Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2011

Scène indienne

Alors que je suis en sex trip à Paris, je pense qu'il est bon que ce blog redevienne un peu sérieux et moins centré sur ma bite.

A force de textes à son sujet, son égo s'hypertrophier pour passer dans la catégorie des TTBM.

Un peu d'art donc.

Le musée de Lyon organise une très belle exposition sur la scène Indienne.

http://www.lyon-info.fr/?L-Inde-s-invite-au-Musee-d-art

L’Inde s’éveille mais s’était elle un jour endormie au niveau de l’art ?

Il est intéressant de comparer le réveil des deux géants, la Chine et l’Inde.

Si la production artistique contemporaine de la Chine peut se résumer en Kitsch, pastiche occidental et fric, celle de l’inde est empreinte d’une banalité et d’une interrogation sur les mutations d’une société traditionnelle, en une société globalisée.

En cela je vous invite à aller à Lyon.

Mais éviter les Andouillettes, achetée sur le marché du dimanche matin à coté de la buvette Bonaparte sur les quais de Saone , 4 jours d'antibiotiques pour lutter contre les effets dyssentriques d'une intoxication alimentaire.

Contrairement à la Chine qui ignore pour l’instant son passé millénaire dans l’art, les artistes indiens utilisent souvent un élément de la société traditionnelle pour l’intégrer et en faire un matériau artistique.

Bharti KHER, née en 1969 utilise le Bindi petit point  hindou rouge ou de couleur sur le visage pour les placer utiliser en éléments décoratifs, ici sur un cœur, là sur des tableaux

 

IMG_0498.JPG

bharti_kher_untitled_bindi.jpg

 

Parfois comme à Lyon ses sculptures sont plus traditionnelles

 

Je vous avais parlé de  subodh GUTPA, il est présent avec une pièce trop démesurée pour être juste, devenu une star de l’art, il en faut pour les milliardaires et il dope ses productions, dommage.

 

IMG_0510.JPG

Son autre pièce est plus juste, il s’agit du mobilier des cabinets d’avocats de rue indien, pas ceux pour les riches ceux pour la masse grouillante, le matériel est vétuste, crade, et les chaises sont cadenacées pour ne pas être volées.

Je pense que cela préfigure notre future justice Française que l’on veut créer à deux vitesses, efficace pour ceux qui ont des moyens, grouillante et débordée pour les sans grades.

 

IMG_0508.JPG

IMG_0509.JPG

 

En tournant l’on trouve une très belle pièce de Bose KRISHNAMACHARI , conscient de ce que cette société va changer il semble agir comme un conservateur , enfermant dans les boites traditionnelle de la saquette indienne des scènes grouillante de la vie des quartiers,  l’effet est très réussi on s’y retrouve il ne manque que les odeurs.

Bose_Krishnamachari_copy(0).jpg

 

 

Bien sur le Kitsch Bollywoodien existe dans cette production , celui ci est matérialisé par des œuvres ou savoir faire et main d’œuvre exploitée permettent un travail bluffant d’artisanat mais qui à mon avis s’arrête là.

Ainsi Valay SHENDE fait reproduire des éléments de l’inde traditionnelle en  maquettes grandeurs natures en pastilles métalliques soudées.

Succès populaire garanti, mais l'art d'avant garde peut il être populaire ? oeuvre pompier, lêchée ou seul le travail est mis en scéne.

IMG_0493.JPG

 

Le sexe n’est pas absent des préoccupations des artistes du sous continent, même si l’expérience sexuelle indienne d’une de mes lectrices fut hyper décevante, les indiens ont des préoccupations sexuelles

Ainsi la chambre à coucher du duo jitren Thukral   & Sumir Tagra         .

En regardant de prés la tapisserie on y voit enlacés  Spiderman et une pin up, mais le sexe moderne sans la contrainte du mariage arrangé entraine le risque du sida et le slip accroché l’évoque comme les claquettes qui comportent un dessin de mode d’emploi du condom.

IMG_0500.JPG

 

IMG_0502.JPG

IMG_0501.JPG

 

IMG_0503.JPG

Dernier artistes parmi ceux que je citerai , peut être celle qui m’est le plus proche car poétique et très juste Hemali BUTHA  elle travail sur l’espace et le temps qui détruit l’éphémère des œuvres ainsi il empli une pièces de bâtons d’encens accrochés à des fils en suspension … on pense au pénétrable de Soto des années 70 , au plein d’Arman , aux oeuvres aux épices odorantes d’Ernesto Neto , il y a l’inde , il y a la poésie , il y a, l’éphémère et donc la vacuité du geste artistique qui n’est pas là pour défier le temps mais exprimer un sentiment , une émotion. Il y a là, du bel art d’une tradition réincarnée dans une globalisation digérée.

 

 le compte rendu de lunettes rouges que je n'ai pas encore lu

 

Commentaires

j'aime beaucoup le tableau...
merci :)

Écrit par : dita | 24/04/2011

Excellent le coup du caleçon ! Pour ce qui est de la popularité de l'avant garde... en théorie il y a peu de chance, en pratique cela c'est déjà produit... mais bon, dans ce cas précis je suis assez d'accord avec toi... autant faire de mécano

Écrit par : Gaspard | 24/04/2011

dita

ohhh ça fait une eternité ! bises

Écrit par : waid | 24/04/2011

je suis là pourtant . silencieuse mais je suis de près les histoires de ta bite o_o
:)

Écrit par : dita | 24/04/2011

J'aime bien quand tu raconte l'art, ca a l'air vraiment intéressant comme expo.

Écrit par : Emeline | 25/04/2011

Vos intermèdes artistiques me charment au plus haut point....:-)

Écrit par : Maraudeuse | 25/04/2011

dita

pas trop silencieuse tout de meme , ma bite aime les expressions licencieuses

emeline

ah oui .... tu aimes que quand je raconte de l'art ... et c"est tout ... hummm j'y crois pas , j'ai des témoins ;)

maraudeuse

merci ... je vais rougir

Écrit par : waid | 27/04/2011

Ah oui, des témoins, vraiment ? Je demande a voir :)

Écrit par : Emeline | 27/04/2011

A propos de Barthi Kher, je vous signale qu'a eu lieu hier le vernissage de son expo à la Galerie Emmanuel Dollar Perrotin, rue de Turenne. Expo ouverte jusque mi-juin

Écrit par : F | 08/05/2011

F

J'avais reçu un carton d'invitation à ce sujet, cela ne m'étonne pas l'artiste est presentée par une grosse galerie suisse , on s'aperçoit maintenant que les artistes sont comme les produits marketing , ils n'exposent que dans la catégories de leurs galeries. cela donne des hauser and wirth ( zurich et londres ) & emmanuel perrotin ( paris) & gagosian ( partout) par exemple

pour des artistes plus intellos cela donnera

lisson gallery ( londres) & yvan lambert ( paris ) & paola cooper ( NY)

Écrit par : waid | 08/05/2011

Les commentaires sont fermés.