Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2014

Nuit de l'obscur stupre

 

 

tumblr_ncezas1jjP1shhqv9o1_500.jpg

 

  

 

A l’obscur désir de stupre, je glisse dans sa bouche les mets.

Avec son amant ils avaient aimé mes écrits. Lui loin, elle seule, vide de lui, elle avait voulu être emplie de mes mots.

J’ouvre  la porte et lui pose le bandeau, c’est le jeu, elle a eu les couilles de l’accepter.

De moi elle ne connaissait que le blog, fantasme ou réalité, coquin ou mytho ? Le jouer à pile ou face tel était son paris 

Paris est si coquin que je n’ai su l’en dissuader.

Elle ne connaît maintenant que ma voix sous l'obscurité contrainte.

A coté d’elle sur la chaise je lui donne la becquée.

Je décris les plats ; fines tranches de jambon de parme qui fondent sur sa langue, champignon, veau haché, noisette, parmesan qui explosent en bouche.

Ses mains mal assurées commencent à me caresser, ses cuisses moites se desserrent.

La peur, le désir, l’excitation.

Elle voulait des papillons dans le ventre, un bouquet s’envole.

Le champagne l’abreuve et mes doigts sont sucés, il était temps, elle brule et coule, je suis son dessert.

L’amer café pour la douceur à venir et la voilà allongée sur mon lit.

Le noir et des mains qui se posent sur son corps.

Le noir et les mains qui la déshabille.

Le noir et cette bouche qui effleure son visage, Il n’y a plus de couleur, il n’y a qu’un abandon, qui est il ?

L’amant lointain qui manque ? La voix, le voisin qui l’excite ? Celui qu’elle imaginait en me lisant ?

Tous à la fois, dans le noir sa pellicule défile.

La bouche se pose sur ses lèvres et enfin les langues se mêlent. Danse de deux, gouts de lui.

On dit qu’on embrasse comme on baise, les baisers sont langoureux, osés, ils se libèrent se lâchent, s’harmonisent.

La bouche lui brule sa peau nue, ses seins sont caressés, ses tétons titillés, elle se tord.

La nuit pour horizon et le feu dans sa chatte, elle coule et se consume d’être encore vide de cette présence qui l’enflamme.

Les mains effleurent, enfin ... pas assez... plus ...

Une langue se pose sur son clito, son sexe s’emplie, des doigts jouent en elle, une décharge électrise le dos.

L’obscur devient amant infernal.

Explosion de couleur dans la pénombre imposée, il est venu vite, rapide fulgurant.

Mais les doigts reprennent et lui arrachent des cris, implacables, cruels, ils la rendent folle et lui coupent le souffle.

Haletante, elle réclame que je l’emplisse.

De son bas ventre elle sent une pointe brulante, ses chairs s’écartent, la chaleur entre, progresse, implacable,

Au fond d’elle elle est incendie.

L’obscur n’est plus, elle est au pays des couleurs, complétude enfin assouvie.

Deux corps qui s'ébattent mais un seul sexe.

Une main la guide et la voilà à quatre pattes, chienne qui se fait prendre par l’inconnu.

Une douleur sur ses fesses éclate jusque dans sa tête, une main s’abat,c’est le signal, un cris et à bride abattu elle est comme chevauchée par l’obscur stupre.

Haletante de cette course, elle baigne dans le bleu, le bâton de chair se fait tendre, il glisse harmonieusement en elle. Jouant comme un archet dans sa chatte devenue violon.

L’âme de l’instrument exulte en feulements longs dans son corps.

Deux mains fermes guident.

Elle s'oublie pour n'être qu'un con centripète de ses sens.

Le temps comme la lumière a disparu et pourtant les couleurs de ses plaisirs illuminent ses rétines.

une fraction de seconde, des minutes, des heures ? Impossible de le savoir.

L’explosion revient, plus forte encore, la laissant chose désarticulée ne supportant plus la caresse d’un obscur insatiable.

Elle s'éloigne de lui comme pour prendre une bouffée d'air.

Alors dans le repos de ces instants où le corps refuse tout contact, dans les vagues qui meurent au creux de ses reins, elle exige que l’obscur devienne visage.

Le masque tombe,

La lumière à ses yeux décillés l'aveugle, myope elle prend les lunettes que je lui tends.

L'obscur stupre n'a pas le visage de ceux qui viennent à l'instant de la baiser.

C'est un nouvel amant au physique plus sage qu'elle n'imaginait, vers qui gourmande et souriante, elle se précipite, pressée d'y regoûter.

Avec une joie non contenue je rempile à ses envies de stupre lumineux.

 

 

Commentaires

Ah, qu'elles font rêver, ces histoires...

Écrit par : Comme une image | 12/11/2014

Cui

je chope ton adresse gmail grâce à ton comm :)

il faut que les rêves soit moins forts que les souvenirs pour vivre plus intensément, c'est ce que tu fait si bien cher ami ;)

Écrit par : waid | 13/11/2014

Je l aurais plutôt nommé "nuit de stupre en claire obscure" votre texte , sourire. La lettre que vous avez publiée précédemment m a émue . Surtout cette phrase : " j aime explorer , savourer et chercher à Comprendre le Plaisir infini que nos Corps et nos Âmes d'Etre Humain peuvent nous offrir." C'est ce que je ressens quand je dis a un homme " ti voglio bene" une communion de corps , d esprit et d'humanité dans le plaisir des rapprochements intimes ; qu ils soient fruités, tendres et mouillés comme la rosée ou sauvages et prenants comme les orages d'été. Merci de nous donner à découvrir et avancer en compréhensions amoureuses avec votre érotisme a fleur d âmes et de nudités ; les siennes , les vôtres et aussi un peu les nôtres .

Écrit par : MarieM | 13/11/2014

Il serait bon qu'une fois au moins le maître des jeux soit surpris ;) ça pimenterait un peu ses aventures non ?...

Écrit par : La Hussarde | 13/11/2014

Marie

C'est peut être la rencontré d'une exploratrice et d'un homme qui aime à explorer le plaisir de l autre ...

La hussarde

Je suis ouvert à toutes propositions :)

Que ne ferai je pour donner à lire à mes lecteurs ... rires

Écrit par : waid | 13/11/2014

Tu ne serais pas en train de basculer dans le côté obscur ;-) ? Les jeux de domination seraient ils en train de te titiller l'esprit?

Écrit par : Créateur | 16/11/2014

C'est une bien jolie photo, avec ce dos creusé et les cheveux qui filent sous le bandeau.

Écrit par : mars | 16/11/2014

créateur

je suis ton père ....

mars

merci presque contractuelle

Écrit par : waid | 16/11/2014

Surtout ne t'arrêtes pas d'écrire, c'est si bon de revenir ici lire pour revivre ces instants :-)

Écrit par : l'osbcure | 27/12/2014

Rassurant de savoir qu'ici sont rangés des récits fidèles au vécu, ça évite d'avoir peur d'oublier avec le temps, finalement parfois la fidélité peut être rassurante, mais c'est quand même incongru de venir dire cela ici ;-)

Écrit par : l'osbcure | 27/12/2014

l'obs

quand on vit fort il faut bien ranger ses souvenirs il serait si bête de les perdre, quel frisson de les revivre autant de fois qu'on le désir malgré la distance, le temps ou la vie

Écrit par : waid | 28/12/2014

je le revis presque

Écrit par : F ... | 28/12/2014

Les commentaires sont fermés.