Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2010

Nuit d'une cavaliere

 

9yOtSfl2Fmju8u2xLjWozwrlo1_500.jpg

 

 

 

Si Paris m'était conté, il serait une nuit des mille et une dont je rêve.
Une nuit d'hôtel comme tant d'autres, mais unique pour mon désir.
Nuit d'une cavalière et d'un dandy.
Union géographique improbable pourtant évidente.
Une chambre vide, un mot, un bandeau,
une coupe de champagne à déguster, et le noir de tes défis.
Bruit d'une porte qui s'ouvre, d'une voix que tu t'imaginais.
Des mains qui te déshabillent, et te lient sur le lit.
Ainsi commence notre nuit.
Les songes ne se comptent pas, ils se soupirent.
Aux soupirs de tes délices, ma langue est entrée en lice.
Vibrations staccato de l'œuf intime en toi.
Tu t'es livrée à un inconnu qui abuse de ton corps nu,
il hume ta si belle poitrine, et s'enivre de ta cyprine.
Il tourne sa langue sur ton mâle bouton, et pétrit tes si beaux tétons.
Notre nuit commence dans cette indécence, 
romance libertine où des complices me rejoindront.
Tes yeux radieux à mon visage découvert,
tes yeux rieurs à l'arrivée de mes supplétifs. 
Les corps se mêlent, les voix se feignent
les soupirs expirent. Nuit de découverte,
nuit féline, nuit quatuor de corps sensibles.
Cette nuit de Paris n'est pas un conte, elle est souvenirs.
Souvenirs murmurants de la mélodie du crépitement de tes yeux.
De cette fenêtre qui s'ouvre à moi, et que j'ouvre à eux,
de cette âme qui se livre à mes lubriques sévices,
de toi qui frissonne au conte de mes vices.

 

28/01/2010

Haiku

 

7RGgy4cxijdmflbwEECT5DOPo1_500.jpg

 

 

 

 

 

Du noir de la nuit

Je rêve, ma main qui caresse

 son corps , qui languit

 

 

24/01/2010

Mes sept vérités n'en font qu'une

 


41104529_p.jpg

( photo contractuelle )

 

 

 

Lecteurs, notre dialogue n'a jamais cessé et en cela il est si précieux ! Point d'amour mais de la gourmandise et de la complicité. J'aime ce sentiment de liberté. J'aime ces échanges sur le plus intime.

Au-delà de la pudeur, la nudité, celle qui permet d'être soi, et non une image. J'aime cette communauté de l'ombre, pleine de respect où rien n'a à être dit car tout est vécu.

Elle est ivre de liberté, hébétée de nouveau et pourtant si sereine. Il n'y a pas d'infidélité, il n'y a que des rencontres ; d'un soir ou d'une vie, peu importe, pourvu que le dialogue ne cesse.

Alors oui, je suis ivre de jouir , ivre de vivre, et cette ivresse est si belle qu'il n'y a pas de gueule de bois.

Devant la feuille blanche, la griserie se mue en mots, chasse mes maux.

Mots de désirs, ou de souvenirs, contre ces maux de peur, celle de ne pas être à la hauteur de mes rêves. Angoisse du regret soignée par la volonté d'une mort sans remords.

Car la mort rôde dans nos jeux. C'est parce qu'elle existe qu'ils sont si précieux. Ce n'est pas du libertinage c'est une libération. Celle des chaînes de la peur, des convenances, de mes tabous.

Je plonge dans l'abîme des possibles, vers cet inconnu qui me donne vie et m'empêche de mourir d'ennui, de me détester d'une impuissance à agir, à conduire ma vie à l'étoile des rêves.

Désormais mes nuits sur l'écran de mes songes ne sont pas plus belles que mes jours, sous la lumière du vécu. Mes rêveries deviennent muses d'une poésie à vivre.

 

Il m'a été demandé sept vérités mais elles n'en font qu'une que je vous livre sous ces lignes.

 


 

21/01/2010

Ma main griffe ton dos

 

levret1.jpg

 

 

 

Ma main griffe ton dos pendant que ma queue bouscule ton cul

la porte s'ouvre et une voix hurle

 

EN CADENCE

 

Tu éclates de rires

je débande

 

Argh la vie en collectivité !

 

touz3.jpg


 

15:52 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (31)

19/01/2010

Samedi sous la Pluie

Samedi sous la pluie que faire quand sa couette est vide ?

Certains iraient au Moon City mais bon ...

Le tour des galeries, bien sûr, découvrir de nouveaux artistes, de belles propositions, direction le Marais avec en tête la galerie Yvon Lambert avec une très belle pièce de Charles Sandison, que j'avais découvert alors qu'il était totalement inconnu, maintenant ses oeuvres valent entre  17000 et 50 000 euros.

 


 

Dans une pièce noire des projections de mots qui forment comme des fluides qui parcourent en tous sens la pièce, très féerique et à vrai dire superbe, humm envie de faire l’amour au milieu d’une telle œuvre.

 

 

 


 

 

Dans le même esprit chez Martine Aboucaya Anthony Mac Call, vidéaste expérimental, une projection d’un cercle qui évolue sur l’écran noir, la pièce est elle-même dans le noir, une machine à faire de la fumée, l’embrume, un cône lumineux se forme du projecteur au cercle, à une distance de quelques mètres. Allongé sur la moquette noire je me laisse aller à la rêverie de cette vision, à conseiller pour une fellation.

Voir le site de la galerie

 

98.500x375.martineaboucaya.normal.jpg
129.500x375.martineaboucaya.normal.jpg

 

 

Plus morbide mais totalement fascinants les dessins du chilien sandra_vasquez_de la_hora

 

28e7d313.jpg
67f48d6e.jpg
b79e8f01.jpg

 

Sur des feuilles de papier de comptabilité allemande écrits en gothique, des dessins surréalistes, passés à la cire, un artiste sur lequel investir à mon avis.

Enfin chez Chantal Crousel, un peu de bonheur et de gaieté avec les nouveaux travaux d'Alain Séchas qui a abandonné ses chats style BD pour cette peinture plus peinture, une joie, mais déjà hors de prix.

376_expo-crousel-03-2009.jpg
397_expo-crousel-00.jpg

le site

 

Et puis aprés la culture , le cul et donc finalement le Moon City ... hé hé mais c'est une autre histoire ...

12/01/2010

Nuit du trio

 

t2.jpg

thomas ruff

 

 

 

Elle est là, accompagnée, décidément tenace dans son fantasme de me voir enculé.

Je dois dire qu'elle connaît mes goûts, blond, svelte et torse imberbe. Discussion de bord de lit une coupe à la main, calme avant la bataille, tension et décontraction.

Ils s'enlacent, je trousse sa jupe, sucions d'eux, de moi, son corps qui brûle puis chante à mes doigts en elle plantés.

Regard d'enfant à ses torsions de jouir, notre troisième est heureux, en témoigne sa belle queue goulûment sucée par notre coquine émoustillée.

La voilà prise en m'avalant, sa langue au rythme des coups de boutoir de notre ami, ma main dans ses cheveux je donne un autre tempo, celui que son cul adopte aussitôt.

Ma mémoire flanche dans les brumes du stupre, je ne peux vous décrire toutes les positions que nous avons hétérosexuellement pratiquées.

Notre compagnon quitte son corps, prend mon sexe dans sa bouche. Pour la première fois un homme me suce, sensation étrange de lécher un con pendant qu'un homme vous lèche.

Je lâche ces lèvres féminines pour avaler son mâle complément, surprise de la texture, molle et dure à l'intérieur, ma bouche envahie par cette hampe doucement monte et descend, ma langue se fait tourbillonnante.

En sexe trempé je me présente à elle, l'enfourne, va et vient longtemps, délicieux, stoppés par deux mains sur mes hanches et une pression sur mon anus ...

Douleur de trop de lenteur, soulagement de son passage.

Me voilà une bite dans le cul et la mienne dans un con, jouissance immense que de prendre en étant pris. Nous couinons de concert.

Comme dans les manèges, à chaque tour on change de partenaire, je deviens elle et lui moi.

Me voila en missionnaire pris par cette grosse bite qui me ramone copieusement, gland qui m'écarte, dureté qui me remplit, lui heureux de jouir, moi imaginant et ressentant son membre me pilonner.

Le rictus sur son visage témoigne de la lubricité de notre complice délaissée. Elle se rappelle à notre bon souvenir par le gode qu'elle vient de planter dans les fesses de mon enculeur, deux hommes  sodomisés sous ses yeux, notre coquine est aux anges et nous en pâmoison.

Mon sexe délaissé demande son dû, je quitte mon baiseur pour baiser notre corruptrice.

Pause câline, ses deux hommes côte à côte, culs ouverts de tant d'avant, doigtés de sa science experte, suçant à tour de rôle nos bites enflammées, douceur de sa langue pour lui, rigueur de sa bouche pour moi, moins sensible.

La nuit ne fait que commencer ... alors que notre compagnon nous quitte.

Il m'avait toutefois confié son fantasme inavouable, j'en glisse un mot à notre entremettrice qui après quelques hésitations accepte de le récompenser. Pudique, je les envoie à la salle de bains où forces cris de jouissances témoignent de l'assouvissement de son aveu.

Deux fantasmes réalisés dans la même soirée, le mien et celui de notre compagnon, belle soirée en vérité qui se prolonge pour nous deux.

Après l'audace du nouveau, plaisir classique mais infiniment bon.

Jouir autant de l'inavouable que de l'immuable, peut être la sagesse du libertin ?

 

08/01/2010

Annonciation


27052668.jpg

Un ange passe, un ange suce ...

Lorsque mi clos ses yeux se posent sur mon dard et que sa bouche happe ma hampe, je m’abandonne à ses caresses que j’aime appuyées.

Il monte et descend au gré de mes spasmes, affolant là ce qu'il apaise plus tard.

Sa bouche suave et infernale me brûle de tous mes plaisirs

thom stockton.jpg

 

 

Lascif je contemple livrant à ses lèvres mes dernières retenues.

Mon corps jouit du spectacle de ses caresses ;

de ce temps tendu où les battements de mon cœur rejoignent ceux de ma jouissance.

Sa main attise ce qu’elle enflamme,

ses doigts me pénètrent intimement fouillant mes entrailles pour mieux les faire bouillir. 

Mon corps est un gant que l'on enfile ou retire au gré de ses désirs.

Sa main pince mes seins au sang,

dhamane.jpg

 

je suis aux anges , louant l’égrégor de ses pieuses caresses.

Sheraphin de mon bonheur tu es l’annonciateur de mon explosion.

Sonne les trompes , souffle la nouvelle de mes entrailles qui grondent.

Gabriel annonçait l'immaculée , la tiennne sera maculée.

En jets de vie  je vais , louer  ta dextérité et l'infini que tu me fais découvrir.

Ta bouche les recevra t elle en obole de mon éruption ?

En ton sexe je veux les confier mais chacun sait que les anges n'ont pas de sexe.

 

 

 

je suis aux anges, louant l’égrégore de ses pieuses caresses.

Séraphin de mon bonheur, tu es l’annonciateur de mon explosion.

Sonne les trompes, souffle la nouvelle de mes entrailles qui grondent.

Gabriel annonçait l'immaculée, la tienne sera maculée.

En jets de vie, je vais louer ta dextérité et l'infini que tu me fais découvrir.

Ta bouche les recevra t elle en obole de mon éruption ?

En ton sexe je veux les confier, mais chacun sait que les anges n'ont pas de sexe.

En coulées ma lave envahit tes lèvres.

J'embrasse donc ta superbe bouche pour que nos salives noient  mon explosion.

Mon goût et ton goût, sang et corps de la liturgie.

Sur l'autel de tes délices j'ai brûlé vif.

Les Anges ouvrent aussi  la porte des Enfers.

 

 

G models.jpg

03/01/2010

2009 année égotique

 

IMG_0871.JPG

 ( photo contractuelle )

69 année érotique, 2009 année égotique. Une seconde de plus, une année tourne, fin d'une décennie. 2009 commença dans le stupre d'une évasion clandestine et finit dans la chasteté d'un tout juste baiser marital. Deux univers, vie schizophrène de cette dualité. Le sensuel et le... oui justement, le quoi ? Sur ces questions, 2009 meurt.

Pour cette décennie nouvelle faut-il de Palos de Moguer avec les routiers et capitaines quitter le charnier natal, Cipango sera-t-il Cythère ? Mon esprit vague et mon cœur divague, on dit qu'il s'est tellement protégé qu'il s'est emprisonné. Autisme que l'on me reproche, à moins que ce mot ne dise égoïsme. Mal aimer de ne point aimer. Mais saurai-je aimer ? Cette chute abyssinale vers l'autre n'exige-t-elle pas une audace que je me suis toujours refusée ?

Mon cœur saigne et nul médecin pour le guérir, brouillard de ma vie où les désirs écartent un instant l'inanité de mes envies. Sage est celui qui sait qu'il ne peut rien et qui loue ce qui lui est donné. Malheureux celui qui sait qu'il ne sait rien et rage qu'il n'y puis rien. Mots sans queue ni tête en impasse de chemin. N'est pas routier ou capitaine qui veut, le temps des chaussures ailées me sera-t-il accordé ? J'interroge mon moi qui reste coi , serait il coire ?

Angoisse de la page blanche de l'an nouveau écrasée de trop de celle précédente. 2010 année de mes vices au service de mon en vie ? Ou par Cupidon mourir enfléché pour renaitre amoureux ?

En attendant je trépigne dans l'attente de sa réponse signe de la persistance de mes envies et réfléchis à un pretexte pour m'enfuir samedi.