente de la mienne

Écrit par : Coquelinette | 26/06/2009

Le cynisme était une attitude provenant d'une école philosophique de la Grèce antique, fondée par Antisthène, et connue principalement pour les frasques de son disciple le plus célèbre, Diogène de Sinope. Cette école tente un renversement des valeurs, et enseigne désinvolture et humilité aux grands et aux puissants. Radicalement anticonformistes, les Cyniques, proposent une autre vision de la philosophie et de la vie en général, subversive et jubilatoire.
Par une étrange dérivation du terme, on parle de nos jours de cynisme pour désigner un mode de pensée qui diffère tellement des normes établies (en particulier dans le domaine de la morale) qu'il en devient choquant. On peut attacher à ce cynisme une sorte d'humour noir (parfois involontaire), mordant et ironique, souvent employé pour manifester une certaine rébellion face à un monde incompréhensible — à la différence du sarcasme, qui ne recherche pour sa part qu'une démonstration de force. Oscar Wilde définit ainsi le cynique : « Un homme qui connaît le prix de chaque chose et la valeur d'aucune ! ».
Je suis pour ma part un cynique avéré, j'aime à l'être, mon cynisme est jubilatoire et m'éloigne de la simple méchanceté de propos ou de jugements déplacés. Je ne porte pas de talonnettes et ne suis ni petit ni misérable. Ma morale quant à elle est décadente et mon esprit subversif s'en trouve grandit.

Écrit par : Monsieur X | 26/06/2009

Monsieur X voilà une belle explication du cynisme, j'ignorai l'origine de ce mot.

Écrit par : Coquelinette | 27/06/2009

coquelinette

tant mieux la difference est enrichissante

monsieur X

si vous n'avez pas de méchanceté alors je vous accepte cynique avéré jubilant decadant et subversif .. dites c'est pareil pour madame ?

Écrit par : waid | 27/06/2009

Je lis en retard ce post. J'y trouve des qualités auxquelles vous ne m'avez pas habituée. Je me dis que lorsque vous vous appliquez, votre lucidité alliée à votre savoir dire disent bien des choses et nous éclairent sur les travers de l'homme au sens générique du terme. Quand l'expérience parle...

Écrit par : Gicerilla | 28/06/2009

gicerilla

quelles sont ses qualités que boutures j'en fasse des arbres de hautes tiges

et dites nous nos travers , je brûle de mieux nous connaitre

Écrit par : waid | 28/06/2009

Votre magnifique texte m'inspire plusieurs réflexions. Premièrement, tout comme Monsieur X, je m'adonne au cynisme jubilatoire, deuxièmement je partage votre vision des relations même éphémères et votre méthode pour sélectionner les partenaires de qualité en vaut bien d'autres plus directes. Enfin, je suis heureuse de n'être plus sur le "marché". Dieu que tout cela me fatiguerait, je renoncerais avant même de commencer. Et j'aurais tort, bien sûr, mais je suis cossarde............

Écrit par : Oïnkari | 05/07/2009

est ton toujours definitivement retiré du marché ?

Écrit par : waid | 06/07/2009

J'aime bc cette lettre.

Écrit par : hortensia | 09/09/2009

et moi je découvre que j'ai beaucoup à lire

Écrit par : waid | 10/09/2009

J'ai aimé lire ce récit remplit de vérités , merci a vous .

Écrit par : Ariane | 10/09/2009

Depuis que je surfe sur les vagues du net, le plus beau blog sur lequel j'accoste. Respect de la langue, ecriture organoleptique et honnêteté des propos. Je ne sais quel physique se cache derrière ces mots, je sais juste que les mots donnent envie de le découvrir.

Écrit par : Lorencie | 16/10/2010

arianne

je vous avez oublié , un an aprés je découvre votre comm , désolé

lorencie

je vais rougir,

il s'est passé un an depuis ce texte et j'ai rencontré A ... , très belle femme d'ailleurs , intelligente , cultivée , un peu artiste , elle était sur le papier waidienne en diable et pourtant la magie n'a pas opérée , le physique et les goûts communs ne sont pas tout , il faut ce plus , ce catalyseur qui permet les grandes rencontres.

ce jour là il n'était pas là , je pense que peut être en un autre temps il aurait peut être pu avoir lieu , elle je crois pense que c'est ainsi.

il y a aussi une dose de hasard que mon texte n'évoquez pas et que j'integrerai si je devais l'ecrire à nouveau

mon visage ?

Borges disait «tout écrivain laisse deux œuvres : l'une est la somme de ses écrits, l'autre est l'image qu'on se fait de lui »

je ne suis pas écrivain mais lisez moi un peu plus, vous me connaitrez bien mieux ainsi ;)

Écrit par : waid | 16/10/2010

Je découvre, comme une gourmandise, j'observe, puis je touche, je mets à la bouche, je sucote, puis je goute, et enfin je croque.
Belle découverte que vos écrits que je feuillette, et peu à peu je tente de lever mes voiles.

Écrit par : Lorencie | 17/10/2010

lorencie

diantre ce coups de dent ce matin dans mon reve c'était vous , remarquez j'aime bien à certains endroits un coups de dent

Écrit par : waid | 17/10/2010

Les commentaires sont fermés.