Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2012

Henry Miller

aos296dc.gif

 

Henry Miller a nourrit mon imaginaire , avant même que ma vie ne prenne ces chemins paralléles et hédonistes décrits ici. La lecture de Tropique du Cancer ou de Jours tranquilles à Clichy me ravissait. Sa liberté, cette vie de bohéme et d'écriture, cette sexualité évoquait en moi, l'homme si sage mais rêveur, un monde inconnu à mille lieux de mon quotidien mais une sorte de monde magique.

Et puis il y a cette écriture, qui coule , vous donne l'odeur, la couleur, la saveur de son récit.

Henri Miller a dit un jour qu'il était mort et ressucité à Paris où il était devenu écrivain, renaissance à 41 ans dont j'ose le parallèle avec la mienne au même âge, quoi qu'en ce qui me concerne ce fut plus un pas vers un monde que mes lectures et un mûrissement intérieur avait préparé qu'une renaissance.

Il est amusant de constater que cet homme m'inspire alors que j'en serai le contraire.

Trop esthéte pour vivre la bohéme, trop privilégié pour avoir faim, trop raisonnable pour boire trop, trop matérialiste pour mépriser la société de consommation.

Et pourtant il reste comme un espace de liberté que j'ai découvert et qui m'anime.

Peut être parce qu'il donne désormais sens à ce toujours plus que l'on souligne parfois dans mes aventures, celui d'avoir une vie pleine quand l'interrupteur s'éteindra, laissant le noir du néant.

je vous livre deux vidéos magnifiques, celles de Miller sur son lit de mort qui nous donne une leçon de belle vie. Et celle où on l'entend parler Français.

 


 

 

 

 

Mes coups de reins lui ont déjà rendu hommage, dans cette nuit de clichy NUIT CLICHY

Commentaires

Deux vidéos tout à fait intéressantes, merci pour le partage !
Je n'ai lu de Miller que Sexus (et encore, en zappant la fin), mais c'est vraiment un destin hors du commun que le sien (et un beau rapport à la vie).

Écrit par : Comme une image | 08/05/2012

Le plaisir est immédiat. Un écrivain engagé, écorché, vrai. Ça fait réfléchir sur le sens de la vie, la prendre tout de suite ou attendre ... Conscients de notre finitude. La vidéo sur son lit de mort, m'a un peu remué. Bref !

Écrit par : mimilette | 08/05/2012

Ah oui ! Je dis aussi merci à Waid pour ces instants Culture et partage

Écrit par : mimilette | 08/05/2012

CUI

faut bien être cul turel de temps en temps quand même, plus sérieusement cela donne sens de voir la vidéo d'Henry Miller sur son lit de mort, esperer que sur le notre si nos souffrances ne sont pas trop importantes on puisse se dire, cela va finir mais je me suis bien amusé, tout le monde ne pouvant changer le monde, il faut bien des ambitions à hauteur de nos vies, petites ...

mimilette

le plaisir et la vie n'aurait aucun relief sans la mort, c'est parce qu'elle rode que nous croquons la vie à pleine dents, le libertinage ne doit pas l'oublier

Écrit par : waid | 09/05/2012

Ouais, non, là... je viens de recevoir 5 bouquins d'un coup, plus un 6ème que mon chef m'a passé.... je ne cèderai pas à la tentation de l'envoie gratuit que me nargue Amazon depuis 1 semaine... mais je note de me commander un Miller (pour continuer à vieillir moins bête) pour mes vacances en août... Merci Waid, ton texte m'a tenté, les deux vidéos ont finis de me convaincre!!

Écrit par : Fifi-bulle | 09/05/2012

Merci Waid de cette note-hommage... Miller a fait partie des lectures fascinantes de mes twenties. Ainsi que ses correspondances avec Cendrars et la grande Anaïs Nin, bien sûr... leur histoire est en tous points captivante. Et merci d'avoir déniché ces vidéos émouvantes et vivantes. A bientôt!

Écrit par : Marie | 09/05/2012

fifi

le plus long c'est tropique du cancer mais jour tranquille à clichy est trés bien et bien plus court, bonne lecture, ( avec un faugère ou un pic st loup )

Marie

on a eu les mêmes twenties alors .... au fait tu as vu que nous avons un revenant dans les comm :)

Écrit par : waid | 09/05/2012

Ultra émouvant. merci. Celle sur son lit de mort résonne tout à coup avec le travail de D. Hirst que l'on peut voir à Londres en ce moment, dans la recherche du point exact où la vie s’arrête...

Écrit par : Lola | 11/05/2012

simple-pur-profond. Merci pour ce partage.

Écrit par : Romain | 11/05/2012

Lola

j'ai été ému moi aussi et au delà il m'a donné plus d'énergie pour continuer

une amatrice d'hirst , j'adore !!!!!
je n'irai pas à londres avant septembre ou octobre, jubilé et JO obligent :(

Romain

comme je disais à Lola il m'a semblé que cela faisait sens dans ce blog

Écrit par : waid | 12/05/2012

Les commentaires sont fermés.