Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2011

Un samedi sur terre

N4Fa7vzXdcrmzzswHlhnEXh4_500.jpg

Un SMS reçu en guise de mots tus qui vous tuent.

500 km d'asphalte pour cure d'un mal-être.

Le ventre qui se tord, la route avalée vers des bras ouverts pour oublier ceux toujours fermés.

Ce voyage est une folie, fuite vers mon désir au moment où expirent 20 ans de vie commune.

La garrigue fait place au Rhône, Lyon est dépassé bientôt la Bourgogne et ses riches contrées, pays de cocagne pour apaiser mon mal et m'oublier.

Une allée dans la ville et je croise son regard, corps juvénile pour plaies anciennes.

Le soir nos mots comptent nos maux partagés , elle ceux de sa rupture, moi de celle qui vient.

Et puis le canapé et nos bouches fusionnées, nos corps enlacés.

Retrouver le sien après tant d'années, souvenirs de l'ivresse de notre dernière rencontre.

Mais l'ivresse est incompatible avec la peine qui agit comme l'alcool.

L'aiguillette nouée, seuls mes bras enserrant son corps se lovent pour pansements de ma plaie.

Corps chaud pour coeur froid , chaleur qui m'apaise, me rassure.

kilomètres avalés pour me rassasier

 

14/08/2011

D'une semaine sur l'autre

 

 

 

IMG_1037.JPG

 

 

Boire 4 cafés avant une rencontre peut être extrémement marquant pour les fesses ...

 

tumblr_lmsv919C2U1qiuen4o1_400.jpg

image presque contractuelle

 

18:27 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (32)

02/08/2011

Dimanche ...

 

 


BLINDED by Stefen K par Stefen-K

Vous ne pouviez pas mieux dire ...

J'ai eu du mal à soutenir sa vision tellement le désir en transpire et qu'il me brûle.

Que le temps est long et pour une fois, plus c'est long moins c'est bon ...

 

 

22:00 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (4)

07/06/2011

Au régime

photo.JPG

photo contractuelle

 

 

Au régime, à midi,  je me suis contenté que de sucer ....

que ne faut il pas endurer pour pouvoir se montrer sur la plage ?

Le pire c'est qu'elle m'a dit en se quittant que le régime était inutile si on ne faisait pas de pompes en plus !

20:52 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (21)

02/05/2011

Nirvana

mp_MP062_L.JPG

 

je crois qu'allongé dans leurs bras, corps au repos emmelés de notre mélée passée, leurs lêvres encore brulantes de leurs orgasmes déposant parfois un baiser de félicité, le visage caressé par leurs chevelures, le sexe mou des cavalcades antérieures, le corps salé de mes sueurs , une main sur chaque corps à goûter leurs grains de peaux...

j'ai atteint avec ces deux coquines  le nirvana waidien....

 

10:04 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (32)

13/04/2011

Brûler la chandelle par les deux bouts (1)

 

 

Crystal_Chandeliers.jpg

 

Minuit, sonne le juste, devant une devanture noire et anonyme d’un magasin parisien.  La porte s'ouvre nous pénétrons dans ce qui n'est qu'un sas.

Devant une porte blindée, à droite une caméra, souriez nous sommes filmés.

Nous attendons que l'on nous jauge, la sélection est drastique, les chandelles tiennent à leur réputation.

La porte s'ouvre sur un homme efféminé, à la silhouette chère à Hedi Slimane, l'ancien styliste de chez Dior qui avait révolutionné la mode masculine, en imposant des hommes sans corps, frêles et quelque peu maladifs.

L'entrée est étroite, un petit comptoir, un vestiaire, dans le dos une console, et un escalier qui descend.

Nos prénoms sont demandés, notés sur une fiche qui nous est remise, sacs, mentaux et vestes déposés au vestiaire, nous sommes prêts pour descendre dans l’antre du vice parisien.

Les escaliers étroits, éclairés à chaque marche, nous mènent au sous-sol, une longue pièce voûtée percée d'ouvertures qui s’ouvrent à d'autres pièces.

Capitons rouges sur les murs, sol en dalle, miroirs, chandeliers, verrerie, nous sommes dans un boudoir luxure.

La musique envahit les lieux, la lumière d'une sono traverse parfois le seuil de notre pièce.

Sur les dessertes un buffet de friandises, petits oursons Cémoi sur coupe de verre, Michocos dans boite d'argent, Carambars dans drageoirs , quelques coupes de fruits, fraises, ananas tranchés.

Les papilles apaisées du sucre grappillé, nous poursuivons notre exploration.

Des couples apparaissent, je suis subjugué par la beauté des jambes, compas fins qui arpentent ce lieu, les talons aiguilles sont vertigineux, les culs à tomber.

Robe courte de vigueur, talons de 12 cm comme norme, jupes , robes courtes, décolletés excitants, les appâts féminins sont de mises et quelle mise.

La clientèle voisine entre 25 et 40 ans pour les femmes, un peu plus âgée pour les hommes.

Silhouettes fines pour les dames, parfois bien musclées pour leurs compagnons.

Il ne se dégage aucune vulgarité du lieu, ni des gens, les hommes portent encore cravate de la journée de travail, cadres supérieurs, peu de vieux libidineux (que sont devenus les vieux libertins), quelques professionnelles, beaucoup de couples, pas mal de sex friend.

Nous nous installons au bar pour contempler, dans cette seconde salle qui sert de piste de danse, sur les bords des banquettes rouges, des petits poufs et des tables noires. La piste de danse petite, agrandie par des miroirs en fond.

La serveuse est une jolie brune, avenante et gai, envie de l'embrasser.

Les jolis petits culs des femmes qui virevoltent autour de moi affolent mes sens, mon accompagnatrice le voit et s'en amuse, jalouses passezvotre chemin il n'y a que souffrance en ce lieu libertin.

 

à suivre ...

06/01/2011

Résolution

 

500IMG_9845V3.jpg
(photo contractuelle by x addict)

 

Je reporte à un an ma résolution de ne plus boire ...

14:18 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (20)

28/12/2010

Souvenirs d'un baiser

76GfvbJavnvmq72jhFAWi1eao1_500.jpg

Dans la nuit étoilée, nos bouches affolées de baisers espérés exacerbent nos sensualités. Langues polyglottes qui jouent de nos langages pour former l'esperanto de nos pensées. Les vivre dans cette langue universelle. Mes reins me brûlent de la fraîcheur de sa bouche. Mon boxer rétrécit à la tension créée. Rodin revisité, notre baiser pour pose originale nous pose sur un piédestal de sensualité. sa main dans mes cheveux pour électriser mon dos , nos langues qui s'harmonisent comme des danseurs habitués au pas de l'autre. Je conduis et elle me suit , elle espère et j'anticipe , pas de deux , pas de nous , petits rats devenus à la grâce de notre harmonie, étoiles de ballets sous la voûte astrée.

19:34 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (10)

25/11/2010

dialogue poétique

 

9yOtSfl2Foo01bbp4lQP7LXzo1_500.jpg

 

 

dans la position de cette photo mais un peu plus en élévation pour elle et moi  ,dialogue poétique d'un mercredi après midi

 

elle :

 

ahhhhh j'en peux plus 

 

ooooohhhhh trop bon

 

je jouis trop 

 

ahhhhh ooooohhh ouiiiiiiii

 

je vais m'effondrer mes jambes me portent plus ..... ahhhhh j'épuise ... je jouis trop .......ooojjjjjj

 

je vais tooooooober ......

 

moi:

chuuuuuuuttttttt

 

tais toi et baise ... c'est trop bon

 

 

13:41 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (27)

11/11/2010

pour Lorencie

N4Fa7vzXdo1f5rwukiTjYjdMo1_500.jpg

 

 

 

Minuit sonne le juste dans la chambre de notre nuit, s'enlacer mais sans baiser, son corps au creux du mien , puzzle tendre bercé par le rythme de nos respirations. Unissons de celles ci pour concert de chambre. Ne rien vouloir d'autre que sa chaleur contre moi, ma main enserre son sein en chaste et immobile caresse.

Belle journée qui nous fut offerte à courir le pavé et se perdre dans les boutiques. Rires de nos essayages café et chocolat , éclairs et tartes pour plaisir de nos palais. S'enlacer et s'embrasser , se regarder et sourire au bonheur de nos yeux.

Respirer la ville et humer nos parfums, nos baisers pour déguster nos langues comme on goûte un grand vin. Traverser les boulevards et la presser de ne pas se faire écraser. Délicieuse banalité d'une affection qui nous cloue maintenant au lit de nos caresses, chaste moment en piment d'un matin que nous nous promettons torride , serment du jeu de pine en révolution de nos sens

12:53 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (28)

02/09/2010

Avis de décés

Nous avons la tristesse de vous annoncer la disparition de notre coquine X passée ce matin dans le monde de la fidélité



paix à sa lubricité





ceci vaut faire part et remerciements il n'y aura pas de serrement de mains.



disons nous qu'en nous laissant à nos regrets sensuels elle fait un heureux

12:16 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (31)

24/05/2010

Transsexuel

 

 

P1080067.JPG

Dans la ville de la Movida elle rêvait d'avoir un pénis , au matin de notre nuit je lui ai confié mon sexe pour qu'elle se portraitise en transsexuel , pas de photophop ni de montage , juste un cadrage naturel devant le miroir suspendu de la chambre.

le résultat est étonnant , est il détonnant ?

histoire de goût , pour ma part la transsexualité ne fait pas partie de mes fantasmes et vous ?

 

 

23:16 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (31)

12/05/2010

Hardcore

 

 

DSC03619.JPG

 

 

CE BLOG DEVIENT TROP ROMANTIQUE ...

 

 

14:22 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (25)

07/05/2010

M...

 

image_814.jpg

( la plus vieille image bondage du monde album charles JEANDEL 1890 Musée D'ORSAY )

 

 

De ses longs doigts M  fait glisser les photos de son Iphone, poses de sa vie sexuelle prématurément extravertie. Un corps de liane , des cheveux courts en batailles , des yeux bleus immenses si profonds que l'on ne peut en sonder le fond.


Doc martens à lacets , bas résille et top en filet elle regarde ses poses et revit sa vie pleine de non dit. Ces images disent tant et la mettent plus nue que le corps nu qu'elle exhibe.

18 ans montée à paris et aujourd'hui quelques semaines plus tard fouettée sur une croix de Saint André, dans un salon encore hanté des cris des jeunes enfants de la maison au vert chez les grands parents.

Elle hurle et gémit , sautille de  douleur et ses yeux s'illuminent , mon ventre se tord de ce plaisir douloureux , je me glisse derrière la croix et pose ma joue contre son visage alors qu'elle est ailleurs, au refuge ouvert de ces tortures volontaires.

J'avais connu M intimement une heure plus tôt, échangeant ma complice de l'instant.

Joviale et magnifique puis vorace et diablement efficace, sa bouche m'avait aspiré, ses dents me mordaient, son piercing jouait avec mon méat, la jeunette était une ogresse mais c'est ses yeux , ce regard qui me fixait du dessous la bouche envahie qui restera en moi de cette rencontre buccale.

il fallait la remercier, un jeux de langue et de la chantilly m'en donna l'occasion, mes doigts prirent possession de ses parois, les explorant doucement, méthodiquement , comme un aveugle sur une feuille de braille, je lisais en elle le plaisir de cette lecture.

Puis ma bouche pris possession de son sexe, se fixa sur son point intime, tournant, léchant, suçant, l'aspirant au gré de ses contractions de plaisir.

sexe juvenile étroit frais et diablement réactif.

M se tordait, tentait de s'échapper mais le plaisir l'envahissait, l'apprivoisait sous le regard envieux de nos voisins.

Elle s'est levée pour sa torture; mon temps était fini.

Quelques heures à croiser une personne et son fantôme impressionne la péllicule de ma mémoire.

Rose en équilibre au dessus d'un précipice, M y danse joyeusement sans coquille, le temps de sa fraicheur.

Elle cache de ses rires une blessure que l'on subodore.

Ce n'est pas son corps gracile que j'aurais dû prendre mais sa main pour la guider vers elle même, limites du libertinage où les rires masquent quelques fois des douleurs.

12:58 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (17)

29/04/2010

Rose c'est Paris

Rose, c'est Paris (extrait - chapitre 4) from Productions Campagne Première on Vimeo.

 

 

Je vous conseille l'exposition de Bettina Rheims à la Bnf , écrite avec son ex conjoint serge Branly c'est un voyage dans le Paris fantasmé d'amoureux des femmes , des lieux insolites et furieusements sensuels.

j'y ai reconnu les chambres de l'hotel rotary où certaines de mes nuits y furent belles

à voir, à déguster, à réaliser ...

 

default_ce_rheims_paris_art_edn_a_print_1002241457_id_327013-1.jpg

 

11:52 Publié dans ELLE | Lien permanent | Commentaires (33)