Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2017

Silence radio

silence radio, tu dois travailler 

silence porno je dois me calmer

manque de mots

et le corps cris famine

les doigts sont nerveux de ne plus taper l'écran qui nous lie

le téléphone est muet 

la peur d'être oublié, remplacé 

écrire, dire, se dénouer 

des mots encore des mots, la seule chose que je peux te donner

enfin pas quand tu dois travailler

13:55 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (3)

20/09/2017

Retour rue Ste Thérèse

leschandelles.png

 

Se lever ... ranger les restes éparses ... faire le lit ... se laver et déguster la mémoire des images de la nuit.

Talons hauts

Corps déhanchés

Culottes déculottées

Culs culbutés

Rales  gémissements

Corps nus enlacés

Baisers doux

Cloche de verre et bonbons

Pour mon retour j'ai brulé la chandelle par les deux bouts

 

21:27 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (0)

06/09/2017

L'Hôtel Rotary n'est plus

 

Le Paris libertin vient de perdre un haut lieux chargé d'histoire, l'hôtel Rotary rue de Vintimille vient de fermer, officiellement il s'agissait d'un hôtel sage et la propriétaire avait protesté sur un article que j'avais publié vantant les mérites libertins de ces lieux.

En réalité l'adresse se donnait de libertin à libertine.

Il s'agissait d'un ancien bordel qui avait gardé toute sa décoration, une petite estrade pour les spectacles dans un salon qui n'était plus accessible, les chambres parfaitement insonorisées avec de petites lumières rouges au dessus de l'entrée et surtout la chambre numéro 5 dite la chinoise, avec un lit chinois d'époque offert par un bourgeois à une danseuse du moulin rouge qui résidait dans les lieux des tentures japonaises et une chambre année à trente dans son jus, bien sur l'éléctricité était aussi dans son jus et les couvertures très minces, mais ces lieux pourpres avaient vu tant de couples copuler que l'égrégor de tous ces coïts donnaient une énergie incroyable.

Et il y avait la chambre à la statue à l'étage, elle très quarante avec son miroir qui découpait les silhouettes et sa balustrade pour se cramponner.

Que de belles nuits blanches passées en ces lieux, que de belles photos.

Le Paris authentique perd un lieux magnifique, R I P

ESCALIER.jpg

 

l'escalier

 

chambre-5_jpg.jpg

 

 la chambre chinoise

chambre-8.jpg

la chambre à la statue

quelques notes là bas

nuit du reflet dans le lit chinois

 

séances photos dans la chambre chinoise

 

portrait dans la chambre à la statue