Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2008

J'aime les blondes

2038058283.jpg
guido argentini just before making love

A une correspondante qui notait sur un de mes comm mon attirance pour les blondes je réponds:

J'aime les femmes.

J'aime les femmes blondes.

J'aime les femmes blondes nues.

J'aime les femmes blondes nues , en levrette.

J'aime les femmes blondes nues , en levrette dans une chambre d'hôtel.

j'aime les femmes blondes nues , en levrette dans une chambre d'hôtel design.

j'aime les femmes blondes nues, en levrette dans une chambre d'hôtel design qui aiment les hommes qui les aiment.

j'aime les femmes blondes nues, en levrette dans une chambre d'hôtel design qui aiment les hommes qui les aiment et aiment le plaisir qu'ils leurs donnent.

ouf pas facile à dire la dernière phrase j'arrête plus de souffle.

 

 

PS 

Chères amies brunes , rousses et bleues (oui bleues) je vous aime aussi mais différemment .

Comment ?

Pas en levrette.

Autrement

Cela fera l'objet d'un comm ou d'une réponse si vous m'interrogez , je soupçonne mon interlocutrice d'être blonde même si ses écris sont censés à oui j'aime les blondes intelligentes ... 

 

08:40 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (40) | Tags : levrette, hotel, design, gout

25/02/2008

Philo à deux balles

152371727.jpg

Conférence avec raphaël Enthoven , vous connaissez le Raphaël de 4 consoles et trois voyelles , sur philosophie et sens de la vie.

 Oui parfois je réfléchis , chers lecteurs , il faut bien un peu de réflexion pour nourrir un blog , bref j'y vais pour le sujet et puis pour voir comment il est raphaël.

 D'abord c'est un poisseux , son TGV a deux heures de retard , pour cause de sac non étiqueté , avec alerte à la bombe , la conférence est retardée , ensuite il a des chaussures moches , un peu lourdes en crêpe avec une grosse semelle.

Et puis.

Et puis il nous parle philosophie , un micro à la main , déambulant sur l'estrade comme il le fait dans ses cours à X , (polytechnique , je précise ,  ici le x a une autre connotation)

IL nous commente le superbe texte d'albert Camus dans les Noces .

Il le met en rapport avec Spinoza, Shopenhauer,Nietzche.

Cela est enjoué , passionnant, brillant.

c'est un homme qui devient beau en parlant , avec de belles mains au longs doigts sensuels , les femmes fondent autour de moi, une hécatombe.

J'achète son livre et là déception , cela est décousu , moi trinaire , sans consistance , au contenu sans saveur , avec un style pataud.

Et là je comprends le sens de la vie.

Carla elle aime les hommes qui parlent bien , mais le dernier a les moyens d'avoir un négre pour bien écrire alors même s'il à des mains moins belles c'est avec lui qu'elle se mari-ra , car une belle plume fait la différence.

La gentes féminine serait elle attirée par les fausses belles plumes ?

Et moi qui croyais à l'amour tout simple sans bling - bling ...

Bon si je veux du succès il me faut un nègre , mais ça se trouve où ce piège à fille?

 

09:27 Publié dans DIVAGATION | Lien permanent | Commentaires (9)

23/02/2008

Piss Painting / diamond

 

6b61ac86f9361b971cafb3d96250e643.jpeg

Ma derniére visite des galeries , vu la trés belle exposition , Andy Warhol galerie Chantal Crousel, Rue Charlot.

J'aime les petites photos préparatoires aux dessins et aux sérigraphies.

c836459c56414b96f06a2fd861bdb013.jpg

Andy Warhol
Hammer and Sickle

1976
Gelatin silver print
12,7 x 20,3 cm

©Warhol Foundation for Visual Art

J'adore la salle du fond avec la confrontation trivial / brillant

D'un coté une série d'oeuvres à la poudre de diamant quand on sait le rapport d'Andy avec la fête , les stars et les dollars , de l'autre les piss painting , à la reflexion d'un journaliste qui lui disait qu'il n'était plus novateur , Andy répondit par ces tableaux monochromes (cela dépend de ce qui a été bu)  peints au jet.

Et bien cette confrontation marche à merveille , bon d'accord je suis un peu mastubatoire dans mon approche et la confrontation trivial brillant , high and low art , mais bon on trouve son plaisir comme on peu . Quoi que là ,, la série aux diamants juste 600 000 euros , gloups pour pouvoir se masturber le cerveau c'est cher .

Et celle au pipi me direz vous ?

J'ai pas demandé...

 

717a99566c344c069b05f1d8080b2a0c.jpeg
Andy Warhol
Piss Painting
1978
Urine on gesso on canvas
4 panels - 30,5 x 22,9 cm

©Warhol Foundation for Visual Ar
3e12f9c8c88edbf8a5beee16520f8dbc.jpg

 

Andy Warhol
Shadows II

1979
Screenprints with diamond dust on Arches 88 paper
6 panels - 109,2 x 77,5cm
Edition 6/10


©Warhol Foundation for Visual

21/02/2008

Dialogue , à la suite de la chatte noire

a79486efbc1843fa46d7388fb4358187.jpg
(photo hans breuder)

 

Ma question :

Ce soir, je me ferais bien envahissante, coulante et tiède comme une liqueur, câline et ronronnante comme la petite chatte noire... vois-tu ?

T'envahir...

Tu me diras ce que cela t'évoque.

Et ta réponse :

(...)


Bisous impatients
 

 a écrit :

Voila ce que je fantasme d'entendre de ta bouche avec le mot T'envahir...
 


 »T'envahir de mes mots, de mon attention, de mon envie de toi
 
T'envahir... de mes mains, de mes caresses, du plaisir de sentir la chaleur de ta peau, son grain, sa douceur.
 
T'envahir...de ma bouche gourmande qui te déguste de la pointe de tes pieds jusqu'au lobes des oreilles.

T'envahir...de ma langue qui aspire ta queue, l'enveloppe, glisse le long de la hampe , mouille ton scrotum , explore ton anus.
 
T'envahir...de mes entrailles bouillonnantes comme une prison de délice sur ton vit dressé.
 
T'envahir...du rythme de notre plaisir.
 
T'envahir...du son de mes cris de jouissance, de bonheur, d'abandon total.
 
T'envahir...en te brûlant les neurones par l'orgasme que je t'arracherai.
 
T'envahir...par la douceur et le bonheur de mon regard après cette partie de plaisir.
 
T'envahir...par mes mots de complicité et de félicité.
 
T'envahir...comme une amie que l'on sait si loin mais si proche. »

Elle :

Tu me fait vibrer avec ces mots-là... je n'en attendais pas tant !

Cela fait tellement envie que j'aimerais abolir l'espace, là, maintenant, si j'avais ce pouvoir... et nous laisser nous envahir mutuellement :)

Tu devrais poster ce que tu m'as écrit : un jeu parti sur un mot et qui t'a évoqué tout cela...

 

a écrit :

voilà c'est fait.

 Ps et vous t'envahir... que cela vous évoque t il ?

 

08:05 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (7)

19/02/2008

je l'ai attrapé

 

52f2fdb119fa633579b3cc5e28c45d75.jpg

 

oui je l'avoue un soir mon blog n'était pas protégé et je l'ai attrapé le tag qui circule sur la toile , au détour d'un comm celle qui fut ma partenaire d'une lecture m'annonça que j'étais taggué, elle l'avait honteusement attrapé elle même , inconsciente de ce qu'elle faisait.

je dois mettre son lien en ligne mais je suis gentleman je le fais anonymement c'est une jeune femme qui n'a pas de blog adulte vous comprenez.

je l'appellerai X

je vous publie le règlement

  Mettre le lien de la personne qui vous tague
- Mettre le règlement sur votre blog
- Mentionner six choses/habitudes/tics importants chez votre petite personne
- Taguer six personnes à la fin de votre billet en mettant le lien de leur page perso
- Avertir directement les personnes taguées

et surtout je dois vous indiquer six travers , moi qui n'en ai aucun comment en trouver six , mentir ? jamais ce blog ne sera pas lieu de mensonges , 3 jours que je tourne et retourne dans ma tête ce problème qu'écrire ?

 

1/ j'ai un tic tueur d'amour , le soir avant d'aller me coucher mes couches cérébrales profondes du primate que mes ancêtres étaient se réveillent , j'étends mon bras et avec la main disponible je gratte la touffe velue de mes aisselles , cela fait graft graft graft et c'est délicieusement bon , le regard tueur de ma guenon me rappelle que je ne suis pas chimpanzé.

 2/Je suis gourmand comme une vieille guêpe , je me damnerai pour un gâteau , j'aime le goût du sucre et du chocolat , j'adore les pâtisseries et les salon de thés , j'ai été trés malheureux au japon où il n'y pas de vrai gâteaux , aller vous éclater sur un truc rouge et gluant quand vous savez que c'est à base de haricot.

3/Je suis un impatient, je me brûle de questions quand une réponse n'arrive pas rapidement, est ce normal?

4/ je suis un gros dormeur mon plus grand plaisir faire la grasse matinée et oui une vrai grasse matinée sans galipette, sans rien , le plaisir de dormir, de se réveiller de se rendormir et de se lever à midi.

5/Je ne pourrai pas coucher avec une femme trés grosse , même spirituelle , j'aurai peur être étouffé , écrasé de mourir comme Felix faure mais pas de la même raison.Alors je ne peux pas désolé.

6/j'ai eu un mal fou à faire cette note peut être parce que je suis pudique et je ne veux trop me dévoiler.

et maintenant il va y avoir six victimes ...

18/02/2008

définition : Chatte

9f001aa96e6bfa8c9f883a0add7c275a.jpg
..
..
L'audience grandissante de ce blog m'oblige à être un peu plus culturel.
.
un peu de français :
.
Chatte c'est l'animal qui ronronne de plaisir ou ce qui fait ronronner de plaisir ?
.
moi je donne ma langue au chat.

14/02/2008

L'avant

 

 

ba21b04d88dc7bc57009f234dcc65241.jpg

Hirakawa Noritoshi A leaf in the air

 

Elle pense à ce rendez vous pris , le connaît elle vraiment , les mails échangés , les Msn , la photo vue lui ont permis de construire une image mentale de cet homme , Golem de ses fantasmes.

La magie de leurs mots , celle qui l'a si souvent transportée y compris sur les vagues de l'orgasme, opera t elle encore ?

Sera t il à la hauteur de ses fantasmes ?

Qu'elles chaussures mettre , les noirs à talons , oui cela l'excitera , mais les bleues elle les aime bien les bleues , ne serait ce pas l'occasion de les étrenner.

Comment va t il la trouver , et ce bouton qui est apparue ce matin , fait chier.

"A ses mains sur mon corps , ses mots dans mes oreilles .

Vite , qu'elle heure , il ne reste que deux heures."

décidément les noires ou les bleues? (1)

 

 

(1) Chéres léctrices ce texte peut vous paraitre rédiger par un immonde phalocrate echappé d'un parc à theme où les derniers représentants y sont exposés, vous avez certainement raison , les femmes ont toujours raison ( flagornerie pour me rattraper , elles le verront mais cela ne fait rien, il en restera toujours) , mais jurez devant la blogosphéres et vos congénéres que vous n'avez jamais eu ce type de réflexions à propos de vos chaussures avant une rencontre

 

 

 

13/02/2008

Bain Baisers Bonheur

c2c36d537e1a0708db0362349acf9ab1.jpg

 

(photo Norbert Guthier)

En ces lieux, point de pudeur, elle déambule devant moi son corps nu orné de ce tatouage. Je ne sais pourquoi ce dessin m'attire , il m'emplit, focalise toute sa féline sensualité. Les regards de mes voisins sur ses mouvements lascifs, m'emplissent de fierté c'est moi qu'elle désir.

Dans la moiteur de ces bains, j'ai rêvé plusieurs fois de me retrouver, de le retrouver. La chaleur humide m'alanguit mais c'est pourtant une sueur froide qui coule le long de mon dos. La tension de l'avant, délicieuse torture, fébrile excitation, tempête intérieure…

Si nos sens sont en ébullition autant les porter au plus haut point de température, c'est le jacuzzi qui fera cocotte , ses ondes bouillantes sont comme une ode à notre désir.

Je me dirige sans hésitation vers l'immense et accueillante vasque, je sais qu'il m'a emboîté le pas, le regard en laisse. Je n'ose pas le croiser, pas encore. Je sens qu'il me détaille et désire au plus haut point m'enfoncer dans les brumes et l'onde, me cacher encore un peu pour susciter un désir plus grand.

 Nos corps flottent entraînés par des milliers de bulles, nos mains se croisent, se caressent, nos bouches se découvrent. Que n'ai-je trop attendu le contact de son bijou intime sur ma langue.

Je caresse doucement ses lèvres de la pointe brillante, elles vibrent, avides, mais se laissent redessiner patiemment.

Ses seins pointent de désirs, son sexe est plus humide que l'eau, tant mieux le mien brûle de soif. L'étreinte est aquatique, en apesanteur, nos corps d'astronautes flottent au rythme de nos reins, nous ne faisons qu'un traversé par la voluptué de nos jouissances.

Seuls nos regards ne s'accrochent plus pour l'instant, je me rive à lui, aimantée par ces spasmes d'envie brûlante qui semblent faire bouillonner mon corps davantage que l'élément liquide qui nous échauffe. Mes jambes opalescentes s'enroulent à son corps et impriment un rythme lascif à cette danse impudique synchronisée.

Ses yeux brillent. Lorsqu'elle sort de l'eau, sa bouche râle. L'instant est irréel.
Mais les jeux aussi d'eau si doux soient ils lassent, cette conversation mérite des antipasti préliminaires que notre désir immédiat a transformé en Pasti.

Le dialogue se passe de mots, il m'indique la pause d'un regard, je passe ma langue sur mes lèvres comme pour prendre mon élan.

Nous allons vers une alcôve ou nous serons seuls.
Là, elle s'allonge et déploie la beauté de son corps  parcouru par le plaisir.
Je m'allonge à ses cotés mes doigts la frôlent, ma bouche la mange.

Je m'abandonne un instant, passive et offerte, histoire de calmer mes sens qui pointent à leur paroxysme… Pas longtemps toutefois, trop envie de lui.

La belle aime le partage, nous nous lançons dans un superbe 69, je perds mon goût pour ne connaître que celui de son sexe, magnifique sensation de ne faire qu'un et de recevoir le plaisir émis. Nous ne sommes plus gémissements, sucions, feulements, caresses, extase.

Après s'être découverts comme le veut le monde, nous voici aux portes de l'extase, les sens renversés, la tête à l'envers avec pour seul horizon les plaisirs jumeaux de nos deux intimités frémissantes. Nul besoin de mots pour savoir quand se laisser aller, culs par dessus tête et coeurs emballés au métronome de la chamade, je me répands en lui, il se répand en moi... Promesse d'un imminent et premier baiser au goût de Nous.

Ps deux bouches , deux cœurs , deux langues et quatre mains ont écrit ce texte à l’encre du ...

 

18:50 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bain, sauna, rencontre, coquine

11/02/2008

Rayon de soleil

d63c316ece186ab6125242b40955cd33.jpg
Parce que ces moments sont comme un rayon de soleil de printemps.
.
(c) nan goldin , Serie SIMON 

09:14 Publié dans ENVIES | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : nan goldin, sexe

09/02/2008

Juste un instant sur la terre

88e7f3d2ef89cb9a1455163533816d9e.jpg
Photo helmut newton

LUI :

Elle s’est assise en face de moi, j’étais troublé, elle l’a sentie  et m’a regardée dans les yeux criant son envie.

Je me suis levé et assis à ses cotés face à ce fauteuil que j’use trop.

Nos regards se sont croisés, nos bouches ont fusionnés.

Je l’ai soulevée et posée sur le bureau.

Ce fut l’unique fois.

Elle:

Eprouver cette sensation sur ton bureau...

Tes mains sur mon corps...

Me laisser emporter ...

Liberer nos envies...

Oublier tout le reste ...

Juste toi Juste moi ...